Vous êtes ici : Accueil > > Au coin les abuseurs ! > Grève de la faim à Saint-Malo : contre la construction à (...)
lundi 19 novembre 2018

Grève de la faim à Saint-Malo : contre la construction à 15 cm des fenêtres de ses chambres qui le conduirait à la ruine

 
 

Saint-Malo, ville forte et ayant pourtant régulièrement subi des dommages au fil des siècles dont les derniers pendant la seconde guerre mondiale est une ville où des notables appuyé par la mairie s’autorisent la construction d’une extension de l’un de leurs hôtels en condamnant le petit hôtel voisin à la faillite puisqu’un mur va être construit à 15 centimètres des fenêtres d’une partie de ses chambres.

Le Nautilus, victime dont le patron a entamé une grève de la faim

La victime dans cette affaire est le Nautilus à Saint Malo, un hôtel de 15 chambres datant du 17ème siècle. En 2011, nous avions fait le portrait de son propriétaire Loïck Tostivint. Le Nautilus a par deux fois été élu "meilleur hôtel français en 2010 sur TripAdvisor™" dans la catégorie "Travelers Choice". On peut donc dire que Loïck est un hôtelier comme on aimerait en voir beaucoup plus, un hôtelier qui s’occupe de ses clients "aux petits oignons".

L’abuseur : l’Hôtel de Bretagne

L’abuseur, c’est l’Hôtel de Bretagne qui a l’obligation de faire des travaux de mise en conformité : son avis défavorable date de septembre 2015 et exige une mise en sécurité et une mise en conformité (cf. le procès verbal de la commission de sécurité de Saint Malo du 06 février 2017) :

 

Le groupe familial derrière cette affaire

L’Hôtel Anne de Bretagne fait partie d’un groupe familial comprenant l’hôtel de France et Chateaubriand, de l’hôtel de la Cité et du restaurant le Cinq. Les sites internet respectifs des quatre établissements comportent bien une page "Mentions légales" chacun, mais ces pages sont vides des informations obligatoires comme le RCS (voir Les infos légales sur un site web, c’est pas une option !). Voici 2 des 4 :

Mentions légales Hôtel de France et Chateaubriand Saint-Malo au 07 novembre 2018

Mentions légales Hôtel de France et Chateaubriand Saint-Malo au 07 novembre 2018

 

Nos tentatives de contact

Nous avons adressé un message à la Direction de l’hôtel Anne de Bretagne en avril 2018 : pas de réponse.

Nous avons adressé un message au service de presse de la Ville de Saint-Malo en avril 2018 : pas de réponse.

Les faits

La construction d’une élévation et extension de l’hôtel Anne de Bretagne condamnerait les fenêtres arrière de l’hôtel Nautilus. De facto, le Nautilus perdrait une partie de ses chambres et dans la foulée n’aurait plus les moyens d’assurer sa pérennité.

L’artile 678 du Code Civil interdit toute construction à moins de 1,90 mètre. Le PLU de Saint-Malo est encore plus restrictif. Construire à 15 centimètres est donc parfaitement illégal, ce qui n’a pas empêché le maire de Saint-Malo de délivrer le permis de construire.

Qu’en disent les bâtiments de France

La note architecturale ci-après est limpide sur le fait que la surélévation de l’hôtel Anne de Bretagne devrait être abandonnée.

 

Les tribunaux

Face au mutisme des patrons de l’hôtel Anne de Bretagne mais aussi de la mairie de Saint Malo, le patron du Nautilus n’a eu d’autre choix que d’engager de très gros frais pour aller en justice. La décision du tribunal administratif n’a pas encore été rendue.

La lettre adressée aux élus & la grève de la faim + les plans

 

Conclusion

Il est effarant de constater qu’aucun élu local n’a à minima répondu au courrier de Loïck Tostivint.

Saint-Malo serait-elle une de ces villes où le pouvoir est concentré aux mains de quelques familles ?

 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/10473 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/10473.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

    Les commentaires


    1. le 11 novembre à 19:06, par Tostivint

    C’est indigne et illégal.
    Encore une preuve que le pouvoir des "vieilles familles" existe encore en 2018 !!!!

    2. le 12 novembre à 16:43, par RICH Antoine

    Bonjour,
    Je ne connais pas tout votre dossier mais suite à la lecture du texte paru dans Tendance Hôtellerie et au regard du péril fait à votre vie, j’ai envie de vous soutenir. Bon courage, en espérant qu’une solution favorable intervienne au plus vite !
    Antoine RICH

    3. le 12 novembre à 20:28, par Deprince

    Dosdier très compliqué qui dépasse de beaucoup mes compétences juridiques, mais j’ai néanmoins bien compris la logique de l’affaire et ce qui ressort en terme de justice (au sens noble !). Je vous souhaite de nombreux soutiens et suis de rout coeur avec vous.

 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori : votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.
Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »