Vous êtes dans la rubrique : Gestion du personnel-Formation-Recruteme
mardi 7 juillet 2020

André Grosperrin le nouveau directeur de l’Hôtel Hermitage Gantois à Lille

 

Dans l’ambiance feutrée de l’Hermitage Gantois, André Grosperrin vient de prendre ses fonctions de directeur.

En janvier, l’hôtel a reçu sa cinquième étoile et ce mois-ci, un nouveau directeur. Mais aucun lien de cause à effet entre les deux. « Le départ de Danièle Gey, l’ancienne directrice, a été une surprise et mon arrivée n’est que la conséquence de son départ. » Tout le monde et André Grosperrin le premier, s’accorde à décrire son prédécesseur comme « l’incarnation » de l’Hermitage Gantois.

Et le nouveau maître des lieux, aussi sobre et discret que doit l’être celui qui travaille au service des autres ne prétend aucunement effacer les traces des sept ans de la précédente direction. D’ailleurs, hasard de leur vie professionnelle, ils se connaissaient avant que l’un ne prenne la succession de l’autre. « Il y a eu un véritable passage de flambeau. La première semaine, j’ai rencontré beaucoup de clients et de fournisseurs. » De retour de Saint-Denis de la Réunion, où il a passé trois ans, ce Franc-Comtois d’origine fait son retour dans le Nord-Pas-de-Calais.

Il a en effet dirigé le Château de Tilques à Saint-Omer de 2002 à 2007. À peine arrivé, il n’a pas d’idées préconçues, ni l’intention de tout changer. « Je ne veux pas dénigrer ce qui a été fait. Ce qui l’a été a été bien fait, mais il faut vivre avec son actualité ».

André Grosperrin veut travailler dans la continuité, « mais je vais apporter ma touche ». Le restaurant est l’illustration parfaite de ce qui semble être les méthodes de cet homme à la carrure imposante mais à la voix douce. En début de semaine, la carte a été changée, mais sans grands chamboulements : « On a gardé l’offre de départ mais on ouvre la carte, on l’étoffe... ».

Commencer le travail par la table de l’Hermitage Gantois, cela n’a rien d’étonnant pour un homme qui, après une école hôtelière dans le Jura, est devenu à 24 ans chef de cuisine d’un hôtel trois étoiles à Lyon. Depuis, André Grosperrin a « construit son parcours ».

À 45 ans, André Grosperrin compte « développer ses acquis. Je ne suis pas venu me reposer mais me poser professionnellement. » Et l’agenda du nouveau directeur est souple : « Je ne me suis pas fixé de durée, mais cet hôtel mérite qu’on y consacre du temps ».

André Grosperrin le nouveau directeur de l'Hôtel Hermitage Gantois à Lille

 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/643 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/643.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Faire de la publicité ? Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de (...) En savoir plus »