mercredi 25 mai 2022

L’Urssaf dresse un bilan sur l’entrepreneuriat féminin et les femmes dans l’entreprise

 

En tant que collecteur social de référence, l’Urssaf dispose d’une richesse de données statistiques qui lui confère une place de choix dans l’observation de la situation socio-économique française. A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, elle publie un recueil statistique issu de ces données pour mettre en lumière la place des femmes dans le tissu économique français.

Le recueil publié par l’Urssaf (ci-joint au communiqué) compile des données statistiques qui lui sont adressées dans les déclarations sociales. Ces informations lui permettent de dresser le bilan sur la part des femmes et leur rémunération moyenne au sein de l’emploi indépendant, des entreprises du secteur privé (hors secteur agricole) et auprès des particuliers employeurs.

37,1 %, des travailleurs indépendants classiques sont des femmes. En 2019, elles se concentraient principalement dans les professions paramédicales et sages-femmes (71,9 % des effectifs), dans les activités de coiffures et soins du corps (83,3 %) et dans les autres services de santé (69,4 %). Au global, les travailleuses indépendantes ont déclaré en 2019 un revenu moyen de 36 360 euros, contre 46 791 euros pour les hommes, soit un écart de 22,3 % (dernières données déclaratives connues).

42 %, c’est la part de femmes auto-entrepreneures. Les revenus moyens entre les femmes et les hommes sont plus homogènes que pour les travailleurs indépendants classiques. En 2020, elles déclaraient toutefois des revenus 21,9 % plus faibles que les hommes, avec un revenu moyen annuel de 4 733 euros. Ces écarts de revenus s’expliquent en partie par la nature des activités investies : elles sont en effet sur-représentées dans les secteurs les moins rémunérateurs (coiffure et soins du corps ; santé et autres services personnels).

44 %, c’est la représentation des femmes dans les effectifs salariés du secteur privé (hors secteur agricole) en 2021. Les dernières déclarations sociales nominatives indiquent un salaire brut inférieur de 23,2 % à celui des hommes (2 166 euros contre 2 820 euros pour les hommes). Cette rémunération globale plus faible sur l’année s’explique en grande partie par une concentration plus marquée des femmes : dans les secteurs à bas salaire ; sur des emplois à temps partiel et par des durées de contrats plus courtes. Les données récentes sur les embauches viennent conforter ce constat : les femmes représentent 42,5 % des embauches en CDI, alors qu’elles représentent 51,9 % des embauches en CDD de plus d’un mois et 57,4 % des CDD courts. Cet écart de rémunération entre les hommes et les femmes se réduit après le recalcul des rémunérations brutes en équivalent temps plein, la durée du travail expliquant quasiment 1/3 des écarts. Le salaire brut des femmes est alors inférieur de 15,3 % à celui des hommes (2 765 euros contre 3 264 euros).

Concernant les salariés des particuliers employeurs, les femmes représentent en 2021 96,5 % des gardes d’enfant à domicile, 99,4 % des assistants maternels et 82 % des autres employés à domicile.

L’Urssaf, en quelques mots
Accompagner les employeurs et entrepreneurs dans le cadre d’une relation de service simple et personnalisée pour assurer la collecte des cotisations avec efficacité et équité, en tant que recouvreur social performant (0,28% de frais de gestion), tels sont les enjeux majeurs des Urssaf. Sa raison d’être au sein de la Sécurité sociale : financer le modèle social français, avec 528,3 milliards d’euros encaissés auprès de 10,25 millions de cotisants. Sa mission sociale : garantir aux travailleurs le bénéfice d’une protection sociale (couverture santé, retraites, prestations familiales) liée à l’exercice de l’emploi dans un cadre légal. Sa mission économique : faciliter les démarches des entrepreneurs et garantir le respect des règles sociales indispensables à une concurrence équitable.
 
 
Note au lecteur :
Ceci est le contenu copié-collé du communiqué de presse officiel de son émetteur qui en assume l'entière responsabilité. TendanceHotellerie n'approuve ni ne désapprouve ce communiqué. Ce communiqué a néanmoins fait l'objet d'une vérification ce qui peut parfois conduire à un décalage de mise en ligne de quelques heures ou jours.
 
 
 
Note à l'émetteur du communiqué de presse :
Des renseignements concernant l'insertion de votre lien et/ou votre logo et/ou votre image sont accessibles ici.
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/17143 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/17143.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Faire de la publicité ? Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de (...) En savoir plus »