Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Conjoncture > 2ème édition de son Enquête économique sur la petite (...)
dimanche 21 octobre 2018

2ème édition de son Enquête économique sur la petite hôtellerie française par le Comité pour la Modernisation de l’Hôtellerie Française : TH ose le mot euthanasie

 
 

Par le biais d’études et enquêtes menées par le cabinet Coach Omnium, l’un des trop rares cabinets qui expliquent leur méthodologie, le Comité pour la Modernisation de l’Hôtellerie Française vient étayer ce qui était hélas prévisible concernant la santé financière des petites entreprises hôtelières, particulièrement celles situées en dehors des grandes agglomérations.

On peut y voir que 63 % des hôtels de moins de 25 chambres ayant répondu ont un taux d’occupation inférieur à 50 %.
PNG

Dans ces conditions de rentabilité chimérique, on ne peut que se poser la question de l’euthanasie (des entreprises) que pourtant personne n’aborde. Dans de très et surtout trop nombreuses villes ayant vu se créer de nouveaux établissements hôteliers ou résidence de tourisme, bien souvent sous la houlette de maires, députés ou sénateurs friands de photographies d’inauguration (et oui si on les faisait poser d’office à chaque fermeture ou liquidation d’entreprise, sans doute feraient-ils un peu plus attention aux entreprises existantes), c’est tout le marché local qui souffre d’une surcapacité chronique.

Au final toutes les entreprises locales du secteur souffrent et s’essoufflent, les plus faibles sont poussées vers la ruine entraînant dans leur sillage leurs entrepreneurs et leurs patrimoines personnels, eux qui se sont trouvés piégés dans une spirale infernale qui leur a imposé de combler des lacunes sans pour autant avoir les moyens de faire les choses bien et dont beaucoup d’entre eux auraient sans doute préféré jeter l’éponge si leur sortie s’était déroulée dans des conditions correctes.

Nul besoin d’être medium pour se rendre compte que le boum des résidences de tourisme n’a fait la fortune de personne hormis celle des promoteurs. Rares sont en effet les investisseurs-propriétaires à s’être vus verser sur le long terme les loyers élevés qu’on leur avait pourtant promis. Côté exploitants, on ne compte plus les redressements ni les liquidations. Pour aider le bâtiment on a donc sacrifié la fiscalité ainsi que tout le secteur économique de l’hôtellerie, secteur qui lui aussi a pourtant recours aux professionnels du bâtiment et qui est l’un des derniers secteurs à contribuer "normalement" à la fiscalité...

On ne risque cependant pas de voir des politiques, ni les syndicats d’ailleurs, prendre le problème à bras le corps et aider ces entrepreneurs en détresse à recycler leur entreprise moribonde tant qu’il reste quelque chose à sauver. Au contraire côté politique on ne parvient déjà pas à mettre fin à des pratiques douteuses comme l’exploitation non déclarée (et non conforme NDLR) d’hébergements alternatifs, sans oublier les abus manifestes et trop nombreux côté location de meublés chez l’habitant, alors de là à aider des petites entreprises en difficulté... Il serait pourtant simple d’imposer un minimum de séjour de 5 ou 7 nuits, et/ou un maximum de 5 semaines de location par an, 5 semaines étant le nombre "normal" de semaines de congés payés d’un salarié français et donc un volume raisonnable de nuitées pour un particulier. Côté syndicats, on se contente de râler contre la date limite de mise en conformité comme si l’improbable abandon de cette mise en conformité allait sauver les entreprises exsangues ayant déjà franchi le point de non-retour.

L’assouplissement de règles normatives ou fiscales ne résoudra pas le problème de surcapacité et ce ne sont pas les Assises du Tourisme qui vont faire séjourner les touristes de passage. Tant qu’un véritable choc de compétitivité n’aura pas été enclenché au niveau national, ce sont les petites entreprises qui vont continuer à payer le prix du choc d’une compétitivité déséquilibrée qu’on leur impose.

L’étude est téléchargeable ici.

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/3461

 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/3461 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/3461.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

    Les commentaires


    1. le 16 décembre 2013 à 16:07, par Luberon

    Bravo pour la veracité de votre analyse. Voir les politiques en aident aux entreprises en perils est utopique. Les entreprises normales coulent sous les réglementations sous les charges, sous les coups bas des OTA’s. ce n’estpas nouveau. Cependant les voir poser lors des fermetures est une grande idée.

    Dans le Luberon les "hebergements illicites" sont pléthore, mais en fait qui a raison eux ou nous ?

    2. le 31 décembre 2013 à 08:17, par fertillet

    bonjour,
    Très bonne étude. Je confirme ce dossier. Je croirais que vous êtes venu à Pornic.
    Un 4 étoiles et une résidence de tourisme doivent s’implanter en 2016. Avec un hiver
    rude avec un TO de 50% en hiver, je crois que moi et mes collègues allont prendre une claque.Encore des polititiques qui se font plaisir sans connaitre les conséquences et sans nous sonder.
    Cordialement

 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori : votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.
Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »