Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Conjoncture > Une reprise prudente de l’activité hôtelière en janvier (...)
dimanche 23 septembre 2018

Une reprise prudente de l’activité hôtelière en janvier 2011 selon Deloitte

 
 

L’année 2011 débute sur les chapeaux de roues pour certaines destinations. A Paris et en Province les hausses de RevPAR sont conséquentes grâce à une augmentation conjuguée des taux d’occupation des prix moyens. Toutefois, ces progressions sont à mettre en perspective. D’une part, à l’exception de Paris et de quelques grandes villes de Province, le niveau d’activité demeure modéré avec un taux d’occupation inférieur à 50% pour l’hôtellerie haut de gamme et milieu de gamme. D’autre part, en janvier 2010, la reprise n’était pas encore amorcée, les performances avaient même sensiblement baissé par rapport à l’année précédente.

Ces bonnes nouvelles n’en restent pas moins appréciables. La croissance est plus prononcée pour l’hôtellerie haut de gamme (4/5*) et 3 étoiles, dans la lignée de la tendance constatée en 2010. La croissance du PIB sur les marchés émergents, la reprise de l’investissement, la reprise de l’activité séminaires et congrès sont autant de facteurs permettant de soutenir la fréquentation de ces hôtels.

Au mois de janvier, l’évolution des performances est encourageante. Quelques villes se distinguent avec des hausses spectaculaires à deux chiffres. Les hôtels de Lille, Lyon, Angers et Metz enregistrent ainsi sur toutes les catégories de très fortes hausses de recettes hébergement, jusqu’à 42% pour les établissements haut de gamme lyonnais. Ces derniers ont bénéficié de la tenue du Sirha, évènement ayant lieu tous les deux ans et qui a bénéficié d’une bonne fréquentation.

Quelques agglomérations affichent toutefois un recul de RevPAR. Les résultats d’Aix en Provence, Nantes, Nice et Marseille s’effritent pour la majorité des catégories. Certaines de ces villes avaient toutefois bénéficié l’année dernière d’un début de reprise dans un contexte qui était morose.

L’année débute sur de bonnes bases pour la majorité des destinations. Les perspectives économiques sont engageantes. Toutefois, l’hôtellerie française pourrait être indirectement impactée par les défis que les économies européenne et française devront relever : une croissance modérée dans la zone euro et en France, poids de la dette publique française pouvant affecter l’économie nationale, lente diminution du taux de chômage. Les hôtels économiques et 2 étoiles pourraient être davantage touchés par ces facteurs.

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://www.tendancehotellerie.fr/article1225

Deloitte Janvier 2011
 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/1225 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/1225.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Message limité à 5000 caractères.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »