Vous êtes dans la rubrique : Associations - Politiques -Institutionne
jeudi 22 octobre 2020

Le couvre-feu sera-t-il suffisant ?

 

Après ou en même temps que d’autres pays européens, la France entre dès samedi en couvre-feu de 21h00 à 6h00 pendant au moins 4 semaines, sans doute 6, peut être plus. Sont à ce jour concernés la région parisienne ainsi que les agglomérations de Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne et Toulouse.

Un coup dur pour les établissements de restauration et de loisirs de ces agglomérations.

Revoir l’interview du président Macron

 

Quel est le but de ce couvre-feu ?

Il ne s’agit pas d’arrêter la contamination.

Il s’agit de tenter de la limiter de manière à ce que les services d’urgence ne soient pas engorgés et ne doivent choisir qui doit vivre ou pas. Un engorgement conduirait inévitablement à des contraintes plus fortes de type reconfinement et de facto la mise à mort de toute l’économie.

Le couvre-feu a vocation à réduire les interactions sociales « non essentielles » à l’économie tout en maintenant l’activité en journée : entreprises, écoles, universités...

Est-ce la bonne solution ? Le temps nous le dira. En tous les cas, l’inverse qui consiste à laisser tout le monde faire tout et n’importe quoi n’importe quand n’est pas la solution.

Il va falloir vivre longtemps avec le virus

Un des éléments les plus importants du discours présidentiel a concerné la durée prévisible pendant laquelle nous allons devoir cohabiter avec le virus. A été évoqué l’été 2021, sans doute plus.

On peut s’énerver, s’égosiller, se fâcher, fanfaronner. Néanmoins il va bien falloir devenir adulte et faire fonctionner au moins 2 neurones en simultané car entrer en « résistance » signifie simplement mettre les autres en danger, pas uniquement celles et ceux atteints de la Covid-19, mais tous les malades qui auront besoin de soins médicaux et ne pourront pas y accéder si les services hospitaliers publics et privés sont engorgés.

C’est également oublier l’extrême fatigue des personnels hospitaliers qui subissent près de 40 ans de réduction de leurs « dépenses » et moyens humains : déjà dans les années 80, la doctrine était moins de médecins, c’est moins de dépenses ce qui a conduit à réduire le numerus clausus. On est passé de 7121 places en médecine en 1980 à 4754 en 1985 [1], alors qu’on savait pertinemment que la retraite se profilait pour de nombreux médecins à échéance de 10-15 ans, le temps nécessaire pour former un médecin. Il aura fallu attendre 2007 pour revenir au numerus clausus de 1980 !

Résistance ?

Il faut être sacrément présomptueux pour se considérer grand résistant en ne respectant pas les consignes de bon sens. Les vrais résistants ont risqué leur propre vie et nombreux l’ont perdu au service de leur pays, de leurs idéaux, des autres résistants, de la population et de la démocratie. Aucun résistant au nazisme n’a potentiellement ni réellement sacrifié sa propre existence par égoïsme.

Faire exprès de ne pas mettre son masque en présence des autres n’est qu’une démonstration de l’égoïsme de celles et ceux qui pensent uniquement à leurs droits mais pas à leurs devoirs. Pourtant vivre en société et en profiter exige de chacun de faire sa part à la hauteur de ses compétences, possibilités et moyens.

Sur un plan pratique, nul besoin de sortir de Saint-Cyr ou Polytechnique pour mettre un masque et se laver les mains ! #jepeuxlefaire

La règle des 6

La règle commune à plusieurs pays est de limiter le nombre de personnes se rassemblant ou mangeant ensemble à 6. Ce chiffre se considère entre personnes ne faisant pas partie du même foyer ou « cellule familiale ».

Au restaurant ou dans la rue, cette règle est simple à respecter. A la maison et entre amis, ça risque d’être plus compliqué de s’y astreindre et encore moins pour le gouvernement de le faire appliquer. Néanmoins l’excuse n’est pas suffisante pour autoriser les grandes tablées au restaurant ni exiger que les bars fermés en zone rouge servent à nouveau à des clients debout, serrés, démasqués et s’imbibant au fil de la soirée.

Soyons adultes et faisons l’effort de maintenir une distance ou porter le masque dès qu’on accueille des amis ou de la famille à la maison ou dès qu’on sort.

Contenu sponsorisé :

Le président s’est engagé à soutenir les secteurs les plus impactés

Les détails n’ont pas été révélés et devraient l’être prochainement. Espérons que les promesses seront tenues.

Ce qu’on attend, c’est que l’écosystème soit aidé dans son intégralité : ne sauver que certains acteurs mais pas leurs partenaires au quotidien revient à mettre en péril toute l’industrie touristique. A ce jour de nombreux partenaires des hôteliers sont laissés sur le carreau et nombre d’entre eux vont devoir faire le choix douloureux de licencier ou pire, mettre la clé sous la porte.

Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin.

L’objet de l’évènement TendanceHotellerie « construisons ensemble notre avenir » du 8 septembre avait pour objet de rappeler aux personnes présentes que la seule façon de sortir de la crise par le haut était de s’aider les uns les autres.

Le mot « ensemble » a d’ailleurs été répété plusieurs fois par le président Macron.

La future application pour remplacer Stop-Covid sera-t-elle plus utilisée ?

Plus de 65 millions de français se sont pris pour Astérix en refusant de télécharger l’application Stop-Covid au prétexte qu’elle empiéterait sur la vie privée, alors que la seule chose qu’on active est le Bluetooth. Le plus pathétique c’est de voir ces éminents experts en confidentialité s’épandre sur les réseaux sociaux et confier leurs secrets les plus intimes et pas forcément avouables à Don Corleone Google ! Certains sont même experts en épidémiologie et citent des pays d’Asie en exemple alors que l’application y est obligatoire et surtout que là bas, entrer dans un magasin ne peut se faire que si l’application dit « négatif à la Covid ». #jenaiquunneurone

Espérons que la nouvelle application soit d’une part plus utilisée et surtout qu’elle permette aux consommateurs des restaurants, bars... de simplifier leur parcours client afin de ne plus avoir à se contaminer sur une page de cahier tripotée par des mains multiples écrivant des lettres plus ou moins identifiables et de facto peu utilisable.

Conclusion

Être ministre ou président est une situation peu enviable, en France ou dans d’autres pays. D’ailleurs les autres pays européens sont sur des lignes similaires à la différence que la contestation citoyenne y est moins forte. En tous les cas, le bilan de la gestion de cette crise se fera après : il est prématuré de tirer des conclusions.

Exiger du gouvernement des mesures claires de soutien de tout l’écosystème touristique est à ce stade le consensus sur lequel nous devrions tous nous concentrer.

Néanmoins ne penser qu’au tourisme revient à se tirer une balle dans le pied car d’une part le tourisme d’affaire pèse lourd dans le tourisme, et d’autre part les chômeurs partent moins en vacances car les loisirs sont parmi les premières dépenses à être réduites. Pour le dire autrement, si chacun d’entre nous ne fait pas l’effort personnel pour respecter les gestes de bon sens et ne soutient pas les autres secteurs, c’est toute l’économie qui sera impactée. Plus de secteurs d’activité en souffrance signifiera de facto moins de voyages d’affaires, moins de salons, moins d’évènements, moins de loisirs, moins de vacanciers... et donc moins de draps salis dans les hôtels et moins d’assiettes sales dans les restaurants si on ne pense que tourisme, plus de gens à la rue si on écarte ses œillères.

Préserver l’avenir exige de penser « nous » avant de penser « je » !

#sortezcouvert

 

[1source Wikipédia

 
 
Dans le cadre strictement privé (voir les CGU) de la reproduction partielle ou intégrale de cette page, merci d’insérer la marque "TendanceHotellerie" ainsi que le lien https://suiv.me/14310 vers sa source ou le QR Code accessible à l'adresse https://suiv.me/14310.qr. Voir le mode d'emploi.
 
 

 
 
 

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

 
 
Si vous pensez que TendanceHotellerie.fr a toute sa place dans le paysage de l’hôtellerie francophone, n’hésitez pas nous soutenir. C’est simple et (...) En savoir plus »
Nous avons la volonté de faire correspondre ce webzine à vos attentes. Nous sommes très intéressés de recevoir vos avis et suggestions pour (...) En savoir plus »
Faire de la publicité ? Vous voulez annoncer sur TendanceHotellerie ? Nous proposons aux fournisseurs de services, solutions et produits à destination de l’hôtellerie de (...) En savoir plus »