Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Communiqué de presse > Le GNI appelle le gouvernement à statuer sur ces (...)
mercredi 17 octobre 2018

Communiqué : Le GNI appelle le gouvernement à statuer sur ces nouveaux modèles économiques !

 
 

UberPop, AIrBnB, Housetrip, Djump. Ces nouveaux acteurs qui déstabilisent l’économie

Face à la manifestation des taxis qui a eu lieu jeudi 25 juin contre les services tels que UberPop, Heetch et Djump, le GNI qui comprend leurs revendications et leur colère face à cette concurrence déloyale, interpelle les taxis et les pouvoirs publics sur les conséquences négatives de ces évènements, sur la réputation de la France et sur son tourisme.

Le GNI qui compare la situation des taxis à celle des hôteliers qui font face également à une nouvelle concurrence libre de toute réglementation et d’équité fiscale avec les meublés touristiques tels que Air BnB, alerte néanmoins sur la forme utilisée par les taxis pour exprimer leur mécontentement.

Alors que les taxis défendaient à juste titre leur métier dans la rue hier, les débordements constatés, portent préjudice à l’image de la France, de son tourisme et de tous les individus qui en vivent. A Paris hier, ce sont 150 000 clients qui ont été pris en otages, à l’heure où les réservations des touristes pour la période estivale à destination de Paris et de la France sont les plus fortes.

Les images de guérillas urbaines retransmises dans tous les médias, avec des voitures renversées, des clients interpellés par les manifestants et priés de descendre des taxis qui essaient de travailler, sont pour la France et son image un véritable coup dur avec des conséquences lourdes et durables sur le tourisme de notre pays.

Ces manifestations soulèvent néanmoins un véritable problème, celui de cette nouvelle économie dite « économie de l’ombre » issue de l’émergence de ces nouveaux acteurs qui profitent d’Internet pour concurrencer les services traditionnels. Ces nouveaux acteurs (Uber Pop, AirBnb…) déstabilisent l’économie en place en ne respectant pas les mêmes obligations réglementaires et fiscales. Des nouveaux acteurs qui font également l’impasse sur la sécurité obligatoire nécessaire pour le transport de personnes ou l’hébergement.

Il est donc urgent que le gouvernement se saisisse définitivement de ces dossiers et se décide à appliquer à tous les acteurs d’un marché les mêmes règles dans un esprit d’équité, sinon les débordements auxquels on assiste aujourd’hui continueront à s’amplifier et toucheront d’autres secteurs.

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/4974

 
 
Note au lecteur :
Ceci est le contenu copié-collé du communiqué de presse officiel de son émetteur qui en assume l'entière responsabilité. TendanceHotellerie n'approuve ni ne désapprouve ce communiqué. Ce communiqué a néanmoins fait l'objet d'une vérification ce qui peut parfois conduire à un décalage de mise en ligne de quelques heures ou jours.
 
 
 
Note à l'émetteur du communiqué de presse :
Des renseignements concernant l'insertion de votre lien et/ou votre logo et/ou votre image sont accessibles ici.
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/4974 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/4974.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

    Les commentaires


    1. le 29 juin 2015 à 14:20, par DENIZON

    J’ai relevé une légère erreur dans cet article. Je suis une chambre d’hôtes, déclarée, officielle, payant des taxes sur le premier euro que je touche et je me sens autant lésé par la concurrence d’AirBNB que mes collègues hôteliers. En effet, sur Toulouse, nous sommes une vingtaine de chambres d’hôtes exerçant en tout légalité et AirBNB propose près de 800 hébergements à partir de 9 €. Chercher l’erreur !
    Quand vous écrivez "à une nouvelle concurrence libre de toute réglementation et d’équité fiscale avec les meublés touristiques tels que Air BnB, ", vous commettez l’erreur de mélanger les meublés touristiques (qui sont déclarés en préfecture) avec les particuliers qui louent une chambre entièrement au black et qui cassent le marché de l’hébergement (hôtels et chambres d’hôtes confondus).

    2. le 29 juin 2015 à 18:43, par hemery

    pour 20 chambre d’hôtes déclarées combien qui ne déclare rien.
    Oui à la concurrence mais loyale pour tous

    3. le 30 juin 2015 à 11:45, par antoine

    La question qu’il faut se poser est que serait-il arrivé s’ils les taxis n’étaient pas arrivés à cette extrêmité ? Où en seraient-ils ?
    L’Etat, garant des lois et de leur application, n’a pas joué son rôle !
    Il a l’air de vouloir se rattraper......
    Quant à vous, chambre d’hôtes, en entendant votre discours, les bras m’en tombent ! De quelles taxes parlez-vous ? A commencer par la TVA, la payez-vous ? Et je ne parle pas du reste !

    4. le 30 juin 2015 à 14:21, par DENIZON

    @Antoine : je paye le RSI, les impôts de tous genres, suis en EI au réel simplifié, j’ai un expert-comptable qui me fait mon bilan et comme mon CA est inférieur à 83 k€, je ne paye pas la TVA (mais ne la récupère pas non plus). J’estime que j’ai autant le droit de m’exprimer ici comme n’importe professionnel de l’hébergement. Là où j’habite, une chambre d’hôtes peut survivre (compte-tenu de sa petitesse) tandis qu’un hôtel qui a des charges beaucoup plus importantes ne pourrait sûrement pas équilibrer ses comptes.
    @Hemery : je suis tout à fait d’accord avec vous. Je n’apprécie pas les chambres d’hôtes non déclarées alors que j’essaye d’exercer mon métier en toute légalité et sans tricher

    5. le 30 juin 2015 à 18:02, par Thomas

    @Antoine, en entendant votre discours, les bras m’en tombent !
    La règlementation des chambres d’hôtes n’est pas réservée à certains.
    Si elle vous parait si fabuleuse, pourquoi n’ajustez vous pas votre affaire et réduisez votre nombre de chambres ?
    La règlementation est la même pour tous. A chacun de choisir librement le statut qui lui paraissent plus intéressantes.

    Quant à l’état qui ne fait pas son boulot (manque de contrôles), nous sommes sur la même longueur d’onde. Malheureusement, je pense que ce sera de plus en plus souvent le cas. Lorsqu’Airbnb fait appel à des investisseurs à hauteur de 1,5 milliards de $ (comme c’est le cas en ce moment), c’est pour tuer le marché en s’imposant massivement face à la concurrence, mais aussi pour aller plus vite que le législateur et le mettre devant le fait accompli. Joli monde !

 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori : votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.
Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »