Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Communiqué de presse > Billet d’humeur de Gérard Guy, Président Confédéral de la (...)
mardi 23 octobre 2018

Communiqué : Billet d’humeur de Gérard Guy, Président Confédéral de la CPIH : Finissons-en avec la méthode Coué !

 
 

A l’heure où la plupart de nos compatriotes profitent de leurs congés, et apportent espérons-le une bouffée d’oxygène à nos établissements, nous avons choisi en ce qui nous concerne, de faire les comptes. Et ils ne sont pas bons. Les chiffres communiqués par l’Observatoire de larestauration et de l’hôtellerie ne font que confirmer ce que nous vivons au quotidien dans nos entreprises. Qu’il s’agisse des hôtels, des débits de boissons et de la restauration.

Que nous disent ces chiffres ? Que nos chiffres d’affaires ont stagné voire régressé sur un an.

Alors que dans le même temps les hausses en tout genre ne cessent de s’accumuler et les taxes d’augmenter. D’un côté un moins et de l’autre un plus, une équation qu’il est urgent d’inverser en nous permettant d’augmenter nos marges et de réduire nos charges. Il n’est pas nécessaire d’être sorti de Saint-Cyr ou de Polytechnique pour comprendre qu’en économie comme en comptabilité c’est là, la seule solution possible si l’on veut favoriser le développement desentreprises, la création d’emplois, et la distribution des richesses aussi bien aux salariés qu’aux dirigeants. Le reste n’est que faribole et ne pas l’accepter c’est se diriger droit dans le mur.

S’agissant de la restauration traditionnelle, la baisse de chiffre d’affaires constatée est de près de 1% et fait suite à une baisse de fréquentation ainsi qu’à une diminution du ticket moyen. On peut vraiment parler d’une érosion de ce secteur d’activité depuis 2010. Qui pourrait supporter plus longtemps une telle situation ?

Concernant l’hôtellerie, les petits hôtels indépendants, c’est-à-dire la grande majorité de nos adhérents à la CPIH, connaissent eux aussi un sort peu enviable. La province est plus durement affectée que la région parisienne et certaines villes en région. Seule l’hôtellerie de luxe, moins tributaire du marché national, parvient à surmonter la crise. On sent que le chômage et la pression fiscale sont passés par là.

Pour ce qui est des débits de boissons, les indicateurs sont là encore au plus bas et 2013 risque d’être une année noire pour les bars. La météo catastrophique d’un hiver particulièrement long et d’un printemps pourri explique en partie les difficultés rencontrées par les cafés. L’inquiétude des ménages face à la conjoncture actuelle et l’incertitude face à l’avenir contraignent les consommateurs à la prudence.

Ce n’est pas faute, de la part des professionnels de faire le maximum, de faire oeuvre d’imagination et de prendre des initiatives. Ici c’est une offre plus diversifiée et alléchante, là des prix plus serrés, mais rien n’y fait. Lorsque le pouvoir d’achat des consommateurs est en berne, les résultats de nos entreprises basculent dans le rouge. Alors devons-nous nous rassurer en écoutant le chant des sirènes qui nous annonce une baisse du chômage d’ici la fin de l’année et une reprise de la croissance au cours des mois prochains ? Si pour les dirigeants politiques la méthode Coué semble être toujours autant à la mode, quelles que soient les époques et les régimes, nous ne pouvons, nous chefs d’entreprises nous en satisfaire. Nous en avons assez des belles promesses qui n’engagent jamais ceux qui les formulent mais hélas ceux qui veulent bien y croire. Nous n’en pouvons plus de ces trains de hausse (tabac, carburant, électricité, timbresposte, etc.) successifs et de ces augmentations de taxes (en tout genre) permanentes.

Il est grand temps, si l’on veut éviter que la France ne se transforme en un immense parc de loisirs, de faire preuve de réalisme et de permettre aux PME-PMI qui, seules sont en capacité de créer de l’emploi et de distribuer de la richesse, de vivre (et non pas survivre) et d’investir. Les commerçants et les artisans sont de ce point de vue un véritable gisement, mais voudrait-on le tarir qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Non, « tout ne va pas très bien, monsieur le Président, il y a même le feu aux écuries ».

Gérard Guy
Président confédéral

Conclusion

Ce billet d’humeur est suffisamment explicite, pas besoin d’en rajouter.

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/3301

 
 
Note au lecteur :
Ceci est le contenu copié-collé du communiqué de presse officiel de son émetteur qui en assume l'entière responsabilité. TendanceHotellerie n'approuve ni ne désapprouve ce communiqué. Ce communiqué a néanmoins fait l'objet d'une vérification ce qui peut parfois conduire à un décalage de mise en ligne de quelques heures ou jours.
 
 
 
Note à l'émetteur du communiqué de presse :
Des renseignements concernant l'insertion de votre lien et/ou votre logo et/ou votre image sont accessibles ici.
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/3301 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/3301.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

    Les commentaires


    1. le 31 juillet 2013 à 12:26, par mike

    Restaurateurs, en période de crise ou non, faites de la qualité et fixez des prix justes, il en restera quelque chose. Sur notre littoral , la médocrité est récompensée gràce à l’emplacement...Sachons, humbles clients dénicher les bonnes adresses qui ne sou- traitent pas leur production aux multinationales. Soyez écolo. et locavores.
    Un exemple ? De passage avec mes enfants au Flunch Ollioules hier : assiettes toutes ébrêchées sur le rayon hors d’oeuvre et salade de fruits au sirop...en plein été. On se f... de nos g... ! Quid du cahier de commentaires...Il n’y en a même pas.

 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori : votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.
Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »