Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Associations - Politiques -Institutionne > 13 novembre 2013, un grand jour pour les OTAs et (...)
lundi 18 juin 2018

13 novembre 2013, un grand jour pour les OTAs et surtout pour Booking

 
 

Décidément le gouvernement et l’UMIH se sont donnés le mot pour faire du bruit le même jour à propos des méchants OTAs avec d’une part l’assignation d’Expedia par la DGCCRF (Direction Générale de la Concurrence de la Consommation et de la Répression des Fraudes) et d’autre part le lancement par l’UMIH de sa pétition accompagné d’un site internet à l’url de 46 caractères (hors le point et le "fr") impossible à reproduire ni surtout à retenir spontanément : front uni contre les commissions excessives sur le net ce qui donne frontunicontrelescommissionsexcessivessurlenet.fr.

La DGCCRF contre Expedia ou Asterix contre Caesar

Suite aux travaux de la CEPC que nous relations dans l’article "Disparition de la clause de parité = tsunami annoncé", on s’attendait à ce que le Ministre de l’économie utilise l’opportunité unique qui lui est offerte par la loi d’attaquer un certain nombre de clauses "aberrantes" contenues dans les contrats liant les OTAs aux hôtels (ou vice-versa).

Non, c’est la DGCCRF qui attaque et à priori sur le seul sujet de la parité, un sujet que la DGCCRF avait ouvert antérieurement et surtout de manière parallèle aux travaux de la CEPC. Attendons de voir le contenu de l’assignation pour savoir ce qui est reproché exactement à Expedia. En tous les cas, faite disparaître la seule clause de parité sans toucher aux autres clauses abusives ne va que renforcer le déséquilibre actuel de la relation hôtel-OTA. La parité est la dernière clause à réviser, certainement pas la première.

N’attaquer qu’Expedia aujourd’hui paraît bizarre ou peu raisonnable suivant le point de vue sous lequel on se place :

  • bizarre car Booking.com est bien plus dur avec les hôtels qu’Expedia ne peut l’être
  • peu raisonnable quand on compare précisément les 2 principaux intéressés
    • Pour rappel, Expedia Monde a enregistré 40 millions de nuitées au 3ème trimestre 2013 dont 51 % rien qu’aux Etats Unis, alors que Priceline a réalisé 75 millions de nuitées dont 85 % hors des Etats Unis.
    • Expedia ne cesse d’investir massivement dans son marketing hors ligne là où Booking concentre 95 % de son marketing au marketing en ligne
    • Expedia se contente de marges réduites, pariant sur le long terme et sur le principe de relations pérennes, là où Booking se contente de relations à court terme et de rentabilité immédiate (45 % de bénéfice avant impôts au 3ème trimestre 2013)
    • Booking est le champion incontesté du brandjacking
    • Booking pousse les hôtels à abuser de l’overboost de commission là où Expedia est bien plus transparent, même s’il est en théorie plus cher
    • Expedia assume intégralement son rôle intermédiaire avec son statut d’agence de voyages, là où Booking n’est qu’un tiers à la réservation mais un tiers qui confisque au passage les données des clients et interdit à l’hôtel (une des deux parties au contrat NDLR) de s’en servir
    • etc...

Il n’en reste pas moins que les travaux de la CEPC peuvent conduire à une action en justice devant la juridiction française par le ministre de l’économie, sur le principe qu’il est le seul à ne pas être tenu par la clause attributive de juridiction dans le cadre d’une action contre une pratique litigieuse qui porte atteinte au fonctionnement du marché français. Et ces travaux de la CEPC dépassaient largement le cadre de la parité pour s’intéresser à toutes les clauses des contrats, tout particulièrement celles dont personne ou presque ne parle jamais. Pour une fois que le sujet était correctement traité sur le fonds...

L’UMIH et sa pétition

Plusieurs mois après que d’autres pétitions aient vu le jour et plusieurs années après que des actions se soient mises en place pour remédier à certaines des pratiques de géants de la distribution, et oui le Synhorcat a assigné Tripadvisor, Expedia et Hotels.com en justice en AVRIL 2010, alors que d’autres actions parfois décousues ont été menées avec et/ou par certains concurrents de l’UMIH, voici donc la dernière pétition du secteur, comme si une pétition allait pousser les OTAs à subitement devenir gentils.

Agir seul est une évidence car vu de l’UMIH un autre syndicat est forcément un concurrent qui lui arrache des mains des cotisations, quelle barbarie !

Conclusion

Si l’UMIH espère un ralliement des autres syndicats patronaux à son énième tentative de tirage de couverture à soi, il y a fort à parier que la sauce ne prendra plus puisque qu’ils ont tous été mis devant le fait accompli, sans concertation préalable.

Quant à l’action de la DGCCRF, elle exige d’une part d’être élargie à l’abuseur numéro un, Booking.com, et d’autre part de connaître le contenu précis de l’assignation avant d’émettre un avis "éclairé" et complet.

Pendant ce temps, Booking.com peut continuer à abuser tranquillement sans encombre !


Complément d’information en cours de journée

Voici un courrier envoyé par les Logis à tous ses affiliés hier et répandant le mensonge "une pétition de l’ensemble de la profession".

On avait pu constater que Logis "lâchait" ses hôteliers, cf. notre article "Quand le poids des chaînes d’hôtels leur permet d’obtenir des accords préférenciels avec les portails internet de réservations de voyages" de novembre 2010 !

Courrier adressé par les Logis à ses adhérents

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/3438

 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/3438 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/3438.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

    Les commentaires


    1. le 14 novembre 2013 à 08:57, par DomInique SCHEMANN

    frontunicontrelescommissionsexcessivessurlenet.fr ça aurait pu donner en abrégé "fuccen" mais là ça devient grossier voire porno...

    Vraiment une ambiance de fin du monde (de l’hotellerie).
    Sauf qui peut, dieu pour tous et chacun pour soi...
    Tiens, je vais aller boire un café chez mes confrères du Nautilus a St Malo, en attendant le naufrage annoncé.
    Au moins, je serai déjà dans un sous-marin...

    REPONSE OFFICIELLE D’EXPEDIA :
    Chez Expedia, nous fournissons aux hôtels des plateformes de réservation attractives qui leur permettent de proposer leurs chambres à un très grand nombre de consommateurs. Nous facilitons la réservation de chambre d’hôtels au sein de plus de 240.000 hôtels dans le monde entier en offrant des avantages aussi bien à ces hôtels qu’aux consommateurs qui consultent nos sites pour l’organisation de leurs voyages.
    Expedia offre différents modèles économiques afin de s’adapter aux besoins de chaque hôtel et notre rémunération est fonction de la valeur ajoutée que nous apportons à l’hôtel. A titre d’exemple, les besoins commerciaux et la visibilité recherchée par un hôtel dans les Alpes sont différents de ceux d’un hôtel situé dans le centre de Paris. De la même manière, les besoins des hôtels appartenant à de grandes chaînes diffèrent de ceux des hôtels indépendants.
    Expedia investit énormément dans la technologie et le marketing pour les hôtels avec qui elle travaille. A titre d’illustration, l’an dernier, Expedia a investi environ $500 millions (environ 370 millions d’euros) en technologie (notamment portable) et environ $1,7 milliards (environ 1.3 milliards d’euros) en marketing. C’est pourquoi les hôtels avec qui nous travaillons sont très satisfaits et nous font confiance pour les représenter depuis très longtemps. C’est aussi la raison pour laquelle nous continuons de recevoir de nouvelles demandes de la part d’hôteliers n’ayant pas encore travaillé avec nous.
    Nous avons pris note des informations relayées par les médias selon lesquelles l’UMIH aurait rencontré Expedia et que nous aurions refusé de discuter de leurs problématiques. Ceci est faux. Expedia est et a toujours été ouverte au dialogue avec les hôtels et les associations d’hôtels.
    Nous avons également pris note des informations relayées par les médias selon lesquelles la DGCCRF exprimerait des préoccupations concernant la réservation d’hôtels en ligne. Expedia considère qu’elle agit en toute conformité avec l’ensemble des lois applicables et Expedia est parfaitement disposée à fournir des détails aux autorités françaises sur la conformité de ses offres aux lois applicables et sur les réels avantages offerts aux hôtels et aux consommateurs par Expedia, c’est-à-dire l’accès pour les hôtels à une excellente visibilité et à une base de clientèle extrêmement vaste et, dans le même temps, l’offre aux consommateurs d’une plus grande concurrence permise par les agents de voyages en ligne sur les prix des chambres d’hôtels à travers la transparence accrue et la comparaison possible des hôtels.

    Dans les articles des autres sites sur ce sujet,on nous annonçait une autre assignation pour la fin d’année 2013.
    Toujours rien .

    Le présent article parle d’une autre assignation qui devrait avoir lieu mais n’a toujours pas eu lieu, menée cette fois par le ministre de l’économie.
    Maintenant qu’on (le ministère du tourisme) a fait un peu de bruit pour couvrir le brouhaha de quelques syndicalistes, on peut passer à autre chose.

 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Message limité à 5000 caractères.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »