Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Vos Articles > La vision pour 2015 de Didier CHENET, Président du GNI : (...)
mardi 23 octobre 2018

La vision pour 2015 de Didier CHENET, Président du GNI : 2015 doit être l’année de la moralisation de la toile !

Cet article a été soumis pour publication gratuite par un tiers qui en assume l'entière responsabilité. TendanceHotellerie n'approuve ni ne désapprouve ce contenu.
 
 

Alors que commence une nouvelle année, je souhaite que celle-ci soit celle de la reprise en main par nos hôteliers de leur destinée. Alors que l’essentiel de notre activité se réalise désormais grâce à internet, cette reprise en main requiert un meilleur encadrement des pratiques des sites internet, elle exige de meilleures relations entre eux et les hôteliers.

Donner à la norme AFNOR sur les avis en ligne force de Loi
Cela vaut d’abord pour les sites d’opinion dont nul ne saurait contester le poids dans le choix d’un hôtel. Dans la pratique, le classement de l’hôtel, son nombre d’étoiles détermine la qualité de la prestation attendue. Les avis des internautes, par leur nombre et leur qualité, viennent confirmer ou infirmer cette attente.
Malheureusement, ces sites d’opinion regorgent de faux commentaires. Chacun le sait. La justice italienne la rappeler récemment en condamnant lourdement Tripadvisor.
Il est urgent d’agir et d’encadrer ces sites d’opinion en leur demandant de respecter, de gré ou sous la contrainte, la norme Afnor à laquelle nous avons considérablement travaillé…pour pas grand-chose à ce jour, seuls 6 sites l’ont adopté. Nos hôteliers ne doivent plus être laissés à la merci de faux commentaires, ils doivent pouvoir y répondre et ce dans des délais raisonnables. Il faut donner à la norme Afnor sur les avis en ligne force de Loi.

En finir avec les clauses illégales imposées par les OTAs
Cette moralisation d’internet vaut aussi pour les réservations. Je souhaite que l’Autorité de la Concurrence et le Tribunal de commerce de Paris interdisent aux OTAs les clauses de parité de prix, de disponibilité ou d’usage de nos marques qu’elles nous imposent. Il faut rééquilibrer les relations entre les hôteliers et les OTAs. Nos hôteliers doivent pouvoir louer leurs chambres (dernières disponibles ou non) comme ils le souhaitent, au prix qu’ils le désirent. Ainsi pourront-ils enfin rétablir un lien direct avec leurs clients. les OTAs sont utiles aux hôteliers, j’en conviens puisque 70% des réservations sur internet se font via ces plateformes. Mais les hôteliers ne doivent pas pour autant subir leur diktat.

Encadrer les meublés touristiques
L’avenir des hôteliers français dépend aussi de l’environnement réglementaire et fiscal dans lequel ils exercent. Une concurrence saine, équitable doit s’installer entre tous les hébergeurs. Aujourd’hui tel n’est pas le cas en raison de la concurrence déloyale des sites de locations de particulier à particulier qui agissent au mépris de toute réglementation ou même de fiscalité. Des mesures commencent à être prises. Désormais les meublés touristiques devront collecter la taxe de séjour. Il faut poursuivre en ce sens et obtenir qu’ils soient assujettis aux mêmes règles, aux mêmes charges. Il en va de la pérennité de nos établissements.

Protéger nos marques
Enfin, nos hôteliers ne peuvent accepter plus longtemps de voir leur marques pillées par les OTAs. Celles-ci investissement en effet massivement en campagne adwords sur les noms de nos hôtels et détournent ainsi la clientèle de nos propres sites. Quand on sait comment Google entretien la confusion entre les résultats publicitaires et les résultats naturels de recherche, il devient urgent d’obtenir un meilleur encadrement des pratiques du leader mondial et de renforcer sa responsabilité en cas d’utilisation frauduleuse d’une marque.

Si nous voulons faire de 2015 l’année du début de la reconquête de leurs clients par nos hôteliers, il nous faudra agir sur la toile. Vous pouvez compter sur le Groupement National des Indépendants. Chaque jour, au niveau national ou international avec l’Hotrec, le GNI sera présent à vos côtés pour vous défendre, vous accompagner et obtenir la mise en œuvre des règles garantissant votre activité.

Didier Chenet
Président du SYNHORCAT et du GNI

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/4447

 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/4447 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/4447.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 

 

Vous souhaitez publier un article éducatif ? Une opinion personnelle ?

Alors cliquez ici.
 

 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori : votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.
Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »