Bonjour,

Vous appréciez notre contenu, cependant votre bloqueur de publicité nous prive des ressources publicitaires sans lesquelles ce site n'aura d'autre choix que de fermer.
Certains sites ont abusé de la publicité en envahissant les écrans et ce sont tous les autres éditeurs qui paient pour ces abus. Nous vous invitons à lire cet article Les adblockers m’ont tuer.
Merci de désactiver votre logiciel (par exemple ADBLOCK) qui bloque les publicités.
Pour désactiver votre logiciel bloqueur de publicité sur notre site (et uniquement sur notre site), il suffit de cliquer sur l'icône de votre bloqueur de publicité puis de cliquer sur "autoriser ce site". Si vous avez un doute, contactez-nous
Merci de votre compréhension

Voici les logos de quelques uns de ces logiciels :



 
Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Communiqué de presse > Le Tsuba Hôtel, un 4* aux multiples facettes
samedi 22 juillet 2017

Communiqué : Le Tsuba Hôtel, un 4* aux multiples facettes

 

Magnifiquement situé à deux minutes de la place de l’Etoile, non loin du Parc Monceau, au coeur des Ternes, le XVIIè vibrant avec quelques « incontournables » comme le marché Poncelet, le Tsuba à l’élégante ambiance affichant un esprit Art Déco, se révèle aussi bien un hôtel qu’un véritable lieu de vie.

Le lobby
La façade blanche de cet imposant bâtiment Art Déco, aux hautes fenêtres arrondies du rez-de-chaussée, domine une rue animée. A peine a-t-on franchi la porte vitrée, que l’on est frappé par l’impression de volume qui se dégage du lobby. Un accueil grandiose pour un effet miroir avec cette grande façade… Dans ce lieu découpé en plusieurs parties, on remarque en premier la réception, à droite. Elle est dominée par un immense panneau de laque qui répond à un autre juste en face, accroché au-dessus d’un canapé ; ces deux œuvres sont issues de l’atelier Midavaine spécialiste des laques d’art créé après la guerre de 14/18 et tenu aujourd’hui par la 3ème génération, rue des Acacias. Au sol, une magnifique mosaïque, véritable œuvre d’art signée Pierre Mesguich, arborant un camaïeu de gris, de noir piqué de petites touches or conduit tout naturellement au cœur animé de l’hôtel. Cet immense espace plutôt carré présente différentes hauteurs de plafond pour mettre en avant les volumes. Il est ponctué d’un bar sur la droite, et d’un petit salon, à gauche les deux légèrement surélevés, histoire d’être un peu à l’écart de l’animation du grand salon. Ce petit salon, ultra cosy avec ses canapés, sa cheminée surmontée d’étagères où trônent de magnifiques céramiques, est le lieu tout trouvé pour prendre un thé ou un verre. On s’y retrouve entre amis ou pour un rendez-vous d’affaires en toute quiétude : des jardinières en laiton l’isolant astucieusement. Partout dans l’hôtel, des matières naturelles et chaleureuses telles que le marbre, le bois les tissus en lin et velours tiennent le haut du pavé. Le cercle, fil rouge de la déco, s’impose ici sous la forme d’un lustre de l’ébéniste Ludovic Avenel.

On remarque des tables disposées pour le petit déjeuner, sous un plafond à caissons version XXIè siècle, ces dernières bordent une magnifique et longue baie vitrée, derrière laquelle est nichée une vaste cour-jardin. Son sol de lattes de bois exotique et son long côté revêtu d’un impressionnant mur végétal lui confèrent un indéniable aspect bucolique. Dès les beaux jours, voilà le spot idéal pour se réfugier loin du tumulte de Paris et siroter un verre accompagné de snackings. Une immense verrière, créée lors des récents travaux coiffe l’ensemble et sa frise représentant des feuilles d’acanthes rétroéclairées est l’ultime rappel aux années 30. Cet élégant motif, réalisé avec des feuilles d’or appliquées à la main, apparaît également derrière les étagères du petit salon. Partout dans ces parties communes flotte une délicieuse signature olfactive exhalant des notes de vanille, cèdre, musc….

Les chambres
Avant de pénétrer dans l’une des 82 chambres dont 7 suites on note un détail raffiné : le logo représentant un tsuba revisité entoure leur numéro ! Ces dernières sont divisées en 4 catégories :

  • Supérieure 16 m2
  • Deluxe 20/21 m2
  • Executive 24 m2
  • Suite 30 m2.

Elles obéissent à des codes couleur différents suivant les étages. Le vert s’affiche au 1er ; Le jaune et le noir règnent en maître aux 3ème et 5ème étages, un joli bleu illumine les 2ème et 6ème niveaux et un sobre noir et blanc au 4ème. On retrouve ces tons différents sur les têtes de lit, les coussins, les dessus de lit apportant une note de fantaisie aux chambres dont les murs et rideaux ont choisi de se parer de délicates teintes beige. Les murs sont animés par des tableaux de 3 artistes différents : Christophe Gravis dont les œuvres sont entre peinture et sculpture, Jérôme Pergolesi qui mixe peinture et photo et des photographies de Virgill Brill. Le mobilier de noyer aux angles arrondis est intemporel, la signature personnelle de l’hôtel étant apportée par les chevets customisés avec des tsubas ! Les tissus affichent des notes graphiques et ethniques, toujours en évocation des thèmes et coloris Art Déco. Dans les salles de bain, les années 30 s’affirment au travers des hautes appliques très sobres en acier et verre, du lavabo aux pieds d’acier tout droit et de la frise très graphique de mosaïques noir et or qui court sur le carrelage blanc… Bien vu, les produits d’accueil sont estampillés Nuxe : un gage de qualité et de luxe sans ostentation.

La restauration et le bar
Pas de restaurant à proprement parler mais l’espace du petit déjeuner servi sous forme de buffet où l’on trouve une sélection de charcuterie et de fromages, des œufs à votre convenance et un assortiment de viennoiserie avec des produits bio et sans gluten évolue tout au long de la journée.
Il est ainsi possible de s’installer en fin d’après-midi pour un « afternoon tea » avec les succulents éclairs à la demande de chez Mon Eclair ou un cocktail accompagné de ses grignotines salées.
Derrière le bar, conçu comme un écrin à bijoux par les décoratrices, on retrouve Yann Lautredou qui compose une carte de saison ou les cocktails classiques comme le très 80’s Bramble (Gin, citron et mûre) et la rafraichissante Paloma (Tequila, citron vert, pamplemousse et club soda) côtoient ses créations plus modernes comme le Peachy Princess (Vodka, cordial de pêche, infusion d’hibiscus avec une larme d’orgeat) ou le Curious Kitty (Rhum ambré, liqueur de marasquin et champagne, liés par une infusion de jasmin).
Si vous ne trouvez pas l’inspiration dans la carte n’hésitez pas à sortir des sentier battus et opter pour le « Your Name Here » : Un cocktail fait sur mesure, pour coller à vos goûts et votre humeur, auquel on donne votre nom et qui sera noté dans les archives du bar.
La sélection de spiritueux n’est pas en reste et que vous soyez amateur de whiskies, gins, vodkas, rhums ou de grands crus, nul doute que Yann saura vous surprendre et vous satisfaire avec sa sélection du moment.
Avec autant d’atouts, il est certain que ce bar va très vite devenir un lieu de rencontre incontournable de ce quartier vivant.
Bon point : Même en l’absence de restaurant, la carte du room service est accessible au bar et permet de se restaurer avec une sélection de plats typiques de la gastronomie française : Blanquette de volaille au risotto, Parmentier de canard confit, bœuf bourguignon... Ou plus léger : Salade thon et épeautre avec ses petits légumes, soupe de légumes bio de chez MarcelBio...

Le spa
Situé au sous-sol du bâtiment, le spa offre sur 150 m2 une vaste salle, très chaleureuse qui sert à la fois d’accueil et de salle de relaxation. Reprenant les codes maison, le comptoir est habillé d’un ravissant mélange de mosaïques marron, violet, or. Il comprend une cabine de soins, un hammam avec son ciel étoilé, un sauna et une salle de fitness. En partenariat avec Olivier Lecocq Paris, on s’adonne à quelques soins signatures et personnalisés, effectués avec des produits 100% naturels, issus de l’agriculture biologique. En conséquence les rituels exclusifs proposés par Olivier Lecocq et son équipe sont la promesse d’une expérience hors norme comme le bien nommé Rituel du Grand Voyageur, idéal pour se remettre du décalage horaire, il offre, après une séance de 5 mn au hammam, un massage énergisant de 70 mn, celui-ci étant effectué avec un gel frais pour les jambes et la pose d’un sérum décongestionnant autour des yeux. Bien vu aussi : le Massage after shopping, un massage des pieds et des jambes durant 30 minutes qui soulage efficacement après avoir piétiné dans les boutiques !

L’esprit des lieux
Dès son arrivée, l’hôte du Tsuba comprend que, ici efficacité et professionnalisme ne riment pas avec rigidité !
L’équipe du Tsuba, parfaitement rodée, met en avant « le chic décontracté ». Faisant fi des chichis d’une autre époque, l’accueil se veut simple, naturel et souriant tout en étant impeccable.
Une devise : recevoir les visiteurs de façon parfaite et attentive tout en leur donnant le sentiment d’être dans une maison amie !

Les designers
Sybille Holmberg et Victoire Blocman de l’agence Views Architecture ont tout d’abord voulu une vraie ambiance apaisante et ont astucieusement revisité la période Art Déco, pour son côté épuré chic élégant, d’où l’idée du noir, du blanc, du doré. Le tsuba, fil conducteur de la déco, pour son côté graphique et ornemental permet de raconter une histoire, la déco met aussi en avant le cercle que l’on retrouve un peu partout dans l’hôtel. Les propriétaires, amateurs d’art, ont fait intervenir de nombreux artistes.

Mais pourquoi ce nom ?
Le Tsuba est la garde d’un sabre japonais : le katana. Son rôle est de protéger la main du samouraï de la lame affutée de son adversaire. Ces pièces ouvragées, témoignent du savoir-faire des artisans traditionnels japonais et font le bonheur de collectionneurs avertis. C’est ainsi que l’un des propriétaires de l’hôtel, a découvert lors d’une vente aux enchères ces drôles d’objets à la fois précieux et graphiques. Un adjectif qui convient bien à l’architecture initiale de ce bâtiment datant de 1926. À cette époque, l’intelligentsia parisienne étant férue d’objets décoratifs venant de l’Empire du Soleil Levant : laques, estampes, boiseries… fleurissaient dans les intérieurs français, héritage du japonisme très en vogue à la fin du XIXème siècle ; détail amusant pour illustrer cet engouement : Hermès sortit même alors un de ces célèbres carrés baptisé Tsuba ! Quelques détails architecturaux dans l‘hôtel rendent hommage au tsuba. C’est d’abord le logo simple et graphique qui s’en inspire et aussi la ferronnerie du majestueux escalier ornée de tsubas.

LE TSUBA HÔTEL PARIS
45 Rue des Acacias, 75017 Paris
Tél. +33 (0)1 40 60 02 02
Fax +33 (0)1 40 60 42 50
book@tsubahotel.com - www.tsubahotel.com

Si vous copiez cet article partiellement ou intégralement, n’oubliez pas d’insérer le lien https://suiv.me/7811 vers sa source ou le lien https://suiv.me/7811.qr vers le QR Code ci-contre. N'hésitez pas à consulter le monde d'emploi ou à lire les CGU.
 
 

Un avis, un commentaire ?

À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants auto-promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Message limité à 5000 caractères

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »