Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Communiqué de presse > La liberté tarifaire des hôteliers bientôt retrouvée (...)
jeudi 19 juillet 2018

Communiqué : La liberté tarifaire des hôteliers bientôt retrouvée ?

 
 

Jeudi 16 avril, dans la cadre de l’étude du projet de loi Macron pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques, le Sénat a adopté un article traitant des relations entre les hôteliers et les plateformes de réservation. Cet article de loi libère les hôteliers du carcan des clauses anticoncurrentielles imposées par les plateformes, qui leur permettaient de garantir qu’elles offraient le meilleur prix. Le GNI salue cette adoption et remercie tous les acteurs qui y ont contribué, notamment les sénateurs au sein de la Commission spéciale présidée par M. le Sénateur-Maire Vincent Capo-Canellas.

Ce nouvel article de la Loi Macron constitue une véritable avancée pour les hôteliers qui retrouvent ainsi la liberté de fixer les prix de leurs propres services. Ainsi, une chambre vendue en direct par l’hôtelier au client pourra être moins chère que la même chambre vendue par un intermédiaire car elle ne subira pas le surcoût d’une commission. Les intérêts des consommateurs redeviennent enfin prioritaires.

L’adoption de cet article est une première étape pour faire renaître un climat de travail serein entre les hôteliers et les plateformes de réservation. Le GNI au nom de ses adhérents, et en bonne réflexion avec les autres syndicats professionnels hôteliers, invite l’Assemblée Nationale à considérer ce texte sous ce même angle afin de favoriser la croissance de ce secteur qui représente plus de 150 000 emplois en France.

L’avis de TH

Difficile de savoir si cet article va passer l’épreuve de l’Assemblée Nationale...

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/4750

 
 
Note au lecteur :
Ceci est le contenu copié-collé du communiqué de presse officiel de son émetteur qui en assume l'entière responsabilité. TendanceHotellerie n'approuve ni ne désapprouve ce communiqué. Ce communiqué a néanmoins fait l'objet d'une vérification ce qui peut parfois conduire à un décalage de mise en ligne de quelques heures ou jours.
 
 
 
Note à l'émetteur du communiqué de presse :
Des renseignements concernant l'insertion de votre lien et/ou votre logo et/ou votre image sont accessibles ici.
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/4750 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/4750.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

    Les commentaires


    Bonjour je vous encourage a lire vous même la décision de l’autorité de la concurrence !

    http://www.autoritedelaconcurrence.fr/user/standard.php?id_rub=606&id_article=2534

    En effet vous verrez à l’article 3 une notion que le GNI a fortuitement oubliée, ci après en majuscule...

    "3) La suppression des obligations de parité de conditions
    Les hôtels retrouveront également leur pleine liberté d’offrir aux consommateurs via d’autres plateformes et via leurs propres canaux HORS ligne, des conditions plus avantageuses que celles proposées sur Booking.com. Cela concerne notamment le petit-déjeuner ou tout autre service (salle de sport, spa, accès internet, etc.) ainsi que les conditions de réservation (annulation, etc.)."

    Suis-je le seul à penser à une vaste blague !? Comment peut-on accueillir si joyeusement cet article de loi alors que le cœur du problème bat toujours si fort et va même s’intensifier.
    Pouvoir proposer des chambres moins cheres en direct ? Super... Dans quelques années l’immense majorité des réservations seront effectuées en ligne !
    Afficher des prix moins chers sur d’autres plateformes que sur booking.com ? Magnifique..Etre plus cher sur son propre site internet (parité HORS LIGNE oblige !) que sur d’autres plateformes peu sans nul doute être comparé à se tirer une balle dans le pied !
    Alors je vous le dis clairement je ne suis pas du tout satisfait de ce texte, il peut au mieux représenter un petit pas en avant dont booking.com aurait soulevé (pour faire bonne figure) le boulet accroché à notre pied.

    3. le 21 avril 2015 à 17:29, par Luberon

    Je crois que je vais pleurer.... Y a til un pilote dans l’avion France. Entre un JDD qui nous entraine dans la fête a noeud-noeud et l’asemblée ou tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.... Est ce qu’il ya quelqu’un qui écoute, qui lit, qui corrige. Sommes nous chez GUIGNOL in HELL, ou tout le monde a vendu son âme au diable... Le GNI est satisfait, Waouuuu. Vous pourrez aplaudir a la disparition du mot de trop. Amicalement stéphan

    4. le 21 avril 2015 à 18:08, par Luberon

    je reviens sur le texte ci dessus ; VOICI CE QUE L’ON PEUT LIRE SUR Francetv info.
    Ce qui va changer pour les hôteliers.
    Des tarifs plus bas sur les autres plateformes de réservation en ligne, par téléphone ou à la réception

    Jusqu’à maintenant, Booking.com interdisait aux hôtels référencés sur sa plateforme de proposer des tarifs plus bas sur d’autres sites internet, par téléphone ou à la réception. La levée de cette interdiction va permettre aux hôteliers de contrôler leurs prix. Ils pourront proposer à leurs clients de meilleurs tarifs, soit directement, soit via des sites internet aux taux de commission plus bas que Booking.com. Ils ne pourront cependant toujours pas proposer ces tarifs sur leur propre site, simplement mentionner des "prix avantageux" par téléphone ou à la réception.
    Des conditions plus avantageuses

    Booking.com empêchait également à ses hôtels de fournir de meilleures conditions (petit déjeuner, internet, spa, salle de sports, etc.) en dehors de sa plateforme. Il ne le fera plus à compter du 1er juillet.
    Des disponibilités gérées par les seuls hôteliers

    Le numéro 1 de la réservation en ligne n’autorisait pas les hôtels à proposer plus de nuitées sur des canaux concurrents. Les hôteliers pourront désormais commercialiser davantage de nuits sur les plateformes qui leur offrent un meilleur service ou un taux de commission plus bas. Booking.com aura l’obligation d’afficher la mention "sur ce/notre site" à côté du nombre de chambres disponibles, "afin d’éviter que les consommateurs puissent croire que plus aucune chambre n’est disponible sur l’ensemble des canaux".
    Des contacts avec les anciens clients

    Enfin, les hôteliers pourront contacter comme bon leur semble leurs anciens clients. Booking.com leur interdisait jusque-là de contacter les clients qui avaient réservé via sa plateforme.
    Alors ????

 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Message limité à 5000 caractères.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »