Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Marketing & distribution > Booking plus fort que la loi Macron, (Fair)Booking (...)
mardi 13 novembre 2018

Booking plus fort que la loi Macron, (Fair)Booking oublie le fair = vive la cacophonie !

 
 

Correctif à 17h50 le 7 août : la loi Macron a été promulguée par le président de la République. Ceci veut dire que les OTAs n’ont plus le droit de vendre vos chambres (cf. notre article sur la loi Macron) ! L’article reste inchangé sur le reste...

A peine les articles de la loi Macron concernant les hôtels validés le 6 août par le Conseil Constitutionnel, Booking.com dégaine le 7 août un avenant au contrat (cf. avenant intégral en bas de page).

Booking.com plus fort que la loi Macron !

C’est une mauvaise habitude qu’ont pris les multinationales du web, celle de se croire au-dessus des lois. Booking.com stipule dans on paragraphe MANDAT : "Nous ratifions et confirmons par la présente que notre relation avec vous est celle d’un mandat par lequel nous agissons en tant que votre agent (mandataire) dans le processus de réservation, aux termes et conditions de l’Accord."

Le "problème", c’est que la loi Macron dit de manière simple et limpide : "Les contrats entre hôteliers et plateformes de réservation en ligne conclus antérieurement à la présente loi cessent de produire leurs effets dès l’entrée en vigueur de la présente loi."

Que Booking.com le veuille ou non, ses anciens contrats ne seront plus valables dès l’entrée en vigueur de la loi Macron, dans un délai maximum de 15 jours suivant la transmission du texte au gouvernement. Le décret d’application pourra éventuellement fixer un délai permettant aux parties d’avoir le temps de se mettre d’accord, mais rien n’est garanti surtout en période estivale.

Un avenant ne peut pas être un nouveau contrat car un contrat, ce qu’impose la loi, ne se contente pas d’un "si tu dis pas que t’es pas d’accord dans les 15 jours, c’est bon".

Il y a donc obligation de signer de nouveaux contrats de mandat, manuscrite ou électronique.

Côté syndicats hôteliers ?

Commençons par le principal syndicat où c’est le calme presque plat depuis plusieurs semaines. Mis à part l’envoi début juillet des documents suivants à ses adhérents, RAS :

Ces deux documents sont plutôt bien faits et clairs. Dommage que l’UMIH n’en ait pas fait de tapage médiatique.

Côté GNI, deux évènements un peu plus médiatisés :

Rien que des bonnes choses côté syndicats, en tous les cas des choses qui aident leurs adhérents, et même au delà. Bravo !

Côté hôtels ?

C’est un peu le calme plat du côté des hôtels indépendants ou des chaînes. Chez les indépendants, peu ont compris que la loi imposait le passage par la case nouveau contrat. Sans doute un défaut de communication des syndicats à leurs adhérents. Ceci dit, rien de bien étonnant quand on regarde ce qui se passe depuis 15 ans : les indépendants sont incapables de se fédérer en masse.

Le cas ReservationEnDirect alias (Fair)Booking

L’association ReservationEnDirect avait été créée en 2013 afin d’une part de mettre fin aux pratiques abusives des mastodontes du web, et d’autre part éduquer hôteliers et clients à réserver en direct.

Début 2014, l’association a hérité du projet FairBooking qui après des débuts prometteurs est resté en quasi jachère jusqu’à récemment. Pour qu’un tel projet avance, il faut un conseil d’administration qui avance également et de ce côté-là, c’était mou ou disons mollasson, les quelques personnes motivées étant rapidement démotivées par l’absence de décisions et d’idées.

Il a fallu des efforts extraordinaires des quelques salariés et des désormais rarissimes bénévoles de l’association pour passer le cap des 2.000 adhérents professionnels de l’hébergement en juillet 2015, là où Booking en rassemble plus de 20.000.

Début 2015, l’ancien président démissionne, un nouveau est nommé en la personne de Pascal Droux. Sans remettre aucunement en cause l’homme qui a prouvé sa capacité à mener ses affaires avec brio en respectant au quotidien son personnel et ses clients, c’est sa double casquette secrétaire général du GNI et président de ReservationEnDirect qui risquait de poser un vrai problème de conflit d’intérêt.

Août 2015, le conflit d’intérêt est avéré et sérieux. En effet, la communication de la Charte 2015 de la distribution entre hôteliers et OTAs du GNI est faite par un communiqué commun GNI & ReservationEnDirect.

En complément, ReservationEnDirect lance un mouvement appelé "Les Vaches à lait des OTAs" avec une pétition, un site web, une page Facebook :

Cette campagne "Les vaches à lait" pose plusieurs problèmes :

  1. En plein contexte de crise agricole, emprunter aux paysans une de leurs expressions alors que les hôteliers sont à des années lumières de la précarité des paysans français n’est pas éthique et donc pas "fair"
  2. ReservationEnDirect et FairBooking se sont toujours abstenus de mêler les clients aux problématiques contractuelles des hôtels avec les OTAs car les clients n’en ont strictement rien à faire. Booking et les OTAs sont aussi pratiques que les hypermarchés et à part construire un autre hypermarché meilleur marché et au moins aussi pratique que les autres, rien ne va faire bouger l’immense majorité des clients. Mêler les clients à cette démarche est inapproprié et certainement contre-productif, surtout si les clients comparent la situation des hôteliers à celle des vrais paysans dont le prix de vente du lait ne couvre même pas les frais de production
  3. La collusion GNI-RED est encore plus malsaine. En tous les cas, elle prive RED des adhérents UMIH qui ne se retrouvent pas dans le GNI pour X raisons. Pour RED, s’allier au GNI c’est se tirer une balle dans le pied.

Mais dans quel but ? RED s’est mis en tête d’être la seule entité qui négocierait avec les OTAs. Pour négocier, il faut d’une part en être mandaté par les hôtels et d’autre part que les OTAs soient disposés à négocier. Seul le nombre peut aider les OTAs à "devenir raisonnable". Le problème c’est qu’en se privant des adhérents UMIH et des hôteliers anti-syndicat, le mouvement est sérieusement handicapé. Côté chaînes hôtelières volontaires, les expériences de 2009 et 2010 ont tourné court dès l’entrée en jeu des syndicats hôteliers. Bref les chaînes risquent de voir d’un très mauvais œil la récupération politicienne du mouvement par un syndicat, qui plus est pas le plus représentatif en France. Voici une photo prise lors d’une réunion de travail à propos des OTAS, à laquelle ne participaient quasiment que des patrons & représentants de chaînes hôtelières pendant Top-Résa 2009 à Paris.
JPEG

Quand FairBooking utilise un nouveau logo qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celui de Booking.com : quasiment la même police sauf l’arrondi du "B", mêmes couleurs que celles de Booking.com, on se dit que FairBooking fait à Booking.com ce qu’il lui reproche : l’usurpation. Pas ’fair" du tout !!!

à comparer à

Conclusion

La négociation avec les OTAs, si elle finit par avoir lieu, risque d’être compliquée si les hôteliers ne se mobilisent pas eux même. Que les syndicats hôteliers donnent un coup de main logistique est une chose, que le mouvement soit piloté par les syndicats ne mènera qu’à la même chose que d’habitude : un concours de "moi je"...

Avenant Booking.com du 07 août 2015 suite à la Loi Macron

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/5104

 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/5104 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/5104.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

    Les commentaires


    1. le 7 août 2015 à 17:01, par Bir Patricia

    A l’occasion de l’arbitrage qui l’oppose avec le vendeur de mon établissement , j’ai appris que transmettre un mémoire commun réalisé par un seul et même avocat , pour moi l’acheteur , et mon père ( intervention forcée) etait une grave erreur . Cela a été mal pris par les arbitres .

    Je suis surprise de ce choix , fait par des professionnels : le choix de communiquer ensemble cette charte, qui est pourtant la bienvenue .

    2. le 8 août 2015 à 09:11, par Ika

    Mouai Mouai

    J’étais à l umih des années je ne suis plus syndiqué !

    Amis hôteliers indépendant oui les différentes délégations de l umih font un super boulot

    Mais svp barrez vous de ce syndicat la tête au niveau national fait semblant de défendre vos intérêts !

    A moins d’être une chaînes hôteliers l umih c’est pas une bonne solution !!!! Ils font même partie du problème !

    Je sais que vous avez investie du temps dans ce syndicat mais c’est pas une religion vous pouvez en changer peu un porte le nom du syndicat pourvu qu’il nous défendent


    La charte du gni elle est un peu utopique la plus par des revendications qu’elle porte sont irréalisable ! Il faut ce concentrer sur l’essentiel et réalisable
    les ôta on trois piliers porteur

    - parité des dispo - c’est supprimé
    - parité des tarif et conditions - c’est supprimé
    - utilisation du nom commercial sans limite pour faire leurs pub - toujours en place

    Notre combat doit être de faire tomber ce derniers point !
    Ce point est presque plus important que la parité tarifaire !
    si ce point tombe une grosse partie des réservation direct que nous avons perdu seront a nouveau sur nos sites officiels

    la clé c’est de nous réunir tous au niveau national (un jour international)
    la clé est aussi tenu par les chanel manager et moteur de réservation il suffit qu’un d’entre eux fassent correctement sont boulot en étant abordable à un ensemble d’hôtel pour changer la donne

    En attendant l’objectif sur votre site officiel c’est

    - au minimum - 15 % par rapport au prix ota
    - pas de frais de resa et d’annulation
    - meilleurs condition d’annulation (4 jours ota vs 3 jours site officiel)
    - prévenir en premières page tous ces points et que c’est sur votre site que la resa est plus direct et plus sécurisé
    - plus de photos et informations sur votre site
    - le minimum d’information et photos chez les ota
    - une seule offre un seul tarif chez les ôta
    - fermeture des dispo des périodes où les ota sont inutiles pour remplir

    Fairbooking peu ce tromper parfois ! Mais c’est important de les soutenir quand même car Fairbooking c’est d’abord nous ! Et avec le temps on devraient y arriver !!!

    3. le 27 mai 2016 à 13:07, par angrand eric

    Bonjour, je propose une vaste campagne fairbooking sur Paris 1 er zone touristique en France. Elle consisterait à tous se déconnecter une ou deux journées pour commencer par semaine / mois. La préssion sera t’elle qu’ils vont avoir la colique et se mettre à la table des négociations. Il faut savoir concentrer le budget fairbooking/syndicats sur cet objectif. Chaque hôtelier manager ou personnel devrait rencontrer tout ses collègues par secteur, arrondissement. Voilà une action choc. Pour les hôteliers sans site web pour leur résa fairbooking devra leur proposer une solution lite. C’est la seule solution pour récupérer nos marges et donc notre trésorier. Les budgets des syndicats qui nous représentent devront soutenir financièrement notre action. C’est notre argent ! Il ne faut plus clémender mais imposer. Notre action devrait se répondre comme une traînée de poudre....le changement vient toujours part la base (2700 hôtel sur fairbooking en 2016).

    4. le 27 mai 2016 à 13:39, par Guilain Denisselle

    Décidément la méthode CGT fait des émules.
    Cependant avant de vous emballer, je souhaite vous rappeler les statuts de l’association ReservationEnDirect :

    a) Sont membres les personnes physiques ou morales exploitant un établissement d’hébergement ou de restauration et agréées en qualité de membre dans les conditions visées à l’article 6 ci-aprés. Les membres acquittent une cotisation annuelle dont le montant et la date d’échéance sont fixés chaque année par le conseil d’administration.
    b) Sont adhérents les personnes physiques ou morales n’exploitant pas d’établissement hôtelier ni de restauration et agréées en qualité
    d’adhérent dans les conditions visées à l’artic le 6 ci-après. Les adhérents ne versent pas de cotisation.

    Si les 2700 établissements revendiqués avaient réellement acquitté leur cotisation, RED aurait un budget annuel largement supérieur à 1/2 million d’euros. Mon petit doigt me dit qu’ils en sont loin, très loin...
    Et si le premier devoir de FairBooking était de dire la vraie vérité concernant son véritable nombre de membres ?
    Question subsidiaire : votre fournisseur de linge compte-t-il sur son syndicat pour faire son propre travail commercial ? Euh... non, il se contente d’investir dans son service commercial. Et bien c’est la même chose pour toutes les entreprises, et les hôtels sont des entreprises comme les autres...

    5. le 29 mai 2016 à 23:15, par GD

    Tenter de me salir ne pas vas plus vous grandir que le conseil d’administration de cette association moribonde qui n’existerait d’ailleurs pas sans moi (c’est facile d’oublier les centaines d’heures que j’ai donné à cette association et dont aucun de ceux qui me vilipendent n’ont donné le quart ni même le dixième) : votre attitude méprisable et méprisante ne montre que votre totale incapacité à avancer des arguments et votre incapacité à me démontrer que je me trompe.
    Un jour vous redescendrez de votre nuage et vous ouvrirez les yeux... enfin je vous le souhaite.

    6. le 30 mai 2016 à 11:54, par GD

    Monsieur Angrand,
    Dans deux messages postés avec des adresses emails différentes dont une fausse mais effectivement proche de celle d’aujourd’hui, vous avez choisi de sous-entendre que je travaillais pour... (les OTAs sans doute) puis avez passé le cran supérieur en affirmant que je n’étais pas honnête.
    Conformément aux CGU, vous êtes banni des forums de TendanceHotellerie.

    7. le 15 septembre 2016 à 18:20, par Manuel B

    Notamment en continuant de demander la parité tarifaire ? Qui contacter ?

    8. le 15 septembre 2016 à 18:40, par TH

    Vous mettez le doigt sur le problème !
    Les syndicats n’ont à priori pas encore mis en demeure les OTAs récalcitrants. Et un hôtelier tout seul n’osera pas se lancer...
    Avez-vous lu et article : Infographie : 11 mois après la Loi Macron, qu’est-ce qu’une plateforme de réservation en ligne ?

 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori : votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.
Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »