Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Associations - Politiques -Institutionne > Saisine de l’Autorité de la Concurrence par l’UMIH : déjà (...)
lundi 18 juin 2018

Saisine de l’Autorité de la Concurrence par l’UMIH : déjà ou enfin ?

 
 

Depuis le temps que les hôteliers se plaignent des clauses abusives des contrats des OTAs, voici l’UMIH qui saisit l’Autorité de la Concurrence, rejoint par la CPIH.

La présence du GNC à la conférence de presse pourrait presque paraître malsaine quand on se souvient que les chaînes, Accor en tête, ont des contrats avec les OTAs beaucoup plus souples et surtout infiniment moins onéreux que ceux des hôtels indépendants. Il suffit d’effectuer une simple recherche pour se rendre compte que la parité n’est pas un problème pour Accor :

On aurait pu s’attendre à ce que cette saisine soit menée par FHE (French Hospitality in Europe), mais cette jeune association n’a à priori pas la capacité à saisir l’Autorité de la Concurrence. On ne peut cependant que déplorer l’absence notable des autres syndicats professionnels hôteliers. Le SYNHORCAT a tweeté l’article de FranceInfo à ce propos mais s’est pourtant abstenu de rejoindre officiellement le mouvement.

Encore une fois, l’absence d’unité est un signe manifeste de faiblesse face aux ogres de la distribution visés par cette saisine. Comment espérer montrer un front uni en agissant de manière décousue ? Quid des autres actions légales à mener contre les autres clauses abusives et contre les comportements abusifs de Booking ? Quid de l’entente cordiale entre Booking et Google pour mieux racketter les hôtels ?

Quant au contenu de la saisine, on se demande ce que le fait le nom nom HRS aligné à côté de ceux du pire, Booking, ou d’Expedia. Quand le leader incontestable du marché impose des clauses draconiennes, il paraît évident que les acteurs plus modestes n’ont d’autre choix que de se protéger également. S’il fallait ajouter des noms pour faire "genre", pourquoi les autres OTAs ayant les mêmes clauses litigieuses ne sont pas listés, par exemple Orbitz qui fait quand même partie du TOP5 mondial ? Certes HRS pousse un peu loin le bouchon quant il applique sa commission sur les petits-déjeuners mais de là à l’inclure dans la trop courte liste qui relève de l’Autorité de la Concurrence...

Le mot équitable est conjugué à toutes les sauces, mais jamais à son sens littéral ni surtout intégral quand il s’agit du client. Il ne faudrait pas oublier que Booking est un excellent outil pour le quidam qui n’a pas la capacité à poser 1 journée de congé (à perdre NDLR) pour pouvoir appeler les hôtels les uns après les autres. Comment utiliser ce mot "équitable" quand on omet systématiquement la dimension du client ? Il y a au moins un point positif du côté de Fairbooking puisque TOUS les syndicats hôteliers lui apportent leur soutien... moral, pas financier, hormis l’APIIH. Pourtant Fairbooking a avant tout besoin de moyens financiers, d’hommes et de femmes professionnels de la distribution, de technologie, de marketing, etc... et que les bonnes intentions ne suffisent pas à rémunérer.

Conclusion

Déjà ? Mieux vaut tard que jamais.

Enfin ? Inutile d’espérer que cette saisine mette fin à l’évasion de centaines de millions d’euros de commissions vers le NASDAQ. Sans des actions multiples et menées de front, les OTAs n’ont pas fini de jouer au jeu du chat et de la souris avec les hôteliers.

L’exercice dénote finalement une méconnaissance pathologique du paysage et du contexte de la distribution électronique hôtelière de 2013. Faudra-t-il attendre 10 ans de plus pour que les syndicats professionnels se préoccupent de la prépondérance de Google qui est bien plus dangereux qu’un Booking quand on parle de valeur de fonds de commerce ou de dépendance ?

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/3271

 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/3271 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/3271.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

    Les commentaires


    COMMUNIQUE OFFICIEL D’EXPEDIA
    Chez Expedia, nous avons toujours eu pour objectif de proposer aux consommateurs le choix le plus large de voyages à des prix compétitifs et nous souhaitons conserver la possibilité de faire bénéficier les consommateurs de ces avantages. Nous facilitons la réservation de chambre d’hôtels au sein de plus de 205.000 hôtels dans le monde en offrant des avantages aussi bien à ces hôtels qu’aux consommateurs qui consultent nos sites pour l’organisation de leurs voyages. Les consommateurs bénéficient de la pression concurrentielle exercée par les agents de voyage en ligne sur les prix des hôtels à travers la grande transparence et la comparaison proposée sur le marché de l’hôtellerie. Les hôtels, quant à eux, bénéficient d’un accès à une base de clientèle extrêmement vaste pour leurs réservations.

    Nous avons pris note des informations relayées par les médias selon lesquelles le syndicat hôtelier français, UMIH, aurait fait part à l’Autorité de la concurrence française de préoccupations concernant la réservation de chambres d’hôtels en ligne. Contrairement à ce qui semble être suggéré par l’UMIH, chez Expedia, nous sommes convaincus que nous offrons un avantage considérable aux consommateurs en leur donnant accès aux meilleurs prix et en leur proposant une place de marché virtuelle où ils peuvent aisément comparer et faire leur sélection parmi un large choix d’hôtels à un seul et même endroit. Expedia souhaite, par ailleurs, souligner qu’aucune des enquêtes en cours menées par des autorités en Europe n’a permis d’établir une violation quelconque des lois applicables. Expedia coopère pleinement avec les autorités concernées et est parfaitement disposée à fournir des détails à l’Autorité de la concurrence française sur les réels avantages offerts aux consommateurs par Expedia.

    Bonjour,
    Y-a—il un hotelier qui lit TH et ai un bon contact avec un confrere Helvetique ?
    Ce serai interessant de savoir les conditions auxquelles ils (les hoteliers suisses, tres unis) ont negocié leur contrat avec les OTA.
    Des fois, faut pas réinventer la roue si le voisin en a deja une.
    Encore faut-il savoir qu’on a des voisins...

    Bonjour,
    En effet, pour le client à la recherche d’un lieu de séjour ou d’un hôtel, ces outils facilitent les démarches et en même temps, ils offrent la possibilité d’avoir un vaste choix tarifaire pour la même catégorie d’hôtel. Cependant, ce qui est parfaitement scandaleux, c’est que Booking.com se permette d’acheter les marques des différents hôteliers, poussant le client à réserver par Booking.com alors que le client a saisi le nom de l’hôtel sur la toile. Lorsqu’un client tape le nom de votre hôtel sur la toile, vous trouvez normal qu’il réserve par Booking.com ?
    Cordialement

    @Christophe, à qui est posée la question ?
    Si vous pensez un seul instant que TH soutient le brandjacking, vous avez manifestement de la lecture en retard :)

 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Message limité à 5000 caractères.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »