Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Communiqué de presse > +53% en un an, le nombre d’offres Airbnb explose à (...)
mardi 23 octobre 2018

Communiqué : +53% en un an, le nombre d’offres Airbnb explose à Paris

 
 

+53% en un an, le nombre d’offres Airbnb explose à Paris

L’Observatoire Airbnb vient de dévoiler son dernier relevé des offres de location Airbnb à Paris. Malgré les mesures prises par la Ville pour lutter contre le phénomène d’ « airbnbisation », le nombre d’offres a augmenté de 53% en un an, passant de 56 544 en octobre 2016 à 86 725 aujourd’hui (10 659 chambres et 76 066 logements entiers).

Les chiffres de ce nouveau relevé sont relativement inquiétants. Paris est une des premières villes françaises à avoir pris un certain nombre de mesures (dont des contrôles) pour limiter le phénomène de la location de meublés de tourisme et malgré tout elles se révèlent insuffisantes.

À partir du 1er octobre, les propriétaires qui louent via des plateformes de meublés touristiques devront s’enregistrer auprès de la Ville. Nous mesurerons les effets de cette obligation sur le parc Airbnb mais il est à craindre que cela ne permette pas d’enrayer durablement un phénomène qui, dans certains quartiers, vide peu à peu la ville de ses habitants (selon le dernier recensement, Paris a perdu 13 660 habitants en cinq ans).

La location Airbnb est toujours aussi rentable. Notre dernier relevé fait apparaître par exemple qu’un T2 loué seulement 20 jours par mois sur Airbnb génère 1630 euros de recettes en moyenne. Un même logement appartenant au parc locatif traditionnel se loue 997 euros par mois en moyenne selon l’Observatoire des loyers.

L’objectif de l’Observatoire Airbnb est de mettre à disposition en open data les données relatives à l’implantation d’Airbnb dans les communes françaises. Airbnb refusant de communiquer ces données, il était indispensable de se doter d’un outil permettant comprendre le phénomène. L’ensemble des offres (chambres et logements entiers) proposées à la location Airbnb ainsi que leurs caractéristiques sont collectées par l’Observatoire. Elles sont ensuite répertoriées dans un fichier ouvert à partir duquel une carte est générée pour visualiser les implantations par quartier.

Ainsi, depuis sa création en octobre 2016, ce sont les données de près de 120 villes qui ont été mises en ligne par l’Observatoire Airbnb, accessibles aux chercheurs, collectivités, élus et citoyens pour permettre d’appréhender le phénomène Airbnb et tenter d’y apporter des réponses.

Information supplémentaire à propos du fondateur de l’Observatoire Airbnb
Matthieu Rouveyre
Fondateur de l’Observatoire Airbnb
Vice-Président du Conseil départemental de la Gironde
Conseiller municipal de Bordeaux
http://observatoire-airbnb.fr/
On ne peut manifestement pas dire que Monsieur Rouveyre soit un hôtelier ou un hébergeur : il s’agit juste d’un citoyen qui veut étudier et comprendre ce phénomène.

 
 
Note au lecteur :
Ceci est le contenu copié-collé du communiqué de presse officiel de son émetteur qui en assume l'entière responsabilité. TendanceHotellerie n'approuve ni ne désapprouve ce communiqué. Ce communiqué a néanmoins fait l'objet d'une vérification ce qui peut parfois conduire à un décalage de mise en ligne de quelques heures ou jours.
 
 
 
Note à l'émetteur du communiqué de presse :
Des renseignements concernant l'insertion de votre lien et/ou votre logo et/ou votre image sont accessibles ici.
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/8429 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/8429.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

    Les commentaires


    1. le 26 septembre 2017 à 09:26, par Jerome

    Parfait cela confirme le retour des touristes sur Paris.Preuve en est que les hotels parisiens ont augmenté leur taux d’occupation en 2017 malgré Rbnb.

    Ex : +6% en mai 2017...Source : https://goo.gl/j8et1h

    2. le 26 septembre 2017 à 09:44, par GD

    L’œuf ou la poule... en l’occurrence l’augmentation de l’offre versus l’augmentation de la demande. Compte tenu de l’augmentation significative de l’offre, il est heureux que la demande ait également augmenté :)

    Je ne suis pas inquiet pour les hôteliers parisiens, enfin pas pour les hôteliers présents depuis plusieurs années ou décennies : le fonds de commerce est payé depuis longtemps et le financement est infiniment moins compliqué pour eux que pour ceux qui ont d’énormes crédits sur le dos et qui sont dans une spirale... dans laquelle ils se sont mis tout seul comme des grands, en connaissance de cause. Quand on achète (à crédit) un FdC 5 à 6 fois le CA annuel, il ne faut pas s’étonner que ça soit dur de financer des rénovations et des investissements !

    C’est en dehors de Paris que le phénomène prend une ampleur démesurée : les TOs et PMs sont bien inférieurs à ceux de Paris et les mairies ne prennent pas de mesure pour à minima observer ce qui se passe.

    Les principaux aspects de l’Airbnbisation sont :
    - fuite des vrais habitants au profit de touristes : location à l’année introuvable, loyers qui augmentent, modification du paysage du commerce de proximité et à terme des écoles/clubs sportifs/etc...
    - on alimente la spéculation immobilière : les prix augmentent ce qui complique encore plus l’acquisition pour son propre logement. Dans un contexte de pénurie de logement depuis 30 ou 40 ans, ce simple phénomène devrait inquiéter les politiciens, à moins qu’ils ne protègent leurs propres intérêts.
    - "concurrence" aux autres formes d’hébergement, mais c’est en général sain d’avoir de la concurrence
    - etc...

    3. le 26 septembre 2017 à 10:18, par Franck

    Bonjour, cela confirme nos observations publiées en octobre 2016 sur parisvsbnb

    Nous assistons à Paris à une massification du nombre de touristes, et à ses corolaires désastreux pour ses habitants :
    - la transformation des logements traditionnels en meublés touristiques entraîne la disparition des habitants dans de de nombreux arrondissements (80000 personnes ne peuvent plus se loger à Paris),
    mais également
    - la fermeture de classes,
    - la disparition des commerces de proximité,
    - la flambée des prix de l’immobilier
    - la destruction des copropriétés et des solidarités
    - l’installation de nouvelles poches de délinquances
    - la gentrification des quartiers
    - etc.

    Sans oublier l’explosion des emplois non déclarés et sous payés pour faire le ménage, l’accueil, les réparations etc. dans les meublés touristiques. Le développement de toute une économie non déclarée et désastreuses pour l’activité économique en place

    L’étude de référence présente sur parisvsbnb a été réalisée en octobre 2016 par des habitants dans le cadre des travaux du Conseil de Quartier Montorgueil Saint-Denis

    Aujourd’hui les habitants attendent très clairement une politique volontariste de protection des logements, par la réduction à 30j maxi des autorisations de locations en meublés touristiques, afin de favoriser la réimplantation des habitants, endiguer la fermeture des classes et la continuité des services publics.

    La Mairie de Paris doit changer de politique et cesser d’être attentiste face à ce phénomène de destruction programmé des villes.

    4. le 26 septembre 2017 à 10:37, par TH

    De manière générale, les liens sortants sont supprimés, surtout quand ils dirigent sur un site :
    - sans mentions légales
    - en http au lieu de https
    - avec le premier mot aussi mal orthographié : Accueil et non pas Acceuil
    - qui n’explique pas sa méthodologie
    - qui fait des raccourcis simplistes : 80.000 logements sur Airbnb ne signifie pas que 80.000 familles ont été mises à la porte de Paris !

    5. le 26 septembre 2017 à 12:50, par Franck

    @TH Si vous avez eu une lecture attentive, vous vous rendrez compte que le message précédent mentionne 80000 personnes qui ne peuvent plus se loger à Paris. Il ne s’agit pas de 80000 familles effectivement (vous seul en parler d’ailleurs) et parmi ces 80000 il y a quelques milliers de familles.
    La composition d’un ménage à Paris est composée de 1,9 personnes (sources Insee). La disparition du marché locatif à l’année de 40.000 à 50.000 logements donne une indication du nombre de personnes ne pouvant plus se loger.
    D’aillieurs les arrondissements centraux connaissent une hémorragie de leur nombre d’habitants. Les propriétaires préférant pour bcp mettre leur logement en gestion sur les plateformes touristiques plutôt que de le relouer de façon traditionnelle. De 25% (1er, 2nd, 3e) à 33% (4e arrondissrment) des logements traditionnels du centee de Paris sont désormais loués à l’année sur AirBnB
    La transformation de logements entiers en meublés touristiques loués exclusivement à l’année, supprime des logements pour plusieurs milliers de personnes dont des familles et n’est pas sans conséquence sur la sociologie des quartiers et sur les équilibres existants.
    Je vous invite à lire l’étude, qui nous le pensons, tente d’être prudente sur le sujet mais réaliste sur le fond du problème

    6. le 26 septembre 2017 à 13:55, par TH

    Quel accueil !!! Exit les mentions légales, exit la sécurité des visiteurs de votre site, haro sur la déformation volontaire de votre statistique au demeurant farfelue.
    Décidément vous faites dans le genre "caricature de l’antiBnB", ce comportement qui rend le discours illisible, inaudible, infréquentable et lourd alors que quelques lignes de ce discours mériteraient d’être écoutées et comprises.

    7. le 26 septembre 2017 à 14:50, par Franck

    @TH les sources sont mentionnées dans l’étude en ligne sur parisvsbnb.com
    Les sources sont les suivantes :
    - vous trouverez les informations publiées par l’Insee sur la typologie des logements, la composition des ménages, le nombre d’habitants arrondissement par arrondissement, l’évolution du nombre d’habitant à Paris
    - vous trouverez les datas compilées depuis les sites de TomSlee.net et insideairbnb.com
    - vous y trouverez des informations issues des conseils d’arrondissements
    - etc. etc.
    Aujourd’hui la ville de Paris (réunion publique en Mairie du 2e le 19.09.2017) communique des chiffres relativement identiques en mentionnant que le nombre d’habitants perdu est considérable etc. (voir observations précédentes) ; que 300 plateformes de meublés touristiques gèrent le marché des meublés sur Paris (Airbnb s’attribuant plus de la moitié des annonces) etc. etc. etc.

    En conseil de quartier (habitants) nous pensons que les chiffres publiés dans l’étude sont encore très loin de la réalité

    Aujourd’hui, de très nombreuses sources en OpenData permettent de réfléchir sur le phénomène de la disparition du marché location traditionnel et sur les incidences de la gestion des meublés par des "individualités" . Il est quand même assez difficile de continuer à dénigrer la réalité.

    8. le 26 septembre 2017 à 15:13, par TH

    Vous n’avez peut être pas grand chose d’autre à faire, moi si.
    Si vous pouviez cesser de répéter les mêmes choses à longueur de temps, vous pourriez dégager du temps, par exemple pour créer une page "mentions légales" sur votre site.

    9. le 26 septembre 2017 à 19:32, par Sert

    Ce monsieur n’est pas un hotelier mais un politique PS de Bordeaux connu pour son opposition à Alain Juppé.
    Attention à la chasse aux sorcières. Airbnb c’est combien de familles qui peuvent prendre des vacances ? Combien de personnes qui peuvent payer leur crédit et rester à Paris grâce à cette possibilité ? Les lobbys hoteliers ont déjà fait beaucoup de mal à l’économie collaborative, ils devraient se méfier de l’effet boomerang car Airbnb est plébiscité par des millions de touristes et d’habitants ! Le lobby des taxis a vu son image terriblement dégradé suite au conflit avec Uber.

    10. le 27 septembre 2017 à 05:55, par Jacqueline Morillon

    "La location Airbnb est toujours aussi rentable. (...)un T2 loué seulement 20 jours par mois sur Airbnb génère 1630 euros de recettes en moyenne. Un même logement appartenant au parc locatif traditionnel se loue 997 euros par mois"
    Si vous confondez recettes et chiffre d’affaire, des recettes il faut ôter les charges, amortissement de l’investissement (mobilier), entretien (ménage), électricité, eau, chauffage, taxe d’habitation... Les chiffres donnés deviennent nettement moins attractifs. Airbnb se régulera tout seul, car la concurrence pousse les propriétaire a baisser leurs tarifs ce qui ne manquera pas d’affecter la rentabilité, donc à terme de faire fuir les investisseurs.

    11. le 27 septembre 2017 à 09:52, par GD

    Ouh la la, ya du boulot.
    Pour votre information la "recette" est la somme des mouvements entrants et elle inclut fatalement le chiffre d’affaires mais pas que... Définition Wikipedia de recette comptable
    N’importe quel entrepreneur, ce que sont TOUS les hôteliers professionnels, font la différence entre la marge et le chiffre d’affaires.
    Figurez-vous que eux aussi ont à payer :
    - le loyer
    - les taxes
    - la TVA - ce que vous ne payez pas
    - les normes de sécurité
    - la clim
    - l’ascenseur
    - l’électricité
    - l’eau
    - le personnel (accueil, réservation, ménage, petit déjeuner, etc...)
    - les commissions des apporteurs d’affaires
    - le remboursement du capital
    - les investissements
    - le comptable
    - le greffe du TC pour déposer les comptes ou la nouvelle déclaration des associés
    - la redevance télé
    - la SACEM
    - les frais bancaires : commissions de mouvement par exemple
    - l’URSSAF
    - la mutuelle des salariés
    - etc
    - etc

 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori : votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.
Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »