Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Vos Articles > Nouvelles start-ups technologiques Gen-Y : les prémisses (...)
jeudi 21 juin 2018

Nouvelles start-ups technologiques Gen-Y : les prémisses d’un essor fulgurant

Cet article a été soumis pour publication gratuite par un tiers qui en assume l'entière responsabilité. TendanceHotellerie n'approuve ni ne désapprouve ce contenu.
 
 

L’émergence de microentreprises de location nouvelle génération, telles qu’Airbnb (services de partage d’hébergement), Tripndrive et Uber (services de partage de véhicules), a considérablement accéléré le business model de l’économie de partage grâce à leur croissance rapide sur le marché du voyage « pratique et économique ».

Le concept d’économie du partage, appelé aussi consommation collaborative (un écosystème socio-économique de partage des ressources) est encore relativement nouveau et naissant, mais l’explosion de la valeur des start-ups technologiques, telles qu’Airbnb et Uber, laisse penser que ce type d’économie pourrait générer 335 milliards de dollars en 2025.

KDS s’intéresse à l’impact global de l’économie partagée sur le voyageur d’affaires, les politiques et les législateurs, sans oublier les organismes de réglementation.

TAUX DE CONVERSION
10 % à 20 % des voyageurs d’affaires réservent leur voyage avec Airbnb.

Selon plusieurs spécialistes, il serait difficile de convaincre les voyageurs d’affaires qui préfèrent une expérience classique du déplacement. . En fonction de vos contraintes et de votre destination, les coûts d’Airbnb sont élevés si vous séjournez dans des villes de petite taille, où le nombre d’appartements et le coût de la vie sont considérablement inférieurs à d’autres destinations.

UN PARCOURS MONDIAL SEME D’OBSTACLES
Airbnb, Tripndrive et Uber usent de tous leurs talents pour convaincre les consommateurs européens d’adhérer à leur concept. Ils font face à une opposition farouche de la part des législateurs, ainsi qu’à des obstacles réglementaires concernant la location de propriété. Début juillet, des villes comme Barcelone ont sanctionné Airbnb pour violation des règlements régionaux de location de propriété.

Airbnb a reçu sa première amende de 38 500 dollars en Catalogne pour non-respect d’une loi votée en 2012 qui interdit la location de chambres privées à des fins touristiques. La start-up de partage d’hébergement a fait appel.

En septembre dernier, l’Allemagne a suspendu les activités d’Uber, le service de partage de véhicules, en raison d’un défaut de licences et d’assurances, contraire à la loi sur la concurrence du pays. Anja Floetenmeyer, représentante d’un syndicat de conducteurs de taxis, a indiqué que « Uber n’a jamais respecté la loi en Allemagne […] », un propos qui reflète fortement le ressenti des Allemands en ce qui concerne la promotion de l’économie de partage. Récemment, un tribunal de Francfort a annulé la suspension, démontrant l’ambigüité de la situation.

Certains pays européens, tels que le Portugal, les Pays-Bas et la France, ont accepté le fait que l’économie de partage soit un mouvement en plein essor à l’heure du numérique. Plus de la moitié des activités d’Airbnb ont lieu à Paris, ville disposant du nombre d’hébergements le plus élevé au monde, devant New York.

Neelie Kroes, commissaire européenne chargée de la société numérique, a soutenu plusieurs start-ups afin de promouvoir croissance et innovation. L’Union européenne a financé un certain nombre de startups technologiques dans l’espoir de concurrencer des leaders américains, tels qu’Uber.

Aux Etats-Unis, les start-ups technologiques sont confrontées à des obstacles légaux, ou l’impossibilité de modifier des lois ou réglementations pour refléter les changements technologiques.

Au Royaume-Uni, une récente étude de Virgin Entrepreneur a révélé que seuls 5 % de la population comprend le concept d’économie du partage. Ce modèle économique est voué à se développer au Royaume-Uni, particulièrement pour les secteurs du partage de véhicules et d’hébergements entre particuliers. Le gouvernement élabore actuellement des mesures progressives et a réuni les principaux acteurs du secteur de l’assurance pour réfléchir comment accompagner au mieux les business models basés sur l’économie partagée. Des projets pour la suppression des lois encadrant les locations courte durée sont en cours, qui pourraient s’étendre par la suite aux sites d’hébergement entre particuliers.

START-UPS TECHNOLOGIQUES : MENACE OU OPPORTUNITE ?
L’industrie hôtelière est largement touchée par cette tendance des nouvelles technologies, qui sont extrêmement bien accueillies par les jeunes générations de locataires.

Des chaînes hôtelières comme Hilton Hotels sont présentes depuis quarante ans sur le marché, mais il a fallu quatre ans seulement à Airbnb pour comptabiliser 10 millions de réservations de séjours via leur site Web et leur application mobile. Certains suggèrent qu’Airbnb pourrait « prendre la place d’InterContinental Hotels Group et d’Hilton Worldwide en tant que chaîne hôtelière la plus importante au monde, sans être propriétaire d’un seul hôtel ». Des marques sérieuses, comme les groupes hôteliers Hilton Hotel et Marriott, devraient répondre aux start-ups technologiques en s’inspirant des approches suivantes :

  • En tant que professionnels de l’accueil à part entière, elles doivent offrir des solutions complètes, de bout en bout.
  • Elles doivent comprendre les failles ou les faiblesses des start-ups technologiques.
  • Elles devraient exploiter des tendances sous-jacentes.
  • Les chaînes hôtelières renommées devraient mettre en place des expériences de partage de ressources peer-to-peer (P2P) qui profitent à tous.
  • Les acteurs bien établis devraient tirer parti de l’engagement en ligne de leurs clients.

Marriott a déjà commencé en offrant des espaces de travail à la demande, où les hôtes peuvent réserver des espaces de travail gratuitement ou via un service payant.

COLLISION DE TENDANCES GLOBALES : TECHNOLOGIE AVANCEE ET CHANGEMENT SOCIAL
Qu’est-ce qui encourage le business model d’économie collaborative, ou les tendances globales en matière de technologie avancée, de rareté des ressources et de changement social ? Point final de l’ère préindustrielle, où les communautés devaient partager des ressources pour survivre, la communication du monde numérique moderne permet d’instaurer un partage au sein d’un village mondial de consommateurs et de fournisseurs, et d’obtenir une crédibilité basée sur les avis publiés en ligne par les utilisateurs.

Il existe des entreprises qui parviennent à tenir leurs promesses et constituent ainsi des exemples. Luxe Valet est un service de voiturier à la demande disponible sur application mobile. En tirant parti d’un logiciel de suivi GPS, cette start-up est l’un des tout derniers exemples de ces nouvelles sociétés qui utilisent les appareils mobiles pour améliorer l’expérience de voyage.

SOURCES
http://www.virgin.com/entrepreneur/global-sharing-economy-revenues-could-hit-335-billion-by-2025
http://www.virgin.com/entrepreneur/infographic-is-there-a-lack-of-understanding-around-the-sharingeconomy
http://venturebeat.com/2014/09/08/from-p2p-to-b2b-the-next-phase-of-the-sharing-economy/
http://www.nytimes.com/2014/09/22/technology/sharing-economy-faces-patchwork-of-guidelines-ineuropean-countries.html http://webintravel.com/new-gen-renter-threat-opportunity-hotels/ http://www.wired.com/2014/11/hotels-sharing-economy/

Article soumis pas KDS :
KDS est un fournisseur international de solutions en ligne de gestion des déplacements professionnels et des notes de frais. La technologie en cloud de KDS couvre toute la chaîne de la gestion des déplacements et des dépenses professionnelles – elle assure l’application des politiques de l’entreprise en automatisant les processus depuis la réservation d’un voyage jusqu’au traitement de la note de frais. La maîtrise de chaque étape de la gestion des voyages et notes de frais permet aux clients de KDS de réduire leurs coûts et de simplifier les processus. En intégrant des liaisons vers un panel complet de fournisseurs de paiement et de voyages (compagnies aériennes, location de voiture, compagnies ferroviaires, hôtels…), KDS assure la disponibilité en temps réel et l’optimisation des offres et tarifs négociés de ses clients. KDS place l’expérience utilisateur au coeur de sa stratégie de développement, convaincu que l’adoption de l’outil est la clé du retour sur investissement et de la maîtrise des dépenses.

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/4361

 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/4361 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/4361.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 

 

Vous souhaitez publier un article éducatif ? Une opinion personnelle ?

Alors cliquez ici.
 

 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Message limité à 5000 caractères.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »