Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Marketing & distribution > Les Pages Jaunes encaissent 15% de commission sur les (...)
dimanche 23 septembre 2018

Les Pages Jaunes encaissent 15% de commission sur les réservations d’hôtel effectuées sur l’annuaire. Prochainement les légumes, l’habillement, la hifi...

 
 

Les agences de voyages en ligne n’ont qu’à bien se tenir et les hôteliers n’ont plus qu’à avaler la pilule : les Pages Jaunes jouent désormais sur le marché de la réservation en ligne de chambres d’hôtels, en proposant aux clients de réserver directement sur leur site : http://www.pagesjaunes-resa.fr. Dans d’autres domaines, on appellerait ceci un à un abus de position dominante.

Les Pages Jaunes comptent en effet 16 millions de visiteurs uniques par mois et, avec plus de 21 millions de recherches annuelles pour l’activité « hôtel » (top 5 des recherches les plus effectuées), il est le 6ème site le plus visité en France. L’activité hôtellerie est donc très rentable pour les Pages Jaunes, qui cherche désormais à profiter au maximum de cette manne financière en jouant sur leur position dominante, au détriment des hôteliers. On peut en effet parler de position dominante, quand on connaît le crédit et la confiance que les clients Pages Jaunes accordent au site, annuaire quasi-institutionnel en France. L’histoire des Pages Jaunes est indissociable de nos services publics et le virage pris réellement dans son actionnariat et sa façon de fonctionner n’a pas été perçu par ses visiteurs/lecteurs.

Les taux de commission sont conséquents, puisque Pages Jaunes facture 15% HT sur toutes les réservations réalisées à partir du service de réservations hôtelières de Pages Jaunes si l’hôtel n’a pas souscrit à une offre payante de publication statique annuaire. Si l’hôtel a souscrit une forme payante de publication statique annuaire dans les Pages Jaunes, sa commission est de 10% HT (carte de visite). Pour parfaire le système, si l’hôtelier intègre la solution de réservation en ligne sur son site internet, personnel ou créé par Pages Jaunes (et donc payé par l’abonnement souscrit dans le contrat annuel ou pluri-annuel), il paiera une commission de 5% HT sur toutes les réservations ! Ou comment gagner le beurre et l’argent du beurre…

En revanche, l’hôtelier garde la liberté du nombre de chambres qu’il alloue à Pages Jaunes. Ouf, tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Pages Jaunes proposait jusqu’alors des services optionnels aux hôteliers, comme l’ajout de photos, de site web, etc. facturés une fois, et pas sous forme de commission.

Au-delà d’un simple service de réservation d’hôtels, comme le proposent la plupart des agences de voyages en ligne-OTA, Pages Jaunes ne se contente pas de jouer un rôle d’intermédiaire, puisque la carte bancaire des clients qui réservent est débitée de l’intégralité du séjour. Une fois la commission déduite, l’hôtel est payé en fin de chaîne, 45 jours après départ du client dans la configuration actuelle avec la société Constellation

Pages Jaunes a un poids tel que cette activité, qui sort totalement de son activité traditionnelle d’annuaire, risque de peser sur les hôteliers, et particulièrement une fois de plus sur les plus « petits », les hôteliers indépendants.

Dans une société qui n’a pour cesse de parler de développement durable, de moralité et d’éthique, on se rend compte que ce qui sera durable dans ce partenariat hôtel-PJ ne sera que le bénéfice de Pages Jaunes.

Maintenant que Les Pages Jaunes se lance dans la vente en ligne, il est rassurant de penser qu’un seul site nous permettra bientôt de commander sa baguette, ses légumes, son informatique, ses vêtements, ses abonnements sportifs, ses abonnements culturels, ses billets d’avion… tout en ayant la certitude que le fournisseur sera payé tardivement.

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://www.tendancehotellerie.fr/article1121

 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/1121 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/1121.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

    Les commentaires


    Suite à la parution sur votre site, le 2 février 2011, d’un article intitulé "Les Pages Jaunes encaissent 15% de commission sur les réservations d’hôtel effectuées sur l’annuaire. Prochainement les légumes, l’habillement, la hifi...", nous souhaiterions apporter certaines précisions à vos lecteurs.

    En effet, l’article qui tente d’être le plus complet possible dans l’explication de notre nouveau service, comporte cependant quelques imprécisions, voir erreurs au sujet de certaines fonctionnalités ou finalités du service.

    Tout d’abord, sachez que le service est encore en phase de test (même si le transactionnel est pleinement opérationnel) et qu’il ne sera lancé officiellement que d’ici quelques semaines.

    Voici les précisions que nous souhaitons apporter :

    1. Modalité de réservation
      La réservation de chambres d’hôtel se fait via pagesjaunes.fr et non via le site pagesjaunes-resa.fr qui est la plateforme de web planning destinée aux hôteliers.
    2. "Abus de position dominante"
      En quoi est-ce un abus de position dominante, puisque :
      - Le choix de vendre en ligne revient aux hôteliers : en effet, le service est optionnel, il ne constitue absolument pas une obligation. Ce sont les hôteliers qui décident d’y souscrire ou pas ;
      - il s’adresse à tous les hôteliers référencés sur pagesjaunes.fr qu’ils soient annonceurs PagesJaunes ou non ; pour rappel, le référencement sur pagesjaunes.fr est gratuit et ouvert à tous les professionnels.
      - c’est un service qui permet la mise en place facilement et à moindre coût d’une solution de gestion on-line des réservations pour les hôteliers qui n’en disposent pas (notamment les indépendants) ou qui offre une solution complémentaire aux hôteliers qui disposent déjà d’un système de réservation, le tout en bénéficiant de la puissance d’audience du site pagesjaunes.fr (plus de 17 millions de visiteurs uniques et 80 millions de visites par mois).
      Cette solution a notamment l’avantage de placer en situation d’égalité en terme de visibilité les hôteliers indépendants par rapport aux chaînes intégrées, de plus sa facilité d’usage en fait un outil adapté autant aux petites structures qu’aux grandes.
      - Enfin, et là est l’originalité du service proposé sur pagesjaunes.fr, nous permettons toujours aux utilisateurs de faire leur réservation par téléphone ou directement sur le site de l’hôtelier s’il a publié un Lien vers Site. Bien évidemment, aucune commission n’est prélevée sur ces modes de réservation.
    3. Taux de commission
      Le taux de commission de 15% HT proposé par défaut se situe en dessous de la moyenne du marché (autour de 17%) pratiquée par les autres acteurs du secteur et de ce fait est extrêmement favorables aux hôteliers.
      Ce taux est accessible à tous professionnels référencés sur pagesjaunes.fr qui ne sont pas annonceurs PagesJaunes (ce que l’on appelle les inscriptions de base).
      En ce qui concerne les possibilités de dégressivité, elles sont effectivement liées à l’enrichissement d’informations publicitaires que peuvent souscrire librement les professionnels. Ainsi tout professionnel qui décide d’enrichir sa parution avec un "module carte de visite" (un espace enrichi avec un texte de présentation, un visuel/logo et des infos horaires) se voit alors proposer un taux de 10% HT.
      Ce taux passe à 5% en cas de souscription d’une offre Pack Visibilité Internet qui permet au professionnel de mettre en valeur son établissement et de distribuer son offre d’hébergement sur un nouveau support de communication. Idem pour un professionnel souscrivant à une Vidéo.
      Par ailleurs, ce taux de 5% est également proposé aux hôteliers qui souhaitent intégrer notre solution de réservation sur leur propre site (toujours sans aucune obligation) et ce, qu’ils aient souscrit ou non une offre publicitaire.
      Cette proposition offre donc le taux de commission le plus bas du marché pour ce type de prestations ! Nous rappelons que ce taux inclut les frais de traitement financier (sécurisation du paiement, frais bancaires, process de reversement ...) qui peuvent représenter jusqu’à 2% d’une transaction, que l’hôtelier doit payer en plus de la commission prélevée par les autres sites de réservation en ligne. Chez PagesJaunes, il n’existe donc aucun frais caché pour l’hôtelier.
    4. Facturation
      La facturation de ce service est différente des offres publicitaires que nous proposons à nos annonceurs puisqu’il ne s’agit pas ici de vendre un produit publicitaire mais bien un accès/usage à une plateforme permettant aux hôteliers d’optimiser leurs demandes de réservations.
      Le principe d’une commission s’avère d’autant plus pertinent que c’est un système de paiement au résultat, l’hôtelier ne paie le service que lorsqu’il obtient des réservations.
    5. Règlement
      Enfin, en ce qui concerne le règlement, effectivement, PagesJaunes ne se contente seulement de jouer un rôle d’intermédiaire, puisque notre partenaire technologique, Constellation, débite la carte bancaire du client via le système sécurisée Ogone.
      C’est la seule méthode qui permet de garantir au client final une totale sécurité de ses données bancaires et personnelles : comme vous le savez, il n’est pas permis de faire transiter des empreintes bancaires (16 chiffres, code sécurité et dates de validité) en France. En reversant les fonds - et non pas en transmettant les données bancaires du client à l’hôtelier par fax ou par mail dans des conditions de sécurité plus que discutables - PagesJaunes offre une sécurité optimale des transactions tant à l’hôtelier qu’au client final. Ce dernier est garanti que son numéro de carte bleue ne circulera dans un aucun mail et sur aucun fax tandis que l’hôtelier sera garanti d’être payé dans les mêmes conditions que celles pratiquées par les leaders du marché comme Expedia.
      Le règlement à l’hôtelier se fait sous 45 jours après la réservation, et non pas après le check-out par le client. Ce délai étant composé de 30 jours pour prévenir les répudiations suite à un achat par Carte Bleue + 15 jours pour les opérations de transfert.

    En espérant que ces précisions puissent être apportées à vos lecteurs, je reste, Monsieur, à votre disposition pour toute information complémentaire.

    Bien cordialement

    D***** L****
    PagesJaunes
    Direction de la Stratégie et de la Communication
    7, avenue de la Cristallerie 92317 Sèvres cedex
    Twitter : @PagesJaunes

    2. le 11 février 2011 à 14:48, par TH

    Le droit de réponse qu’a exercé les PagesJaunes nous pousse à réfléchir sur plusieurs axes :
    - respect du consommateur
    - respect du producteur
    - le véritable statut des PagesJaunes : annuaire ou pas ?

    Pour illustrer ceci, prenons un par un les points proposés par les PagesJaunes :

    1. Abus de position dominante : la concurrence directe de l’annuaire PagesJaunes professionnel n’existe quasiment pas. Dans ce contexte, comment qualifier le fait de profiter de cette position dominante pour tenter de prendre des commissions sur chaque vente de chambre d’hôtel ?
      On se pose la question de l’affichage des résultats à une recherche simple sur un annuaire : les hôtels avec résa "PagesJaunes" seront-ils affichés en priorité ? Autrement dit, pour avoir un classement correct, les hôtels auront-ils d’autre choix que de souscrire à cette offre ?
    2. Taux de commission :
      - Les PagesJaunes se placent de facto dans la catégorie OTA-Agence de Voyages en ligne, au même titre qu’un Booking.com ou qu’un Hotel.de. Ces OTA proposent à l’internaute-client des services que les PagesJaunes ne proposent pas, notamment lors de la phase de recherche ou de l’accompagnement de l’internaute. Les PagesJaunes ne sont plus un annuaire !
      - Le client saura-t’il que les PagesJaunes est devenu un OTA ? L’internaute est-il respecté quand, de bonne foi, il pense être sur un annuaire exhaustif ?
      - Les PagesJaunes estiment que 15% HT de commission est un pourcentage tout à fait raisonnable. Nous devrions inviter les OTA à 10/12/13 % de commission d’être raisonnables à leur tour et de passer à 15%
      - La fragilité de la rentabilité de très nombreux hôtels indépendants en province n’est pas un problème pour les PagesJaunes
      - la souscription des taux de 10% et 5% imposent la souscription de services supplémentaires payants. Une fourchette de prix aurait pu illustrer l’impact financier de ces services supplémentaires pour un hôtelier indépendant.
    3. Règlement :
      - le délai de 45 jours court de la date de paiement et non pas de la date de check-out. Dans la vraie vie, la moyenne de délai de paiement sera située entre 30 et 40 jours après séjour, l’antériorité de réservation ayant tendance à diminuer d’année en année.
      - un partenaire technologique encaisse pour le compte de l’hôtel et des PagesJaunes via une plateforme sécurisée. Qui garantit l’hôtel que son argent lui sera bel et bien versé ? Les PagesJaunes engage t’il sa responsabilité financière vis-à-vis des hôtels ? On se souvient de la récente faillite de Planigo-QCNS qui a coûté plusieurs millions d’euros aux hôteliers.
      - le fait d’encaisser en ligne se fait en dehors de toute protection du consommateur. Quand un intermédiaire encaisse un séjour ou voyage pour le compte du fournisseur, la détention d’une licence d’agence de voyages est une des garanties que pourrait donner PagesJaunes au consommateur, notamment sur le plan financier. Expedia que cite les PagesJaunes en référence dispose d’une licence d’agence de voyages…
      - qui décide des conditions de remboursement du séjour ?
      - qui va gérer les éventuels conflits avec un client ? Un agent de voyages est responsable.
      - aucune loi n’interdit de transmettre à l’hôtel les coordonnées de carte de crédit d’un client. Il y a des normes de sécurité (PCI) qui imposent un certain nombre de règles strictes et destinées à sécuriser la transaction, mais aucune interdiction stricto sensu. Il existe d’autres méthodes que le paiement intégral en ligne
      - le délai de répudiation d’une dépense de carte de crédit n’est pas de 30 jours. Suivant les pays, il est compris entre 90 et 120 jours. En suivant la logique des PagesJaunes, une répudiation par le client 60 jours après la dépense n’incombe pas à l’hôtelier ?
      - 15 jours pour effectuer un transfert : les récentes modifications du droit bancaire ont supprimé les délais de virement. Dans la pratique un virement prend 1 jour ouvré à se réaliser, pas 15.
      - un délai de 7 à 10 jours parait plus que raisonnable, tout particulièrement quand on sait que cet argent génère des intérêts non négligeables sur 45 jours
 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Message limité à 5000 caractères.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »