Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Communiqué de presse > Livre blanc : La protection des marques dans le monde (...)
vendredi 21 septembre 2018

Communiqué : Livre blanc : La protection des marques dans le monde numérique

 
 

La protection des marques sur Internet vise à prémunir les entreprises de répercussions sur les recettes, sur l’image de la marque et sur la fidélité des clients. Ce n’est donc pas un problème informatique, juridique ou de marketing. C’est un problème qui touche toute l’entreprise.

Résumé
Le numérique dans son ensemble, à savoir les sites Web, l’e-mail, les moteurs de recherche, les médias sociaux et les technologies mobiles, transforme en profondeur le monde du commerce. Le e-commerce représente aujourd’hui plus de 13 % des dépenses des consommateurs.[1] Et, bien entendu, les articles de contrefaçon et les services voués à tromper le consommateur y prolifèrent comme ailleurs. Ces pratiques frauduleuses coûtent excessivement cher aux marques, en coûts essentiels et accessoires.

Le volume de la contrefaçon dans le monde numérique va bientôt dépasser celui cumulé des articles contrefaits vendus à la sauvette et sur n’importe quel marché physique.[2] La vente en ligne de produits contrefaits et de contenus piratés coûte des centaines de milliards de dollars aux marques chaque année . Et ce coût ne tient pas compte de l’impact négatif de l’usurpation de marque en ligne en termes d’expérience vécue par le client, de fidélisation sur le long terme, d’investissements marketing et de performance des campagnes. La stratégie numérique a beau être une réalité pour les entreprises, bon nombre de marques privilégient toujours le monde réel et n’ont pas de véritable stratégie globale de protection de leur marque sur les canaux numériques.

Une stratégie de protection de marque étendue au numérique peut permettre de récupérer des revenus, de réaliser des économies directes et de protéger les investissements de marketing. Et, en veillant à l’authenticité de l’expérience qu’elle propose, la marque renforce sa réputation et lutte efficacement contre la fraude en ligne et les réseaux de distribution non autorisés.

Les entreprises visionnaires qui l’ont compris élaborent des stratégies de protection de marque qui couvrent spécifiquement les risques inhérents au monde numérique. Les dirigeants qui accordent l’attention qu’elle mérite à la protection de marque numérique dans leur entreprise et qui sollicitent des experts de la protection des marques en ligne en retirent un réel retour sur investissement.

Une perte de chiffre d’affaires de 350 milliards de dollars chaque année

L’usurpation de marque progresse en ligne, sous la forme de sites Web et d’e-mails qui ressemblent à s’y méprendre aux originaux légitimes. Aucun secteur d’industrie n’est préservé. On trouve de tout, depuis le piratage de musique et de films jusqu’aux arnaques touristiques, en passant par les faux médicaments, les contrefaçons de pièces auto, d’électroménager et d’accessoires. Les imposteurs s’approprient vos contenus et votre imagerie, ils utilisent des URL qui ont l’air authentiques et d’autres techniques pour dévier le trafic à destination de votre site, et au final ils piratent votre marque, accaparent vos clients et encaissent les recettes des ventes à votre place.

Il est si simple de pirater des marques sur Internet et de tirer avantage de leur renommée que, rien qu’en 2013, la contrefaçon et le piratage en ligne ont fait perdre plus de 350 milliards de dollars aux marques. Ces brandjackers tirent profit des nouveaux comportements des consommateurs sur les nouveaux canaux numériques. Il y a donc de forts risques que la situation s’aggrave à l’avenir.

D’ici à 2018, le Web influencera d’une manière ou d’une autre près de 60 % des achats au détail.[4] L’explosion des ventes de smartphones y est pour beaucoup. Une étude de janvier 2014 a démontré que c’est désormais la norme pour les possesseurs de smartphone d’utiliser leur appareil pour faire des achats alors même qu’ils se trouvent dans un vrai point de vente.[5] Près de 2 consommateurs sur 5 tous âges confondus sont revenus sur leur décision d’achat en magasin après avoir découvert une offre moins chère en ligne.

La recherche précède l’achat
Prenez un moment pour réfléchir aux recherches qu’effectuent vos clients.

La grande majorité des clients qui se rendent en magasin ont d’abord fait des recherches dans les moteurs de recherche Internet plutôt que d’aller directement sur les sites des marques ou d’utiliser les applications mobiles officielles.[6] 81 % des consommateurs aujourd’hui font des recherches en ligne avant d’effectuer un achat important.[7] Les terminaux mobiles sont une aide importante avant de se décider à acheter pour plus de 40 % des consommateurs.[8] La plupart de ceux qui visitent les sites Web des marques le font après des recherches dans les moteurs de recherche, après avoir reçu un e-mail, lu des publications sur les réseaux sociaux ou vu des publicités mobiles ou en ligne, et non en tapant l’URL directement dans la barre d’adresse du navigateur.

Ainsi, même quand un client fait l’effort de leur rendre visite, les commerçants savent qu’ils ne peuvent plus compter sur la seule rencontre en face à face pour véhiculer l’image de la marque, convaincre de l’efficacité du service client ou pour vendre. Tant que les recherches sur Internet, sur mobile et sur les réseaux sociaux conditionneront l’activité des consommateurs, il est crucial d’inclure le risque de perte de trafic dans la stratégie de protection des marques pour préserver les investissements de marketing numérique.

« Les attaques en ligne des marques, intentionnelles ou non, procèdent sans cesse par de nouvelles méthodes. Les entreprises doivent donc faire preuve de flexibilité dans leur démarche de planification. L’objectif est qu’elles puissent apprendre continuellement pour s’adapter en conséquence. C’est celui des deux qui apprend le plus vite qui gagne. » – The Wall Street Journal, CFO Journal, 12 déc. 2013[3]

Les brandjackers en veulent à vos investissements marketing
Les sites imposteurs qui s’emparent des mots-clés attachés à votre marque siphonnent le trafic porté par votre référencement naturel. Les adeptes des contrefaçons déploient également leurs propres campagnes de publicité pour promouvoir leurs faux dans les moteurs de recherche. Non seulement vous perdez du trafic légitime, mais vous devez en plus rivaliser avec vos propres mots-clés de référencement. Conclusion, vos dépenses de marketing digital explosent et les résultats de vos campagnes sont compromis.

Quelle est l’ampleur du problème ? Selon nos données, les sites Web qui vendent des articles de contrefaçon comptabilisent plus de 53 milliards de visites par an.[9] Souvent, c’est en recherchant les produits originaux dans les moteurs de recherche que les consommateurs arrivent sur ces sites. Récemment, nous avons analysé des termes de recherche et découvert que, pour chaque acheteur en quête de marchandises contrefaites, 20 autres acheteurs étaient simplement en quête de bonnes affaires. Pour cinq chasseurs de bonnes affaires, il y en a un qui tombe sur un site contrefait et qui aurait acheté le vrai produit s’il n’avait pas été floué et trompé.[10] D’où la nécessité d’investir dans une stratégie complète de protection de la marque dans le monde du numérique avec des contrôles d’application rigoureux.

Perte de confiance de la part du client
Quand des acheteurs de produits contrefaits sont déçus, c’est de votre marque qu’ils ont une mauvaise impression. Et leur mécontentement augmente encore quand ils se plaignent au service client ou qu’ils veulent faire valoir leur garantie et que vous leur répondez que vous ne pouvez rien pour eux.

Le bouche-à-oreille en votre défaveur fait alors son œuvre. Or les consommateurs croient davantage les avis publiés en ligne que les publicités.[11] La puissance collective d’Internet éclipse la force de persuasion des proches, des amis ou des collègues quand il s’agit d’influencer des décisions d’achat.[12] Quand quelqu’un achète un faux de qualité inférieure sans le savoir et qu’il publie un avis négatif en ligne ou qu’il se plaint sur les réseaux sociaux, l’impact sur la marque concernée peut être dévastateur.

Malgré les efforts des grands sites de médias sociaux pour offrir un environnement de commerce en ligne aussi sécurisé que possible, des comptes parodiques ou fictifs existent, qui portent préjudice aux marques, qui nuisent à l’engagement et qui trompent les consommateurs qui ont toute confiance dans les réseaux sociaux et leur transparence. Les individus qui se cachent derrière ces comptes souhaitent plus ternir votre réputation et faire que votre marque apparaisse moins viable, que vous dérober vos recettes.

Cela peut prendre des années, voire des décennies avant qu’une entreprise ne parvienne à rétablir sa réputation entachée et qu’elle se remette de la perte de confiance et du recul de la satisfaction des clients. Mieux vaut ne pas repousser le problème et se préparer à lutter au plus vite contre ces risques.

Les risques d’engagement de la responsabilité
Quand il s’agit de produits dangereux, les risques sont plus grands encore. Certaines catégories de produits, des médicaments contrefaits ou des pièces automobiles, par exemple, peuvent menacer gravement la santé et la sécurité des clients et accroître les risques que la responsabilité de la marque soit mise en cause. La majorité des médicaments contrefaits s’achètent sur des sites Web qui paraissent authentiques, pas dans des pharmacies ni dans la rue.[13]

Risques de conformité des partenaires
Il n’est pas rare que des entreprises fassent les frais de promotions malavisées de la part de partenaires ou de commerciaux en dehors des réseaux autorisés. Les risques encourus sont :

  • Enchérissement de publicités payantes, par l’augmentation des frais de paiement au clic PPC (pay per click).
  • Promotions et remises non autorisées.
  • Violations des pages d’accueil et de renvoi.
  • Utilisation abusive de logo ou comarquage inapproprié.

« Dans un monde peuplé de saboteurs de marques, qu’ils opèrent de façon intentionnelle ou non, les entreprises doivent se montrer agressives et conjuguer jeux défensif et offensif. » - The Wall Street Journal, CFO Journal, 12 déc. 2013[14]

La meilleure défense, c’est l’attaque

On peut vite se sentir impuissant face aux risques pour sa marque d’être victime de brandjackers. Toutefois, élaborer une stratégie complète peut changer la donne et se traduire par des avantages mesurables.

Des parts considérables des budgets des entreprises sont investies dans des emballages difficiles à copier, la gestion logistique et d’autres stratégies de protection de marque dans le monde réel. Pourtant, c’est d’une stratégie plus globale que les entreprises ont besoin pour protéger leurs marques d’un bout à l’autre des canaux physiques et numériques, en lien avec les règles internes et le cadre de gestion des risques.

Cinq avantages business
Étendre votre stratégie de protection de marque aux enjeux du monde du numérique peut apporter les avantages suivants :

  1. Un meilleur retour sur investissement.
  2. Des investissements marketing optimisés.
  3. Une plus grande satisfaction des clients.
  4. Une plus grande fidélité à la marque.
  5. Une meilleure image de marque et une marque en meilleure forme.

Un meilleur retour sur investissement.
En accordant la priorité à la protection de leur marque dans le monde
du numérique, les entreprises se donnent les moyens de limiter leur exposition aux risques et de réduire l’impact financier lié à la fraude, au détournement de trafic Web et à l’usurpation de marque. Elles peuvent aussi mieux lutter contre les risques de mécontentement des clients et œuvrer en faveur de la bonne santé durable de leur marque. Les entreprises qui optent pour la bonne stratégie dégagent un meilleur retour sur investissement.

Des investissements marketing optimisés.
Là où la vigilance accrue paye, c’est en termes de gain d’efficacité des investissements dans le marketing digital. Par exemple, une grande marque de joaillerie a dégagé des résultats fantastiques de la mise en œuvre de sa stratégie de protection de marque numérique.[15] Des faussaires lui livraient une bataille sur Internet en achetant des mots-clés associés à la marque auprès de services de référencement payant et détournaient ainsi une partie du trafic légitime. En agissant contre ces imposteurs, la marque a pu :

  • Récupérer près d’un million de visites de son site.
  • Accroître le trafic en provenance de moteurs de recherche de 50 %sans augmenter ses dépenses publicitaires.
  • Diminuer de 41 % sa facture PPC des publicités dans les moteurs, en générant plus de trafic sans augmenter le budget.

Conformité des partenaires
Pouvoir surveiller et détecter les ventes et les promotions hors autorisations ou les utilisations abusives des marques commerciales peut s’avérer très rentable. Outre le respect des règles, des marques et des droits par les partenaires, c’est la garantie pour la marque d’être correctement représentée et d’éviter le paiement de commissions superflues.

Une approche globale
Il faut reconnaître que, pour lutter avec efficacité contre les brandjackers en ligne et en retirer des avantages, il faut des efforts concertés. De nombreuses entreprises constituent une équipe transversale ou multidisciplinaire pour élaborer des règles de protection de marque selon une démarche proactive et intégrée. Les membres de cette équipe surveillent les canaux numériques connus pour être des vecteurs de violation des marques : les réseaux sociaux, les places de marché B2B et grand public, les sites de e-commerce et d’enchères, les services de messagerie et les moteurs de recherche financés par la publicité. Dès qu’une infraction est détectée, ils ont autorité pour agir comme prévu par la politique de l’entreprise et les lois applicables, suivant la gravité de la menace et le niveau de risque.

Stratégie de protection de marque numérique
Pour qu’elle produise des effets satisfaisants, il faut que la stratégie de protection de marque soit bien pensée, qu’elle soit adaptée aux risques spécifiques auxquels la marque est exposée et qu’elle s’accompagne de l’application des meilleures pratiques. Nombre d’entreprises font appel à un expert de la protection de marque pour les aider à élaborer la stratégie et à accompagner sa mise en œuvre et son application. Voici quelques idées de tactiques à appliquer :

  • Faire fermer tous les sites de contrefaçons et de piratage en ligne sans distinction.
  • Bloquer la vente de produits non autorisés en signalant les contrefaçons répertoriées sur les places de marché.
  • Instaurer des règles avec les revendeurs, agents et franchisés,
  • selon lesquelles vous ne verserez pas de commission sur le trafic détourné.
  • Identifier les fraudeurs qui vous font concurrence sur les moteurs de recherche payants.
  • Signaler les comptes fictifs sur les réseaux sociaux pour favoriser les seules interactions authentiques et stimuler l’engagement.
  • Faire interdire les sites illégitimes et cybersquattés pour limiter le risque
    de confusion pour les clients.

En adoptant une approche stratégique de la protection de marque étendue à tous les canaux numériques, les entreprises multiplient les chances d’accélérer sa mise en œuvre, de réduire leurs frais et de profiter plus tôt des avantages et économies à en retirer.

L’accès à l’information, source de compétitivité

La lutte contre l’utilisation abusive des marques permet de recueillir d’énormes quantités d’informations. Or ces informations peuvent servir d’autres fins que la protection de marque. En analysant ces données sous des angles différents et en les mettant à la disposition de multiples équipes à l’échelle de votre entreprise, vous pourriez optimiser différents aspects de votre organisation : marketing, prix, produits, promotions, service client, distribution, etc.

Voici plusieurs exemples des potentiels de la surveillance de la contrefaçon en ligne à produire des informations de Business Intelligence pour améliorer les processus décisionnels, guider les pistes de développement et aider à générer davantage de bénéfices. Apprenez des stratégies des brandjackers pour améliorer la vôtre.

Analyse des tendances géographiques
Une stratégie consiste à analyser les renseignements collectés en surveillant les places de marché où l’on retrouve des contrefaçons pour quantifier la distribution illégale de produits et adapter une réponse d’après les besoins et attentes des clients. Il est probable que vous n’ayez pas une image complète des attentes de vos clients vis-à-vis de votre marque. En évaluant les habitudes d’achat de produits contrefaits sur le plan géographique, vous comprendrez mieux les comportements et les schémas d’achat des consommateurs aux niveaux mondial, régional et local.

Ceux qui vendent de la contrefaçon sont souvent les premiers à identifier les lacunes du marché qu’ils pourraient combler avec des faux. Analysez donc comment les brandjackers s’y prennent pour satisfaire la demande. Par exemple, quand une société spécialisée dans les jeans a été confrontée à un ralentissement de ses ventes en Asie pacifique, elle a commencé par analyser l’activité sur les sites de vente de contrefaçons. L’analyse des tendances de visite des sites, des quantités en stock et des articles fréquemment ajoutés aux paniers a révélé une lacune du marché : les clients recherchaient des tours de taille plus petits et des entrejambes plus courts. La société a utilisé ces renseignements pour prendre des décisions de fabrication et d’approvisionnement mieux adaptées à ce marché asiatique.

Il est toujours intéressant d’examiner les prix pratiqués sur les sites de contrefaçons et les remises proposées, surtout pour évaluer les données démographiques. Outre les différences de prix, vous pourrez vous faire une idée des potentiels de marché que vous pourriez récupérer pour différents segments de clients.

Profiter des opportunités saisonnières
Les brandjackers savent qu’ils peuvent gagner facilement de l’argent en imitant des produits sous licence ou en édition limitée, qui sont dans l’air du temps ou à l’effigie de personnalités à la mode par exemple. Une société qui fabriquait des maillots en édition limitée a décidé d’évaluer la demande d’un article en rupture de stock. Elle a découvert que le marché était bien plus large que ce qu’elle avait imaginé. En augmentant les volumes de production de ce maillot et en prolongeant les cycles de fabrication, la marque a contré le potentiel de vente de contrefaçons et a encaissé davantage de recettes.

Autre opportunité de vente : la fabrication de produits sous licence à l’occasion d’événements spéciaux, comme des rencontres culturelles ou sportives très médiatisées. Les brandjackers saisissent souvent l’occasion pour inonder le marché de faux articles de marque, qui n’ont même jamais été fabriqués dans le circuit autorisé. Analyser la demande de tels produits peut donner des idées aux marques et contribuer à augmenter leur chiffre d’affaires.

Se constituer une meilleure liste de mots-clés
Retournez la situation en étudiant les mots-clés de référencement que les fraudeurs achètent auprès des moteurs de recherche. Faites que votre service marketing identifie les mots-clés qui détournent le trafic de votre site. Ces mots-clés figurent-ils dans votre liste ? Quelles publicités sponsorisées associées à ces termes de recherche portent sur vos produits et votre marque ? Ces signes sont autant d’indications qui vous renseignent sur les investissements des fraudeurs et les contrefaçons que les consommateurs recherchent en tapant ces mots-clés. N’oubliez pas que bon nombre de ceux qui achètent des faux sont des clients à vous.

Une marque en meilleure forme
Ce ne sont que quelques exemples pour vous démontrer combien la surveillance des pratiques liées aux contrefaçons en ligne et l’utilisation des renseignements de cette analyse peuvent vous aider à mieux comprendre le marché et satisfaire la demande pour dégager un meilleur retour sur investissement. Vous continuerez à gagner en compétitivité au gré des nouvelles opportunités à saisir et vous renforcerez l’image de votre marque tout en soignant votre intégrité.

Synthèse

Les consommateurs sont de plus en plus nombreux à utiliser Internet, que ce soit pour comparer les prix ou pour finaliser un achat. Il est donc très important que les marques puissent proposer une expérience crédible et de confiance à leurs clients, où et quand ils en ont besoin, sur tous les canaux numériques que ceux-ci sont susceptibles d’emprunter. Mais les marques doivent aussi se méfier des brandjackers et des risques liés à l’usurpation de marque. Certaines entreprises considèrent que ce risque est inhérent au commerce électronique en ligne.
Mais des dirigeants et responsables plus avisés mesurent la valeur intrinsèque d’étendre les stratégies de protection de marque au monde numérique.

Une stratégie de protection de marque étendue au numérique peut permettre de récupérer des revenus, de réaliser des économies directes et de protéger vos investissements dans le marketing. Et, en veillant à l’authenticité de l’expérience qu’elle propose, la marque renforce sa réputation et lutte efficacement contre la fraude en ligne et les réseaux de distribution non autorisés.

Une marque qui s’adjoint les services d’experts de la protection de marque peut obtenir de meilleurs résultats encore, en s’inspirant des meilleures pratiques recommandées et en bénéficiant de renseignements plus détaillés sur les activités des fraudeurs. Ces informations précieuses peuvent servir à chaque service de votre entreprise, de la fabrication au marketing en passant par le service client et la direction juridique ou informatique, pour prendre de meilleures décisions et générer des résultats mesurables avec un retour sur investissement supérieur, qui se répercutent sur les bénéfices de la société.

[1] State of the U.S. Online Retail Economy in Q1 2014, comScore, mai 2014.
https://www.comscore.com/Insights/Presentations-and-Whitepapers/2014/State-of-the-US-Online-Retail-Economy-in-Q1-2014

[1] 2014 Special 301 Report, Office of the United States Trade Representative, 2014. http://www.ustr.gov/sites/default/filesUSTR%202014%20Special%20301%20Report%20to%20Congress%20FINAL.pdf.
[3] What CFOs Can Do to Protect Brand Assets, Wall Street Journal, CFO Journal, 11 décembre 2013. http://deloitte.wsj.com/cfo/2013/12/11/what-cfos-can-do-to-protect-brand-assets-2/
[4] US Cross-Channel Retail Forecast : 2014 To 2018, Forrester Research, Inc., 24 juillet 2014. http://www.forrester.com/US+CrossChannel+Retail+Sales+Forecast+2014+To+2018/fulltext/-/E-RES115515?docid=115515
[5] Smartphones Are In-Store Shopping Companions, eMarketer, 1er mai 2014.
http://www.emarketer.com/Article/Smartphones-In-Store-Shopping-Companions/1010800

[6] Google, Mobile In-Store Research : How in-store shoppers are using mobile devices, mai 2013. http://www.google.com/think/research-studies/mobile-in-store.html
[7] GE Capital Retail Bank’s second annual Major Purchase Shopper Study, Retailing Today, 12 juillet 2013.
http://www.retailingtoday.com/article/study-81-research-online-making-big-purchases

[8] Mobile Path to Purchase, The New Shoppers Mindset, xAd/Telmetrics, 2014. www.mobilepathtopurchase.com/wp-content/uploads/2012/08/2014MPTP_The-New-Shopper-Mindset_FINAL_6.19.14.pdf
[9] Online Brand Protection, MarkMonitor, 2014.
https://www.markmonitor.com/solutions/overview-BP.php

[10] MarkMonitor Shopping Report, automne 2012. http://markmonitor.com/download/report/MarkMonitor_Shopping_Report-2012.pdf
[11] Global Trust in Advertising Survey, Nielsen, septembre 2013. http://www.nielsen.com/us/en/newswire/2012/consumer-truxst-in-online-social-and-mobile-advertising-grows.html
[12] 2012 Digital Influence Index Shows Internet as Leading Influence in Consumer Purchasing Choices, Fleishman-Hillard, 31 janvier 2012. http://fleishmanhillard.com/2012/01/news-and-opinions/2012-digital-influence-index-shows-internet-as-leading-influence-in-consumer-purchasing-choices/
[13] National Association of Boards of Pharmacy, 2014.
http://www.nabp.net/programs/consumer-protection/buying-medicine-online/counterfeit-drugs

[14] What CFOs Can Do to Protect Brand Assets, Wall Street Journal, CFO Journal, 11 décembre 2013. http://deloitte.wsj.com/cfo/2013/12/11/what-cfos-can-do-to-protect-brand-assets-2/
[15] Luxury Jewelry Retailer Combines Brand Protection Strategy and Smart Campaign Management to Improve E-commerce Performance, MarkMonitor, février 2014. http://markmonitor.com/download/cs/MarkMonitor_CaseStudy_Luxury_Jewelry.pdf

À propos de MarkMonitor
MarkMonitor®, solution leader dans la protection des marques et marque phare de Clarivate Analytics, apporte expertise et technologie de pointe pour protéger le chiffre d’affaires et l’image des marques les plus célèbres au monde. Dans le monde numérique, les marques sont confrontées à des risques sans précédent. Ces risques sont liés au caractère anonyme d’Internet et à sa portée mondiale, mais ils sont aussi inhérents à l’évolution des modèles de consommation vers des produits, services et contenus en ligne. Bon nombre d’entreprises choisissent MarkMonitor pour les aider à faire face à ce risque, à protéger leurs dépenses marketing et
leur chiffre d’affaires, et à conserver la confiance de leurs clients. Leur choix est motivé par la protection exhaustive et les technologies avancées de MarkMonitor, soutenues par un important réseau relationnel dans le secteur. Pour de plus amples informations, veuillez consulter www.markmonitor.com

À propos de Clarivate Analytics
Clarivate Analytics accélère le rythme de l’innovation en fournissant des informations et des analyses fiables à ses clients à travers le monde pour leur permettre de découvrir, protéger et commercialiser de nouvelles idées, plus vite. Anciennement entreprise de propriété intellectuelle et de science de Thomson Reuters, nous possédons et gérons un éventail de services d’abonnement performants axés sur la recherche scientifique et universitaire, les analyses de brevets et les normes règlementaires, la protection des marques, la veille pharmaceutique et biotech, la protection des noms de domaine et la gestion de la PI. Nous sommes désormais une société indépendante comptant plus de 4 000 employés et exerçant ses activités dans plus de 100 pays du monde et détenons des marques réputées, notamment Web of Science, Cortellis, Thomson Innovation, Derwent World Patents Index, CompuMark, MarkMonitor et Techstreet. Pour plus d’informations, veuillez consulter clarivate.com
© 2017 MarkMonitor Inc. Tous droits réservés. MarkMonitor® est une marque déposée de MarkMonitor Inc., division de Clarivate Analytics. Toutes les autres marques figurant dans le présent document appartiennent à leurs propriétaires respectifs. Code source : WPBPDW090414

 
 
Note au lecteur :
Ceci est le contenu copié-collé du communiqué de presse officiel de son émetteur qui en assume l'entière responsabilité. TendanceHotellerie n'approuve ni ne désapprouve ce communiqué. Ce communiqué a néanmoins fait l'objet d'une vérification ce qui peut parfois conduire à un décalage de mise en ligne de quelques heures ou jours.
 
 
 
Note à l'émetteur du communiqué de presse :
Des renseignements concernant l'insertion de votre lien et/ou votre logo et/ou votre image sont accessibles ici.
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/7543 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/7543.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Message limité à 5000 caractères.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »