Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Banque - Finances & économie > Le groupe Lucien Barrière cherche une porte de sortie (...)
vendredi 22 juin 2018

Le groupe Lucien Barrière cherche une porte de sortie face au désengagement d’Accor

 
 

Le groupe Lucien Barrière est confronté ces derniers temps à des difficultés financières et stratégiques. 49% de l’affaire familiale (possédée à 51% par la famille Desseigne-Barrière) sont détenus par Accor, et le groupe souhaite se désengager. C’est ainsi qu’une tentative d’introduction en bourse a été faite en septembre, soldée par une annulation. Le groupe Barrière est donc aujourd’hui à la recherche de nouveaux investisseurs, pour remplacer Accor.

Si Accor s’implique de moins en moins dans la vie du groupe Barrière et cherche à se désengager du groupe, c’est notamment car sa participation est jugée non-stratégique par rapport aux ambitions du groupe Accor. C’est aussi parce que le groupe Barrière inclut deux activités principales : l’hôtellerie (il possède 16 hôtels de luxe) et les casinos (37 casinos). Depuis quelques années et d’autant plus depuis l’ouverture du marché français aux casinos en ligne, la partie casinos du groupe connaît des difficultés. Ces trois dernières années, l’activité du secteur des casinos a enregistré une chute de 20% … De quoi effrayer les investisseurs, même si le groupe Barrière reste numéro un du secteur avec 33% des parts de marché.

Il est en outre nécessaire pour le groupe Barrière de rentabiliser les lourds investissements réalisés ces dernières années au sein des hôtels Barrière , à l’instar des 72 millions d’euros investis à l’Hôtel Majestic Barrière de Cannes ou des 120 millions d’euros nécessaires à réaliser l’Hôtel Casino Barrière de Lille.

Le groupe Barrière a donc réellement besoin de trouver un soutien de taille pour supporter le développement et le maintien du groupe haut de gamme. Malgré tout, selon Dominique Desseigne, PDG du groupe Lucien Barrière , le groupe a réalisé lors de son exercice 2009/2010, des résultats conformes aux prévisions. L’excédent brut d’exploitation " serait dans la fourchette " annoncée aux marchés lors de l’IPO, à savoir entre " 132 à 140 millions d’euros et plus proche des 140 que des 132 ". Il a assuré que la dette nette serait pour sa part " en dessous " des 400 millions d’euros.

 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/961 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/961.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 
 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Message limité à 5000 caractères.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »