mardi 24 novembre 2020

Des miettes pour les petits entrepreneurs, mais toujours encore plus Etat Providence pour la Grande Distribution et les GAFAM

 

Mesdames et Messieurs les Parlementaires.
 
Face à la crise de la Covid -19, le gouvernement mène une politique contestable et injuste : moins de démocratie, des miettes financières pour les « petits entrepreneurs » en détresse, et le maximum d’aide aux GVS (Grandes Surfaces de Vente) et autres GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft).
 
Ainsi l’objectif légitime de préservation de la santé des Français risque d’aboutir au monopole des Grandes Surfaces et Multinationales sur la consommation et à la disparition du « petit » commerce à la française.
 
Depuis les années 1970, on peut mesurer les conséquences du développement exponentiel et tentaculaire de la Grande Distribution.

Contenu sponsorisé :

Ce développement s’est effectué grâce à la bienveillance (c’est un euphémisme) des responsables politiques à tout niveau : national, élus de nos villes et métropoles petites ou grandes, motivés par le mirage des taxes et des créations d’emplois.
 
En réalité, Les emplois créés par ces grandes surfaces ont entraîné la suppression massive des emplois dans les commerces de proximité de la zone de chalandise et la disparition progressive du commerce et de l’artisanat dits de proximité de notre pays.
 
Désormais les élus doivent faire face à la désertification des campagnes, à l’effondrement des villes petites et moyenne ou de certains quartiers de grandes métropoles : étiolement des services publics, disparition et fermetures des écoles, des bureaux de poste, absence de médecins ...
 
Le développement gigantesque de la grande distribution s’est effectué sans que le législateur, ni le consommateur, ne se préoccupent véritablement des conséquences économiques, sanitaires et sociales de cet accaparement sur nos besoins et sur la production.
 
Désormais, les consommateurs ont de nouvelles exigences pour leur santé, l’environnement, la rémunération des producteurs et l’origine des produits de consommation alimentaire, culturels et de loisirs. Le commerce classique de détail peut répondre au mieux à ces nouvelles attentes.
 
Et pourtant, dans un premier temps, le gouvernement a maintenu intégralement l’activité des grandes surfaces et strictement interdit et encadré celle des petits commerces, artisans, indépendants jugée non essentielle.
 
S’il est revenu en partie sur cette décision, il lui reste à mener enfin une réelle politique de soutien aux TPE et Indépendants, acteurs majeurs de l’économie de notre pays.
 
Rappelons que les TPE, commerces et artisanats pèsent :
- 23% du PIB français
- Plus de 6 millions d’emplois en France !
- Ils ne délocalisent pas dans d’autres pays du monde !
- Ils ne comptent pas leurs heures !
- Ils forment chaque année des milliers de jeunes aux métiers !
- Ils sécurisent nos quartiers !
- Ils animent nos centres-villes !
- Ils sont très proches de leurs clients !
 
Les aides qui leur sont octroyées pour faire face aux conséquences de la pandémie paraissent manifestement insuffisantes : on avance que 30% de ces activités disparaîtront dans les mois et années proches
 
Avons-nous conscience des conséquences économiques, sociales et humaines d’une telle situation ? quel type de société émergera après ce tsunami économique ?
 
C’est pourquoi La CNDI propose 5 mesures d’urgence :
- Première proposition : réouverture de tous les commerces en concertation avec la grande distribution et dans l’application de règles sanitaires drastiques.
- Deuxième proposition : contrôle intensifié de l’application des règles sanitaires avec fermetures administratives et amendes fortes pour ceux qui ne les appliquent pas totalement.
- Troisième proposition : une mesure de solidarité économique pour les TPE commerciales et artisanales en grande détresse : Mise en œuvre d’un crédit d’impôts véritablement incitatif (30% c’est insuffisant) pour les petits bailleurs privés dont le loyer est très souvent la retraite principale.
- Quatrième proposition : Rétablir un juste impôt sur les bénéfices français en forte croissance des GSV et GAFAM dont le produit serait reversé aux commerces de restauration, bars, commerces dits non essentiels, petits artisanats, événementiels qui sont en train de mourir.
 
La CNDI rappelle l’URGENCE ABSOLUE :
Cinquième proposition : Redonner de la démocratie à notre économie en rétablissant des élections des conseillers prud’hommes, ses juges aux tribunaux de commerce et des organismes sociaux.
 
Voilà ce que serait la vraie solidarité et un petit pas vers une nouvelle démocratie économique.
 
Respectueusement,
 
Philippe Magrin ex-Président Carré RENNAIS et Olivier Bidou, Président de la CNDI

A propos de CNDI
Elle a pour but de représenter et défendre les « entrepreneurs indépendants ». En 2017 elle avait 1200 élus ou « désignés » dans presque toutes les structures judiciaires ou sociales. Partout où elle présente des candidats, elle obtient entre 30 et 80% des suffrages.
La Coordination Nationale Des Indépendants – La CNDI - a été créée en 2007. La CNDI est l’une des 4 Organisations Professionnelles employeurs, nationale et multi-professionnelle avec le MEDEF, la CPME, l’U2P. La CNDI a été reconnue comme telle en 2017 par les autorités gouvernementales et les ministères de la Justice et du Travail.
Direction : La CNDI est dirigée par un bureau de 7 membres, présidée depuis sa création par Olivier BIDOU. A ce jour, il reste encore 5 membres fondateurs au bureau. Financièrement : La CNDI ne demande aucune aide financière à l’Etat, ni aux Régions, ni aux Départements, ni aux Communes. La CNDI est libre et Indépendante de toute attache financière. Elle ne vit qu’avec les cotisations de ses adhérents.
Politiquement : La CNDI n’est ni de gauche, ni de droite, ni du centre, ni d’en haut ni d’en bas. La CNDI est ronde.
Tous les membres actifs de La CNDI sont bénévoles.
 
 
Note au lecteur :
Ceci est le contenu copié-collé du communiqué de presse officiel de son émetteur qui en assume l'entière responsabilité. TendanceHotellerie n'approuve ni ne désapprouve ce communiqué. Ce communiqué a néanmoins fait l'objet d'une vérification ce qui peut parfois conduire à un décalage de mise en ligne de quelques heures ou jours.
 
 
 
Note à l'émetteur du communiqué de presse :
Des renseignements concernant l'insertion de votre lien et/ou votre logo et/ou votre image sont accessibles ici.
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/14460 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/14460.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Faire de la publicité ? Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de (...) En savoir plus »