Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Associations - Politiques -Institutionne > L’UMIH dénonce les pratiques des OTAs
mercredi 20 juin 2018

L’UMIH dénonce les pratiques des OTAs

 
 

Comme le dit le proverbe, il n’est jamais trop tard pour bien faire. L’UMIH, par le biais de son président, dénonce les pratiques abusives de certaines centrales de réservation en ligne et demande un partenariat équitable et respectueux de la profession.

« Internet est un formidable outil, incontournable pour le développement de nos activités, qui nous ouvre à un marché international et qui nous pousse à nous adapter aux évolutions de consommation et aux attentes des clients. Mais certaines pratiques de ces opérateurs détruisent peu à peu notre hôtellerie indépendante qui ne peut pas lutter face aux moyens engagés par ces centrales de réservations en ligne. Aujourd’hui, il est nécessaire de sensibiliser nos clients qui pensent que ces sites sont gratuits ou qu’ils appartiennent à des hôteliers. Nous voulons un partenariat juste et équitable. », ajoute Roland HEGUY.

L’UMIH rappelle les points suivants :

  • L’hôtelier doit s’acquitter auprès de l’agence en ligne pour chaque réservation d’une commission pouvant aller jusqu’à 25% du prix de la chambre.
  • La parité tarifaire couplée à la parité des disponibilités exclut pour l’hôtelier toute opportunité de développer une stratégie commerciale qui lui serait propre et le rend entièrement dépendant de ses distributeurs en ligne.
    • La clause de parité tarifaire prive l’hôtelier de toute souplesse dans la fixation du prix de ses chambres. Cette règle qui semble favorable aux consommateurs limite en fait la possibilité pour l’hôtelier d’ouvrir à sa clientèle le bénéfice d’offres promotionnelles.
    • La clause de la dernière chambre disponible empêche l’hôtelier de moduler les disponibilités allouées aux différents canaux de vente, lui retirant ainsi toute liberté d’arbitrer entre ces derniers.
  • Les droits de propriété intellectuelle de l’hôtelier sont très largement captés par les centrales de réservation et ses partenaires commerciaux, retirant ainsi à l’hôtelier la totale maîtrise du nom de son établissement et des supports commerciaux qui circulent librement sur leurs sites Internet. L’importance des achats de mots-clés réalisés par ces agences en ligne auprès
    des moteurs de recherche, sans aucune commune mesure avec les moyens de la profession, conduit, lors d’une consultation de client potentiel, à occulter le site de l’hôtel au profit de celui de l’agence en ligne.

Le problème, c’est que depuis le temps que les autres organisations ou les hôteliers sont mobilisés sur ces sujets depuis plus de 5 ans, et surtout agissent, on ne peut que déplorer l’attentisme de l’UMIH qui plus que jamais montre son incapacité à s’affranchir de ses donneurs d’ordre.

Maintenant que l’UMIH exprime un point de vue exprimé ailleurs depuis des lustres, on en attend des actions, mais surtout des actions coordonnées avec les autres initiatives déjà en cours : actions en justice, regroupements d’hôteliers, associations... en France ET en Europe.

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/2904

 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/2904 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/2904.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 

    Les commentaires


    1. le 28 septembre 2012 à 09:13, par D.S.C.H. Dominique Schemann CONSULTING

    bonjour à toutes et tous,
    je dirais en commentaire que les OTA sont devenues des grandes surfaces de la distribution de voyages et séjours : ayant dans un passé maintenant lointain travaillé dans le marketing pour vendre à la grande distribution, je retrouve là les mêmes méthodes et en connaît les "ficelles" : l’hôtelier doit offrir des prix cassés, et donc souvent gonfler ses prix au préalable, il doit faire des conditions spéciales pour être "mis en avant" ( cf les têtes de gondoles "payantes" des grandes surfaces ) , il doit gérer son stock lui-même sur l’extranet de l’OTA ( cf les merchandiseurs payés par le fournisseur qui rechargent le rayon et préparent les commandes des hypermarchés ), ils doivent proposer des remises de fin d’année, pour être bien référencés ; ils doivent minimiser voire réduire à zéro les frais d’annulation ( cf les invendus repris dans les grandes surfaces ) , toutes ces conditions n’ont rien d’illégal, juste à la limite de ce que les juristes appelleraient des conditions "léonines" ; mais je crains surtout la dernière étape de cette évolution possible : "l’INTERDICTION DE VENDRE EN DIRECT SES CHAMBRES OU LOCATIONS",
    bonne journée et "wait & see"...

    2. le 3 octobre 2012 à 10:13, par Joel Dufrasnes

    La parité tarifaire n’est peut-être plus si certaine que cela ....
    Dans des pays comme l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Angleterre et les USA, les autorités contre les cartels et l’entente sur les prix commencent à s’intéresser au sujet.
    Ils estiment que la Parité tarifaire ressemble à de l’entente sur les prix et fausse la concurrence alors que les marges dégagées sont différentes du fait des taux de commission différents entre les OTA.
    Des Procés sont déjà en cours contre les plus gros acteurs du marché dans les pays cités plus haut....
    A la France et à ses hôteliers à réagir, ou à suivre ...
    Vos collègues du journal FVW ont bien décrit ce sujet ...

    3. le 4 octobre 2012 à 09:14, par APYXIS - B Viguier -

    Bonjour,
    effectivement il y a 20 ans les agriculteurs ont eux aussi découvert avec enthousiasme la puissance de la grande distribution. Aujourd’hui près de 80% de leur production est distribuée via ce canal. En attendant, ils ont perdu petit à petit leur pouvoir de distribuer et de vendre eux mêmes leurs produits.
    Les hôteliers sont dans une situation comparable avec des acteurs de plus en plus forts en face d’eux. Mais des solutions existent. Il faut construire une vraie stratégie commerciale pour son établissement et favoriser ses propres canaux de distribution. Utiliser leur force pour améliorer sa visibilité tout en ayant une vraie ligne de conduite commerciale pour assurer son indépendance.

 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Message limité à 5000 caractères.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »