Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Marketing & distribution > Lastminute.com au tribunal pour publicité mensongère
mercredi 14 novembre 2018

Lastminute.com au tribunal pour publicité mensongère

 
 

Ils s’attendaient à dormir dans un confortable hôtel 3 étoiles à Izmir mais ils sont tombés dans un établissement où « tout était catastrophique ». Cette mésaventure vécue en Turquie en 2004 par deux familles de touristes français, qui avaient réservé leurs vacances sur Internet, va coûter un procès pénal au célèbre voyagiste en ligne Lastminute.com.

Après plus de trois ans d’instruction, une juge parisienne a décidé, par une ordonnance du 7 septembre, de renvoyer la société devant le tribunal correctionnel pour « publicité mensongère ». Motif : l’hôtel vendu aux clients n’était pas répertorié en tant que 3 étoiles normes locales auprès du ministère turc de la Culture et du Tourisme, ni même classé.

« Rien ne correspondait aux prestations promises. Cette décision est une nouvelle consécration du droit des consommateurs à bénéficier des services pour lesquels ils ont payé », réagit Me Olivier Baratelli, avocat des deux familles. Celles-ci avaient choisi leurs vacances sur Lastminute.com. L’été 2004, ces deux couples s’envolent vers la Turquie pour un séjour du 4 au 18 août. La première semaine du circuit correspond pleinement à leurs attentes. En revanche, ils déchantent en découvrant les conditions d’hébergement du présumé hôtel 3 étoiles. Ils passeront deux nuits avant d’obtenir d’être relogés dans un établissement correct.

Fils électriques pendant dans les chambres, inondations venant des douches, climatisation en panne : les touristes feront une description des lieux peu reluisante. L’un d’eux affirme même qu’on leur a proposé du beurre et de la confiture avariés. De retour en France, ce vacancier, photos à l’appui, se plaint auprès de Lastminute.com.

La responsable du département qualité à Voyages sur mesure, une des sociétés du groupe, répercute ces doléances au tour-opérateur qui a organisé le séjour. Ce dernier est incapable de démontrer que l’hôtel incriminé avait 3 étoiles. Devant le mécontentement des vacanciers, Lastminute.com propose un dédommagement de 150 €. Ces derniers préfèrent déposer plainte fin 2006.

La juge d’instruction a estimé que les prestations fournies ne correspondaient pas au descriptif annoncé. Or les touristes avaient justement choisi ce séjour en raison notamment d’un hébergement en hôtel 3 étoiles.

Contactée hier, l’avocate de Lastminute.com n’a pas souhaité s’exprimer.

Source : Le Parisien

 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/708 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/708.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori : votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.
Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »