Vous êtes dans la rubrique : Vos Articles
vendredi 18 septembre 2020

[opinion] Face à la crise du covid-19, le non-déplacement deviendra-t’il la règle ?

Cet article a été soumis pour publication gratuite par un tiers qui en assume l'entière responsabilité. TendanceHotellerie n'approuve ni ne désapprouve ce contenu.
Photo by Daniel Abbatt from Pexels

Pour endiguer la propagation du COVID-19, les déplacements sont réduits au strict minimum et le seront encore probablement pour plusieurs mois. L’économie en est bien sûr bouleversée et les entreprises sont soudainement privées de leur mobilité. Cette crise nous invite ainsi à repenser notre façon de nous déplacer pour concilier mobilité et responsabilité sanitaire et écologique.

Nous ne reviendrons pas « à la normale » … et c’est peut-être une chance.

La crise que nous traversons pourrait accélérer des tendances déjà présentes dans l’organisation du travail. Pour nombre de salariés, elle pourrait ancrer le télétravail en lieu et place du vieux triptyque « métro-boulot-dodo » et de la multiplication des voyages d’affaires, de plus en plus coûteux (1000 milliards de dollars par an). Le télétravail n’ayant pas entraîné de baisse significative de la productivité, à l’avenir beaucoup de tâches pourront être réalisées à distance via des systèmes de visioconférence de plus en plus performants, ne nécessitant donc aucun déplacement…

Cependant, si le confinement a démontré l’efficacité de la visio, il a aussi montré qu’elle était inadaptée dans certaines situations… Difficile en effet de négocier un contrat important, visiter un site de production, rencontrer un acteur-clé, gérer une entreprise multi-sites… en étant tenu à résidence. Si l’on peut s’interroger sur la pertinence de certains déplacements professionnels, tous ne peuvent pas être supprimés. Beaucoup d’entreprises pendant la crise souffrent de cette privation de mobilité. Des solutions doivent être trouvées pour permettre aux personnes de se déplacer sans compromettre l’environnement sanitaire.

Le « non-déplacement » doit être la règle pour permettre l’émergence d’une aviation « responsable ».

Le COVID-19 a sans doute sonné le glas du transport de masse, déjà fortement critiqué pour son impact environnemental. Il apparaît aujourd’hui comme un vecteur contribuant à la propagation d’épidémies et le principe même de lignes régulières, quotidiennes, pour des déplacements non essentiels, semble presque obsolète. Nous devons radicalement repenser nos moyens de transport pour que nous puissions les utiliser sans risquer de mettre notre santé et celle de la planète en danger.

Nous devons désormais nous poser systématiquement la question de la fréquence de nos déplacements. Dans un monde où le déplacement ne serait plus aussi régulier mais ponctuel, les services proposés devront être beaucoup plus basés sur un modèle « on demand ». Nous devons sans doute effectuer une transition du transport régulier de masse, vers un transport plus flexible et individualisé, rendu possible par l’avènement de plateformes digitales et de moyens de transport légers (avions électriques, drones avec passagers, voitures électriques autonomes…).

Dans le secteur aérien, cela signifierait une transition de l’aviation commerciale traditionnelle vers un modèle plus proche de celui actuellement opéré par l’aviation privée. Cela fait sens aussi bien sur le plan sanitaire qu’écologique si on inscrit cette transition dans une logique de voyages ponctuels et uniquement dédiés à des déplacements à fort enjeu économique. En effet, les appareils aujourd’hui utilisés par l’aviation légère dégagent beaucoup moins de gaz à effet de serre que les gros porteurs, et l’arrivée d’avions électriques légers va accroître significativement cette différence. En réduisant le nombre de vols et en utilisant ce type d’avions légers on limite le risque épidémique et on réduit l’empreinte carbone du secteur aérien.

Relocaliser nos industries est devenu une obligation : les transports peuvent y contribuer

Ce modèle de déplacements indispensables, ponctuels et flexibles en lieu et place de lignes fixes régulières est propice au désenclavement des territoires. Cela favoriserait la relocalisation d’activités économiques clés en région et nous prémunirait à l’avenir d’une dépendance à des chaines d’approvisionnement lointaines, encore plus difficiles à maîtriser dans un contexte épidémique.

On peut déjà louer à la demande des avions transportant 4 passagers pour 500 € HT l’heure de vol. Un prix sans doute encore un peu élevé. Reste donc à permettre aux Collectivités Locales de subventionner ces vols à la demande plutôt que de mettre des millions d’Euros dans des lignes régulières structurellement déficitaires.

Le monde d’après le COVID-19 sera différent. Si cette pandémie a mis à mal notre économie aujourd’hui et va sans doute nous faire encore souffrir pendant quelques temps avec le risque d’une importante récession, à long-terme elle aura peut-être des effets bénéfiques. Les changements dans l’histoire ne se sont jamais produits par hasard. L’urgence écologique nous imposait déjà de revoir notre mode de vie, c’est finalement l’urgence sanitaire qui apportera cette prise de conscience. La mondialisation doit évoluer, notre mobilité doit se transformer.


A propos de l’auteur :
Article fourni gracieusement par :
Charles Cabillic, w3.bzh (West Web Valley, AlloVoisins, Air Affaires, La Digital School)
En 15 ans, les sociétés du Groupe W3 auront créé plus de 2500 emplois directs et indirects (en équivalent temps plein), pour l’essentiel basés en Bretagne et en régions. Voir son profil

LinkedIn

 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/13368 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/13368.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 

Vous souhaitez publier un article éducatif ? Une opinion personnelle ? Alors cliquez ici

 
 
 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Faire de la publicité ? Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de (...) En savoir plus »