Vous êtes ici : Accueil > > Articles & brèves > > Associations - Politiques -Institutionne > Jean-Claude Irondelle, ex-patron de l’Eden Roc, mis en (...)
mercredi 15 août 2018

Jean-Claude Irondelle, ex-patron de l’Eden Roc, mis en examen pour abus de biens sociaux

 
 

L’hôtellerie est à nouveau écornée par une nouvelle affaire de détournement de fonds et d’abus de biens sociaux qui a été révélée ce matin par Le Parisien.

Il s’agit de la mise en examen le 13 décembre 2011 de Jean-Claude Irondelle,ex-directeur général de l’hôtel de luxe Eden Roc du cap d’Antibes (Alpes-Maritimes), le plus prestigieux des palaces de la région, pour abus de biens sociaux.

Entre 2003 et 2006, les nouveaux gestionnaires - le groupe allemand Oetker arrivé en 2005 - avaient découvert que plus de 740000 € avaient été détournés.

« Le dossier est désormais clos et la juge d’instruction a notifié une mise en examen pour abus de biens sociaux pour une partie des faits reprochés », indique Muriel Fusina, procureur adjointe au tribunal de Grasse. Le versement jugé indu d’une indemnité de retraite de 672000 € et que le directeur s’était octroyée n’a pas été retenu par la juge. Les deux parties ont désormais trois mois pour demander des actes complémentaires pour décortiquer la gestion de ce prestigieux palace « mis en coupe réglée pendant cinquante ans » par son directeur emblématique, selon les nouveaux propriétaires.

« Une affaire montée de toutes pièces. Tout ce qu’on lui reproche est totalement infondé et nous le démontrerons », rétorque Me Jean-Louis Keita, l’avocat de l’ex-directeur général. « La justice est parfois lente mais rattrape toujours les délinquants », lui répond Me Jean-Jacques Rinck, l’avocat lyonnais de l’Eden Roc, qui avait fait réaliser un audit accablant sur la gestion passée de l’hôtel. Ce rapport dénonçait notamment la mise à disposition « de fourniture de fioul pour les propriétés privées des époux Irondelle », mais « aussi la livraison de déjeuners et dîners somptueux à leur domicile privé ». L’audit avait révélé aussi que les paiements en chèques ou carte de crédit étaient réduits pour privilégier les règlements en liquide. Conséquence inattendue, la société Eden Roc a eu un redressement fiscal colossal pour recettes dissimulées.

Si vous copiez cet article, n’oubliez pas d’insérer le lien vers sa source : http://suiv.me/2108

 
 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/2108 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/2108.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 
 
 
 
 

Un avis, un commentaire ?


À savoir avant de poster votre avis...

Modération à priori. Ne sont notamment pas publiés :
- Les messages à caractère publicitaire
- Les messages postés avec une fausse adresse email
- Les messages comportant des liens sortants promotionnels et/ou non pertinents avec l'article.
- ...
Lire les CGU

Qui êtes-vous ?
Votre message

Message limité à 5000 caractères.

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de communiquer avec les lecteurs de (...) En savoir plus »