Bonjour,

Vous appréciez notre contenu, cependant votre bloqueur de publicité nous prive des ressources publicitaires sans lesquelles ce site n'aura d'autre choix que de fermer.
Certains sites ont abusé de la publicité en envahissant les écrans et ce sont tous les autres éditeurs qui paient pour ces abus. Nous vous invitons à lire cet article Les adblockers m’ont tuer.
Merci de désactiver votre logiciel (par exemple ADBLOCK) qui bloque les publicités.
Pour désactiver votre logiciel bloqueur de publicité sur notre site (et uniquement sur notre site), il suffit de cliquer sur l'icône de votre bloqueur de publicité puis de cliquer sur "autoriser ce site". Si vous avez un doute, contactez-nous
Merci de votre compréhension

Voici les logos de quelques uns de ces logiciels :



 
Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Marketing & distribution > Rentrée 2015 de la distribution : le calme après (...)
mercredi 28 juin 2017

Rentrée 2015 de la distribution : le calme après l’énervement ?

 

Jamais l’actualité des OTAs n’a été aussi riche après l’accord devant l’Autorité de la Concurrence, le jugement contre Expedia puis enfin la Loi Macron au sujet de laquelle on ne peut pas vraiment s’extasier tant sa rédaction est approximative.

Rappel des avancées sur les contrats

L’Autorité de la Concurrence mettait fin à la parité tarifaire entre canaux tiers mais la maintenait entre le propre site web de l’hôtel et Booking.com. Le jugement du Tribunal de Commerce interdisait la parité de tarif mais pas celle de disponibilité tout en se limitant aux seuls hôtels mentionnés dans l’assignation d’Expedia par le Ministre de l’Economie. Puis est venue la Loi Macron dont la rédaction d’une part ouvre une ambiguïté quant à la qualification de l’expression "plateforme de réservation" et d’autre part isole la France du monde du Tourisme en exigeant la fixation du prix de vente final au client par l’hôtel, remettant en cause des décennies de fonctionnement du monde du tour operating. Chuuut, ce paragraphe est une avancée extraordinaire pour l’hôtellerie. Si si, on vous assure que ça va pérenniser l’activité hôtelière pendant plusieurs décennies.

Les ambitieux sortent du bois

La promulgation de la Loi Macron en août a réveillé les ambitions, le pompon revenant aux "vaches à lait des OTAs" en toute indécence en pleine VRAIE crise des agriculteurs. Côté syndicats, tant l’UMIH que le GNI ont joué leur rôle, à savoir émettre des courriers types et des recommandations à destination de leurs adhérents. C’est suffisamment rare pour être notable.

Le sondage réalisé récemment par TendanceHotellerie démontre qu’aucune entité n’a été investie du pouvoir suprême de négociation des hôteliers. A la question "Trouvez-vous ces entités en mesure de vous représenter ?" Fairbooking n’a spontanément convaincu que 17 % des hôteliers et on ne peut manifestement pas appeler ça un vote de confiance. C’est sur qu’en s’alliant par exemple aux 22 % des chaînes volontaires, les vaches pourraient beugler plus fort gagner en représentativité, d’où la réunion "secrète" de ce jour. Chuuut, mais tout le monde sera-t-il présent ?

Négocier ?

Si les hôteliers veulent vraiment négocier de nouveaux contrats, rien ne sera productif sans le soutien de TOUS les syndicats. Quant aux syndicats dont le risque d’enflement de cheville risquerait de survenir, rien ne sera productif sans le soutien des non syndiqués, des chaînes volontaires ni même de Fairbooking dont la collusion avec le GNI est pourtant flagrante.

Pour le dire autrement, chaque entité peut aller seule prendre le café avec les représentants des OTAs, tous bien élevés au demeurant. Hormis la quantité de sucre dans le café ou le nombre de biscuits, rien d’autre ne sera négocié. Alors qu’ensemble, d’une seule voix, le résultat pourrait être tout autre...

Côté OTAs, Booking.com se dit prêt à discuter avec des gens... intelligents (pas d’extrémiste ni d’énervé NDLR). Expedia ne reconnaît pas vraiment la loi Macron mais ne refuse jamais la discussion. Quant à HRS, la porte est ouverte comme elle l’a toujours été. C’est bien gentil de discuter du stage de poney du petit dernier, mais ce serait mieux si de vrais changements survenaient.

En tous les cas, construire une nouvelle relation autour d’un nouveau contrat suppose que chacune des deux parties y mette du sien. Les hôteliers peuvent toujours essayer d’envoyer un avenant aux OTAs en disant "si tu contestes pas dans les 15 jours, c’est que c’est tout bon"... sauf que le père Noël n’existe pas.

Les news côté OTAs

Maintenant que des hôteliers américains ont dénoncé la reprise d’Orbitz par Expedia devant l’anti-trust américain, personne ne connaît l’issue de cette potentielle fusion créant un duopole. A force de faire attendre le duopole existera non pas par fusion Expedia-Orbitz mais par décès du 3ème acteur, en l’occurrence Orbitz.

En achetant l’australien AS Digital opérant notamment bookarestaurant.com, Priceline, maison mère de Booking.com, renforce ses positions sur la réservation de restaurant qu’elle occupe déjà avec OpenTable. Ah la la ces restaurateurs qui ne voient pas se reproduire avec eux mais à plus grande échelle ce que les hôteliers ont expérimenté.

Ajout du 15 septembre 2015
Par un communiqué de presse publié à 18h31 le 14 septembre, l’association européenne des services de technologie et de voyage (ETTSA) a annoncé le dépôts de plaintes de ses membres opérateurs de voyage auprès de la commission européenne contre la Loi Macron : contenu intégral ici

La grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf : TripAdvisor

Poids plume sur le plan du chiffre d’affaires en comparaison à Priceline et Expedia, TripAdvisor qui lorgnait les résultats de ses "partenaires" se met désormais à faire le même métier, à savoir enregistrer la réservation sur son site au lieu d’envoyer l’internaute la conclure ailleurs. Son modèle de commission est quand même un modèle du genre : à 15 % de commission, un hôtelier ne voit son offre affichée que dans 50 % des cas.

Le côté rassurant de cette histoire, c’est que la Loi Macron s’applique désormais à TripAdvisor. Encore faut-il que les hôteliers ne signent pas n’importe quoi...

Quant au énième faux point de vente bien classé sur TripAdvisor, après un faux restaurant italien en juillet, c’est un faux restaurant que les journalistes de France2 ont réussi à créer à Paris. Classé 113ème sur 13.000, on pourrait croire que les journalistes ont fait du zèle. Mais non : quelques bons commentaires et hop. TripAdvisor ne reconnaît aucune faille mais vilipende les très vilains journalistes qui ont fait leur travail, eux. Et la marmotte...

Le cas d’école : Accor Hôtels

Quant à Accor qui fanfaronnait récemment sa volonté de contrer Booking grâce à Fastbooking, son contrat ferait rire s’il n’était à pleurer :
- commission facturée sur le TTC. Quelle honte de la part d’un hôtelier !
- clause de brandjacking noyée au milieu du contrat et impossible à décocher. Circulez, ya rien à voir...
- impossible de connaître ni même avoir un droit de regard sur les affiliés. Vous voulez des clients zut ou crotte ?
- aux 14 % de commission, si on y ajoute les 5 % du programme de fidélité (à Accor, pas aux indépendants NDLR) on arrive à 19 %. C’est plus que Booking mais au moins ça reste en France alors bon sang, soyez patriotes !
- ah oui, on peut faire baisser les 14 % en 12 % si on utilise un autre produit Fastbooking : moteur de réservation, channel manager, site web, TPE, compte bancaire, ah non pas les deux derniers, enfin pas encore. C’est cool parce qu’à 17 % (12+5) qui restent en France ne l’oublions pas, les clients seront fidèles à... Accor.

Accor n’aime pas être le gibier des OTAs mais se comporte en prédateur avec les hôtels indépendants. C’est toujours plus facile de copier que d’innover !

Conclusion

Qu’il est long le chemin qui va conduire les hôtels à se regrouper, à agir dans le même sens, hors des sempiternels concours de celui qui pisse le plus loin. C’est très rassurant pour les ogres du web car pendant ce temps là ils ont le champ libre...

Contrat AccorHotels.com pour les indépendants

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/5188

Si vous copiez cet article partiellement ou intégralement, n’oubliez pas d’insérer le lien https://suiv.me/5188 vers sa source ou le lien https://suiv.me/5188.qr vers le QR Code ci-contre. N'hésitez pas à consulter le monde d'emploi ou à lire les CGU.
 
 

Les commentaires

  • 1. Rentrée 2015 de la distribution : le calme après l’énervement ? , 14 septembre 2015, 17:06, par hotel gue de beauvoir Yves

    une seule solution, lancer par la communication un site de réservation directe avec l’hôtel (appartenant aux hôteliers) en permettant au visiteur de trouver le n° de téléphone ou l’adresse des hôtels de la région choisie. Une communication et une organisation d’envergure peut ne coûter que peu d’argent (style 10€) si les hôteliers s’unissent.
    Je continue à proposer une action de communication via la course du rhum avec un bateau révolutionnaire, car jamais utilisé et 50 fois moins coûteux que ses concurrents tout en étant plus intéressant à observer (car inédit) et donc plus porteur d’un message ou d’une adresse que les hôteliers doivent choisir et inventer.
    avis à ceux qui en ont assez d’attendre des instances officielles (gouvernements ou syndicats) des solutions sans suites.
    Nous devons inventer et unir ceux qui désirent exister quelque part ailleurs que dans la liste d’un intermédiaire virus et macrophage.
    C’est à nous de choisir le budget de notre comm et la voie de réservation en la faisant connaître.
    N’avez vous pas de plus en plus de clients qui vous disent connaître les problèmes des hôtels (car ils en ont entendu parler par infos diverses) et qui de ce fait essaient de vous trouver pour vous réserver en direct ?
    Pour ce qui me concerne, c’est le cas, et cela me montre que si nous montons un annuaire ou un bidule ou un machin capable de machiner, (à discuter et inventer avec les cerveaux qui veulent bien se concerter), nous pourrions améliorer sensiblement la part de location directe et rembourser très rapidement la mise de fonds. Ce serait en tout cas plus efficace et moins coûteux que les blablas environnants.
    A tous ceux que cela émoustille, je vous invite à nous regrouper, déjà par internet pour évaluer une possibilité.
    Pour ce qui concerne la course du rhum, je peux vous soumettre un projet réaliste et peu coûteux qui ferait exploser la prise de conscience des gens qui ont besoin de nos services. n’hésitez pas à me le demander
    cordialement Yves

  • 2. Rentrée 2015 de la distribution : le calme après l’énervement ? , 14 septembre 2015, 22:00, par Ika

    Bonjour,

    Ce que vous proposez Yves existe en partie !

    Cela s’appel fairbooking !

    Créé par une association à but non lucratif d’hôteliers qui voulez lutter contre les ôta et TripAdvisor

    Elle a pour seul but d’unir informer et crée un outil de réservation sans commission ! Elle regroupe plus de 2000 hôtel sur les 17000 classé en France

    Pour le problème des syndicats je me permet encore de dire ici que le principal problème c’est l umih qui est le syndicat qui a le plus la confiance de la profession et qui pourtant là mérite le moins ! Il faut changer de syndicat pour envoyer un message clair !

    Depuis la loi macron il faut absolument

    - être moins cher sur son site
    - être sans frais de resa
    - ne met des dispo sur les ota que si cela est bien nécessaire
    - avoir les meilleurs conditions d’annulation
    - avoir un système de réservation très pro qui rassure
    - informer de tout ces points sur son site

    J’invite tout les hôteliers à s’informer sur fairbooking à communiquer et échanger !

    Il faut passer le mot

  •  
     

Un avis, un commentaire ?

À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants auto-promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Message limité à 5000 caractères

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »