Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Conjoncture > La baisse du budget alloué aux voyages d’affaires (...)
mercredi 20 juin 2018

La baisse du budget alloué aux voyages d’affaires provoque une chute de réservations dans les hôtels

 
 

Le voyage d’affaires a connu une période dorée, tant pour les salariés que pour les sociétés. Ainsi, l’ostentation était souvent de mise, avec à la clé vol première classe et chambre en hôtel de luxe, avec toutes les dépenses attachées à ce type de séjour gracieusement offertes par la société.

Selon le Conseil Economique et Social, le tourisme d’affaires, autrement dit le marché de MICE (Meetings, Incentive, Conventions & Events), « entend tout à la fois réunir, communiquer, sensibiliser, faciliter les échanges d’idées et de produits, vulgariser des connaissances nouvelles et, de plus en plus, former. Former est d’ailleurs le plus souvent la première préoccupation des grands congrès scientifiques ». Il compte parmi les marchés les plus importants pour l’industrie hôtelière puisqu’il permet notamment à bon nombre d’hôtels situés dans des destinations saisonnières de désaisonnaliser leur activité, comme notamment sur la Côte d’Azur où les grands salons professionnels permettent aux hôtels d’avoir une activité régulière.

Mais la crise de 2009 a bouleversé cet univers bien tranquille. Les entreprises ont souvent subi cette crise, et ont choisi de modifier leurs comportements en matière de dépenses de voyages d’affaires. Les budgets afférents au voyage d’affaires ont été particulièrement réduits, ou du moins sont désormais plus « contrôlés ». L’objectif pour les entreprises est double : en premier lieu il s’agit logiquement d’économiser, mais en second lieu c’est également une question d’image. Les entreprises ne souhaitent pas ou plus donner dans l’ostentatoire.

Ces changements de comportements passent en premier lieu par une descente en gamme des choix d’hôtels. Seuls les membres des comités exécutifs sont toujours clients des hôtels haut de gamme et luxe. Les autres catégories d’employés doivent désormais se contenter de budgets plus restreints, et doivent donc se limiter à des hôtels de type 2-3 étoiles. Selon HRS, pour la plupart de leurs voyageurs d’affaires, les entreprises sont en recherche d’hôtels de catégorie économique « En 2011, il semble que l’augmentation du taux d’adoption [des outils online] soit le maître mot des entreprises en matière de voyages d’affaires. ». Les sociétés privilégient désormais une démarche d’économie et de transparence dans la réservation et la gestion des voyages d’affaires.

Pour l’organisation d’évènements, les entreprises font également le choix de l’économie. Ainsi, certains hôtels refusent d’entrer en catégorie 5 étoiles pour continuer d’accueillir les clients professionnels. Si les 4 étoiles proposent souvent une offre en salles de séminaires et autres dédiée aux voyages d’affaires, nombreux sont les hôtels à avoir dû s’adapter aux nouvelles orientations des entreprises, qui privilégient de plus en plus les services « à distance », comme les visio-conférences pour éviter aux intéressés de se déplacer. C’est pour cela que de nombreux hôtels proposent désormais des services de visio-conférences et investissent dans les nouvelles technologies adaptées aux nouveaux besoins.

Malgré une restriction des budgets alloués au voyage d’affaires, et contrairement aux hôtels, les compagnies aériennes n’ont pas pour autant connu de réelle perte de cette clientèle. Cela peut sembler paradoxal, mais ça n’en est rien. En effet, les comportements ont également évolué en termes de prestations de transport. Il s’agit désormais d’une consommation « express » (les voyages d’affaires s’étant écourtés, l’avion permet de « zapper » d’une destination à une autre). Par ailleurs, les classes premières (qui n’existent plus dans la plupart des compagnies pour les vols court et moyen courriers) et les classes affaires sont largement délaissées au profit des classes économiques. Etant donnés les prix affichés notamment par les compagnies low cost, les entreprises peuvent envoyer leurs représentants à moindre coût gérer les besoins de l’entreprise à distance.

Tout comme les clients « loisirs », le client « affaires » est devenu un client qui privilégie les courts séjours, et cela oblige les hôteliers à remettre en question leur offre. Sur un plan de tarification, les entreprises ont recours à Internet pour vérifier les prix et leurs acheteurs connaissent eux aussi les comparateurs tarifaires. La surfacturation qui a été légion pendant des années au prétexte d’avantages n’est plus acceptée aujourd’hui par les entreprises. De plus, les séjours des voyageurs d’affaires étant écourtés et généralement situés en milieu de semaine, une tarification adaptée à la période de la semaine est apparue dans de nombreux hôtels, avec la création d’une troisième zone :
- vendredi, samedi, dimanche en tarif weekend
- lundi, jeudi en tarif intermédiaire
- mardi, mercredi en tarif le plus élevé

Si le voyage d’affaires a fortement évolué et que le tourisme d’affaires n’est plus une manne pour les hôtels, il reste essentiel pour les hôteliers d’adapter leur offre à des séjours raccourcis mais présentant tous les atouts permettant d’attirer et d’accueillir des clientèles aux besoins très spécifiques, notamment en proposant des formules " all inclusive ", Wifi inclus, petit déjeuner inclus....

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://www.tendancehotellerie.fr/article1066

 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/1066 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/1066.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Message limité à 5000 caractères.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »