vendredi 7 octobre 2022

Le Groupe Machefert entre en procédure de sauvegarde

 

Le Groupe Machefert annonce avoir demandé et obtenu l’ouverture d’une procédure de sauvegarde afin de restructurer sa dette vis-à-vis de son principal créancier.

Le Groupe Machefert familial et indépendant, créé en 1992, évolue dans un contexte économique difficile depuis ces 5 dernières années du fait des nombreux événements défavorables qui ont marqué l’industrie du tourisme en France et à Paris (désintermédiation de la distribution hôtelière, attentats 2015, attentats 2016, gilets jaunes, grèves, crise sanitaire du Covid et enfin guerre en Ukraine).

Le Groupe Machefert a comme principal créancier ColCity, une structure ad hoc du fonds américain Colony Capital.

Au second semestre 2021, Colony Capital a cédé la créance qu’elle détient envers le Groupe Machefert au profit du fonds californien Fortress Credit Advisors LLC, hedge fund.

Consécutivement à cette cession, le Groupe Machefert a observé un durcissement des conditions de remboursement de sa dette.

Afin de renégocier les conditions de restructuration de sa dette envers son principal créancier, le Groupe Machefert a sollicité et obtenu le 28 mars dernier l’ouverture d’une procédure de sauvegarde.

Cette protection conférée par la loi n’altère en rien la bonne conduite des opérations du Groupe Machefert.

Cette procédure va en effet permettre au Groupe de pérenniser son activité, de récréer de la rentabilité sur ses opérations en période de convalescence, tout en préservant ses emplois.

De ce fait, le Groupe Machefert reprendra le contrôle de son business plan dont la trajectoire se confirme mois après mois par les performances opérationnelles du Groupe de manière à réaliser le plan triennal « Réputation » initié en janvier 2022.

SA Les Hôtels de Paris
5, avenue des Arquebusiers, 75003 Paris

L’avis de GD

Il était déjà difficile de trouver un fournisseur du groupe qui n’ait eu à subir leurs délais de règlement un peu trop loooooooongs au cours des 20 dernières années. Si en période faste le groupe n’arrivait déjà pas à structurer son fonds de roulement, comme si l’hôtellerie parisienne ne générait pas de marges en années fastes, il semble normal que les crises à répétition ont accentué le trait. C’est une évidence que les aides Covid ne sont plus ce qu’elles étaient au creux de la vague !
Les fournisseurs actuels, qu’ils soient réguliers ou ponctuels, vont fort probablement pouvoir s’assoir sur les factures impayées de 2022 et sans aucun doute 2021. S’ils en récupèrent un bout, ça sera ça de gagné. A moins qu’un fonds vautour ne profite de l’aubaine...
Espérons que les salariés, surtout les plus précaires, n’auront pas à subir de conséquences de cette situation.

 
 
Note au lecteur :
Ceci est le contenu copié-collé du communiqué de presse officiel de son émetteur qui en assume l'entière responsabilité. TendanceHotellerie n'approuve ni ne désapprouve ce communiqué. Ce communiqué a néanmoins fait l'objet d'une vérification ce qui peut parfois conduire à un décalage de mise en ligne de quelques heures ou jours.
 
 
 
Note à l'émetteur du communiqué de presse :
Des renseignements concernant l'insertion de votre lien et/ou votre logo et/ou votre image sont accessibles ici.
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/17313 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/17313.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 

    Les commentaires


    1. le 1er avril à 13:42, par TH

    Voici le droit de réponse formulé par la Responsable Juridique et Administratif de Machefert Group

    Chère Madame, cher Monsieur,
    Je vous contacte dans le prolongement de la parution ce jour d’un article relatif à l’ouverture d’une procédure de sauvegarde au bénéfice du Groupe Machefert, et plus précisément du commentaire de Monsieur Guilain Denisselle.
    L’avis de Monsieur Denisselle est de nature à inquiéter nos fournisseurs auprès desquels nous nous sommes efforcés de minimiser l’impact de cette procédure.
    C’est le principe même de la sauvegarde de geler le passif, sous le contrôle d’un administrateur. A lire les propos de Monsieur Denisselle, il pourrait être interprété que le Groupe fait, excusez-moi l’expression, « son shopping » du remboursement de ses fournisseurs.
    Par ailleurs, les salariés ne sont pas concernés par cette procédure et aucun plan ne sera mise en œuvre.
    Enfin, l’avis de GD est inséré avant la signature de la Société et avant votre disclosure « Note au lecteur », ce qui pourrait laisser penser que l’avis fait partie intégrante de notre communiqué.
    Par ailleurs, vous indiquez que « TendanceHotellerie n’approuve ni ne désapprouve ce communiqué » alors que l’avis GD inséré par vos soins est on ne peut plus claire sur la désapprobation du contenu du communiqué.
    Non loin de remettre en cause les avis et la liberté de la presse, je souhaiterais échanger avec Monsieur Guilain Denisselle afin de lui exposer les raisons qui nous conduisent à cette procédure qui ne vise qu’un seul créancier. A défaut, je vous remercie de m’octroyer un droit de réponse.
    En toute hypothèse, je vous remercie d’insérer l’avis GD après la signature de la société LES HOTELS DE PARIS et après la disclosure « Note au lecteur » de manière à mettre en évidence le fait que l’avis ne fait pas partie du communiqué.
    Je vous remercie également de rectifier l’intitulé de votre article comme suit : « Le Groupe Machefert entre en procédure de sauvegarde afin de restructurer sa dette vis-à-vis de son principal créancier ». En effet, le Tribunal a validé notre mise en procédure pour ce seul motif et il est nécessaire de le faire apparaître.
    Vous remerciant de votre retour dans les plus brefs délais et restant disponible au 06xxx
    Bien à vous

    2. le 1er avril à 14:39, par TH

    Pour rappel, il faut distinguer deux choses à propos de l’ouverture de la présente procédure de sauvegarde :

    1. la demande d’ouverture de procédure de sauvegarde au cours de laquelle l’entreprise a expliqué au tribunal de commerce les motifs qui la conduise à formuler la demande : à priori, c’est la créance vis-à-vis de son principal créancier qui a été l’élément déclencheur
    2. l’acceptation par le tribunal : le TC a accepté l’ouverture de la procédure de sauvegarde de 6 mois renouvelables (18 mois maximum au total) qui concerne de facto TOUS les créanciers sans possibilité de privilégier l’un ou l’autre et gèle TOUTES les créances antérieures ou postérieures (sauf pour les créances alimentaires et les créances nées après le jugement d’ouverture pour les besoins de la procédure ou en contrepartie d’une prestation fournie pendant cette période).

    La procédure n’est donc pas anodine pour les fournisseurs.

    Plus de détails sur https://www.economie.gouv.fr/entreprises/procedure-sauvegarde-plan-sauvegarde

 
 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Faire de la publicité ? Simplement communiquer ? Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination (...) En savoir plus »