Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Communiqué de presse > Booking.com prédit une "guerre des prix exacerbée" avec (...)
vendredi 17 août 2018

Communiqué : Booking.com prédit une "guerre des prix exacerbée" avec la fin de la parité tarifaire

 
 

Le site de réservation en ligne Booking.com a indiqué mercredi à l’AFP que l’adoption par les parlementaires du "contrat de mandat" et l’annulation de la clause dite de parité tarifaire qui lie les plateformes de réservation en ligne aux hôteliers risquaient de conduire à une "guerre des prix exacerbée".

Les sénateurs, suivis la semaine dernière par les députés, ont adopté un amendement au projet de loi Macron interdisant la clause de parité tarifaire, ce qui permet désormais aux hôteliers d’afficher sur leurs canaux online et offline un prix inférieur à celui qu’ils proposent aux centrales de réservation en ligne.

L’amendement prévoit également la mise en place d’un "contrat de mandat" qui régira dorénavant les relations entre les hôteliers et les OTA, et empêchera ces derniers d’indiquer un prix inférieur à celui pratiqué par les hôteliers.

Dans un communiqué, Carlo Olejniczak, directeur régional pour la France, l’Espagne et le Portugal de Booking.com, a estimé "qu’en l’état, cet article promeut une dérégulation des tarifs qui risquerait de conduire à une guerre des prix exacerbée, opaque, affectant les marges des hôtels et au final la qualité de l’offre".

En avril, l’Autorité de la concurrence avait annoncé à l’issue d’une procédure de négociations de près de deux ans que Booking.com, qui détient les deux tiers du marché en France, n’empêcherait plus les hôteliers qui souhaitent utiliser ses services de pouvoir proposer sur d’autres plateformes de réservation ou directement sur place, par téléphone ou par mail des tarifs inférieurs à ceux qui figurent sur son site.

"L’Autorité de la concurrence française a récemment accepté des engagements pour une restriction mesurée de la parité tarifaire, une décision que nous soutenons", a déclaré Carlo Olejniczak. "Sa décision préserve un équilibre entre l’intérêt du consommateur et la maîtrise de leurs tarifs en ligne par les hôteliers, en accroissant la concurrence entre plateformes de réservation en ligne", a-t-il ajouté.

"La fin complète de la parité tarifaire est un jeu de chamboule-tout pour les hôteliers indépendants qui vont souffrir", a précisé à l’AFP un porte-parole de Booking. "Les moteurs de comparaison vont faire ce qu’ils veulent, car il y aura toujours des moyens d’avoir des prix différenciés, des réductions, cela va faire une pression débridée sur les prix", a-t-il expliqué, n’excluant pas un recours du groupe, une fois la loi adoptée.

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/4947

 
 
Note au lecteur :
Ceci est le contenu copié-collé du communiqué de presse officiel de son émetteur qui en assume l'entière responsabilité. TendanceHotellerie n'approuve ni ne désapprouve ce communiqué. Ce communiqué a néanmoins fait l'objet d'une vérification ce qui peut parfois conduire à un décalage de mise en ligne de quelques heures ou jours.
 
 
 
Note à l'émetteur du communiqué de presse :
Des renseignements concernant l'insertion de votre lien et/ou votre logo et/ou votre image sont accessibles ici.
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/4947 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/4947.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

    Les commentaires


    A mon avis, si Booking dit que c’est mauvais pour les hotels indépendants, faut comprendre tout le contraire.

    N’est-il pas écrit aussi dans la loi, que les agences ne pourront de toute façon pas vendre en dessous du prix communiqué par l’hébergeur ?
    Après, chacun va devoir gérer ses tarifs, pour être moins cher en direct et le faire savoir sur les comparateurs, de façon à casser le marché des OTAs.

    TH, à quelles mesure de rétorsion ou de pression (fameuse guerre) pensez-vous que nous allons être soumis en tant qu’indépendants dans la mesure où Bkg ne pourra dans certaines villes se passer de nous...et ne pourra pas non plus nous reléguer tous en dernière page ?

    @BM non la loi ne dit pas ça : elle dit que le prix de vente (au client NDLR) est fixé par l’hôtelier, rien de plus.
    Les OTAs ont toujours été très inventifs. On peut leur faire confiance pour inventer des punitions. Tout dépend du niveau de dépendance de l’hôtelier : moins on est dépendant et moins on a à craindre de rétorsion...
    La négociation des contrats de mandat va être un moment crucial et vu la distorsion UMIH-GNI il ne faut pas s’attendre à des négociations communes, ce qui est une erreur monumentale. A suivre ...

    Il est vital que la négociation soit faite par un syndicat vraiment indépendant surtout pour nous les hôtel indépendants

    Hôteliers n’accepter pas dans vos contrat l’un de ces trois points

    - parité ta tarifaire
    - parité des dispo
    - utilisation ilimité des noms commerciaux

    C’est le derniers points qui cloche encore et celui ou les ota risque d’être plus actif

    Le but pour les ota étant que les clients n’arrivent pas sur notre site internet

    En manque vraiment de solutions numérique !!! Actuellement elle sont multiples , proposé par presque autant de boîte et souvent à un cout trop lourd et même en les souscrivent toutes cela reste incomplet comment avoir l’adhésion de toute une profession alors qu’aucun acteurs n offre une solution complète et abordable !

    @IKA : la loi est claire : peu importe que le contrat comporte des clauses de parité tarifaire car elles sont simplement illégales et réputées non écrites. Pour les autres c’est évidemment à négocier. La parité de disponibilité se règle facilement par la valeur de prix : si l’hôtel vend à 100 € sur son site et 150 € sur les OTAs, où est le problème ?
    Un seul syndicat n’a pas vocation à représenter toute une profession. C’est ensemble que les syndicats doivent travailler sur ces sujets, pas séparément.

    Attendre de l ensemble des syndicats de la profession une union et un travail commun sur ces questions c est attendre quelque chose qui ne c est jamais produit

    Attention les différents syndicats non pas les mêmes adhérent et donc pas les mêmes intérêts à défendre
    Ou pas de la même façon

    J étais pendant des années à umih et je n y serait plus jamais (sauf si je deviens le patron d un groupe comme accord)

    Comme dit plus haut c est surtout le point sur l utilisation des marques qui cloche encore
    et un peu la parité des dispos adopté par la force à booking uniquement !

    Ensuite oui met des prix cher sur les ôta pour fermer des chambres ça marche mais pas aussi bien que fermer réellement la chambre surtout en période très forte
    Et j espère plus des pro qu ils créé des tarif distributeur automatiquement calculer sur le tarif direct + commission
    ce qui donnera un signal fort à la clientèle sur la garantie du meilleur prix

 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Message limité à 5000 caractères.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »