lundi 6 décembre 2021

Le WTTC déclare que les gouvernements devraient abandonner le concept de « pays à haut risque » et se concentrer plutôt sur les « voyageurs à haut risque »

 

Des populations entières ne sont pas infectées et ne doivent pas toutes être qualifiées de « à haut risque ».
L’évaluation individuelle des risques des voyageurs grâce à des tests complets et à l’utilisation de la technologie évitera d’exporter le virus.
Nécessité d’un consensus international sur les paramètres d’évaluation des risques.

Le World Travel & Tourism Council (WTTC) appelle les gouvernements à abandonner le concept de « pays à haut risque » et à se concentrer plutôt sur la manière dont les « voyageurs à haut risque » sont traités aux frontières.

Le WTTC, qui représente le secteur privé mondial du voyage et du tourisme, exhorte les gouvernements du monde entier à déplacer leur attention de pays entiers vers les voyageurs individuels.

Au lieu de cela, le WTTC déclare que les gouvernements du monde entier devraient redéfinir leur approche globale de l’évaluation des risques, pour relancer les voyages d’affaires et d’agrément internationaux.

Combiné avec un consensus international commun sur les paramètres utilisés pour évaluer les risques et une focalisation de type laser sur un programme de test de départ et d’arrivée rentable, complet et rapide pour tous les voyageurs, pourrait ouvrir la voie à un retour significatif du voyage.

Cela garantirait également que seules les personnes touchées sont forcées de s’isoler, tandis que les voyageurs dont le test est négatif peuvent continuer à profiter de voyages en toute sécurité en respectant les protocoles d’hygiène et en portant un masque.

Gloria Guevara, présidente et chef de la direction du WTTC, a déclaré : Le risque basé sur des pays entiers n’est ni efficace ni productif. La redéfinition du risque envers les voyageurs individuels sera plutôt la clé pour ouvrir la porte au retour d’un voyage international sûr. Nous devons apprendre des expériences passées et des crises telles que le 11 septembre.

Nous ne pouvons pas continuer à qualifier des pays entiers de« à haut risque », ce qui suppose que tout le monde est infecté. Alors que le Royaume-Uni connaît actuellement des niveaux élevés d’infections, tous les Britanniques ne sont manifestement pas infectés ; il en va de même pour tous les Américains, Espagnols ou Français.

La réalité est bien plus complexe. Non seulement cela stigmatise une nation entière, mais cela interrompt également les voyages et la mobilité lorsque de nombreuses personnes dont le test est négatif au départ et à l’arrivée pourraient voyager en toute sécurité sans exporter le virus.

Nous devons reconnaître cette réalité et redéfinir le risque pour nous concentrer sur les personnes« à haut risque ». Nous sommes fermement convaincus que la mise en œuvre d’un régime de test complet et l’utilisation de la technologie sont le seul moyen pratique de rétablir les voyages internationaux en toute sécurité. En outre, un programme de test complet sera moins coûteux que le coût économique engendré par les quarantaines générales et les verrouillages.

Ce recentrage éviterait d’exporter le virus et permettrait la libre circulation des voyageurs, tout en respectant des protocoles d’hygiène améliorés tels que le port de masque et la distanciation sociale.

Nous devons apprendre à vivre avec le virus, car il faudra du temps pour que la population mondiale soit vaccinée. C’est pourquoi le WTTC préconise depuis longtemps l’introduction d’un test complet et rentable au départ et à l’arrivée pour tous les voyageurs internationaux, afin d’empêcher les personnes porteuses du virus de le propager.

Comme toujours, il y a un équilibre crucial à trouver entre la priorité accordée à la santé publique et la nécessité de soutenir l’activité économique. Tout en veillant à ce que les gens soient en sécurité et en bonne santé, nous devons également garantir la santé de l’économie mondiale et relancer les 174 millions d’emplois dans le secteur des voyages et du tourisme touchés par cette pandémie dévastatrice.

Selon le rapport d’impact économique 2019 du WTTC, les voyages et le tourisme ont contribué pour 8,9 billions de dollars américains, soit 10,3% au PIB mondial. Il représentait un emploi sur 10 dans le monde, donnant un emploi à 330 millions de personnes dans le secteur des voyages et du tourisme.

 
 
Note au lecteur :
Ceci est le contenu copié-collé du communiqué de presse officiel de son émetteur qui en assume l'entière responsabilité. TendanceHotellerie n'approuve ni ne désapprouve ce communiqué. Ce communiqué a néanmoins fait l'objet d'une vérification ce qui peut parfois conduire à un décalage de mise en ligne de quelques heures ou jours.
 
 
 
Note à l'émetteur du communiqué de presse :
Des renseignements concernant l'insertion de votre lien et/ou votre logo et/ou votre image sont accessibles ici.
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/14916 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/14916.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Faire de la publicité ? Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de (...) En savoir plus »